Death’s Door (Nintendo Switch) – Le test

Titre dévoilé lors d’un événement Xbox en mars 2021, le jeu Death’s door aura fait sensation dès sa première présentation. Après un excellent et exigeant Titan Souls, le studio Acide Nerve nous livre sa nouvelle création en étant chapeauté par l’illustre Devolver Digital qu’on ne présente même plus. Déjà sorti sur PC, Xbox et PlayStation, le titre tant acclamé nous arrive enfin sur Nintendo Switch. Ne perdons pas plus de temps et découvrons ensemble cette nouvelle pépite.

Si la mort nous était contée

Nous incarnons ici un corbeau, un chasseur d’âme chargé par sa direction d’aller récolter les esprits des défunts récalcitrants à la mort. Oui, nous faisons partie de l’administration et tout comme dans le monde réel, cette partie-là est loin d’être joyeuse. Procédurière, tatillonne et parfois désagréable, l’administration n’est jamais une partie de plaisir. Ben en fait, c’est exactement pareil pour l’au-delà, notre personnage évolue dans un endroit morne et en noir et blanc. Alors comprenez bien qu’après la fuite d’une âme qu’on devait récupérer, nos collègues ne sont pas très heureux. Cela leur fait de la paperasse en plus, il est donc de notre devoir de retrouver cette âme et de comprendre ce qu’il s’est passé.

Nous allons alors franchir une fois de plus les portes de la mort. Si dans notre administration qui fait office de hub central tout est monochrome et qu’on jouit d’une vie d’immortalité. Il n’en sera pas de même pour les zones que l’on va devoir arpenter. Ces dernières seront coloré et regorgent de vie. Cependant, ici, notre vie sera fragile et se sera à coup d’épée qu’on devra protéger celles-ci tout en fauchant celle de nos ennemis.

Au cours de ces explorations, nous découvrirons le lore de cet univers, par des objets et des personnages. L’histoire se dévoile avec douceur et aborde le refus de mourir, la peur et le deuil, des sujets sérieux et difficiles, mais racontés ici d’une façon simple au cours d’un récit touchant et parsemé de quelques touches d’humour.

Un univers tentaculaire

Notre cher volatile devra prendre part à la chasse de trois grandes âmes dans autant d’environnement. Le tout savamment organisé et structuré autour d’un axe central.
À la manière d’un Dark Souls, les environnements regorgent de passages, de portes et d’échelle dérobés qui nous faciliteront notre voyage lorsque nous les aurons activés. Le tout est parfaitement imbriqué et concourt à proposer un univers tentaculaire qu’on aura plaisir à découvrir sans pour autant se perdre.

Nous sommes donc face à un level design astucieux et enchanteur, les zones se dévoileront à nous petit à petit. Il ne sera pas rare de devoir revenir dans ses dernières afin de dénicher des améliorations de vies et de magie. À la manière d’un Zelda ou d’un Metroid, les pouvoirs que l’on débloque nous serviront à allumer des feux, voire même détruire des murs, tout cela pour emprunter des passages auparavant bloqués. Tout se fait de façon habile et naturelle. Aucune frustration ne viendra entraver notre plaisir de la découverte. Ainsi, le titre se pare de quelques énigmes simples et toujours claires à la manière d’un Zelda.

La mort sera pavé d’ennemis

Si les lieux sont ouverts à la découverte et que de multiples embranchements sont proposés pour satisfaire cette envie, il faudra néanmoins rester sur ses gardes. Les zones sont truffées d’ennemis qu’il nous faudra occire à coup d’épée. Les combats simples à prendre en main se montrent tout de même exigeants. Un coup ou une esquive mal placée peut facilement et rapidement nous conduire inexorablement à la mort de notre personnage. Heureusement, le décès de celui-ci n’est, en aucun cas, pas punitif. À l’instar d’un certain Dark Souls, nous récoltons des âmes à chaque ennemi éliminé, cependant à l’inverse de ce titre culte, nous ne perdons pas nos âmes à chaque mort.

Ces dernières seront gardées précieusement, pour seule punition, nous serons redirigé vers la dernière porte de la mort et tous les ennemis seront réapparus. Tout comme notre exploration, les combats ne feront ressentir aucune frustration, si l’on mord la poussière, ce sera notre faute à nous et nous seuls. Si l’on acquiert des âmes, celles-ci nous serviront bien à quelque chose, et ben oui, il nous suffira d’emprunter une des portes pour retourner à notre QG et aller augmenter une de nos compétences. Augmentations qui bien entendu deviendront de plus en plus chères, les combats et les morts en boucle seront alors un moyen caché de farmer sans pour autant être rébarbatif et lassant.

Si nous avons des ennemis lambdas qui seront de plus en plus présents et qui se renouvelleront fréquemment avec à chaque fois des patterns à assimiler, les boss ne seront pas en reste. Ces derniers seront largement à la hauteur de nos attentes et satisferont nos envies de défis. Les combats déjà bien orchestrés de base le seront encore plus lors de ses rencontres avec ses géants voulant nous terrasser. Plusieurs phases seront de la partie, il nous sera donc nécessaire d’apprendre leurs patterns afin de s’en défaire. Esquive et coup à longue portée seront utiles. Mais attention, si les flèches et autres projectiles sont très utiles, leur utilisation est limitée. Pour recharger nos tirs, il sera donc primordial d’aller au corps-à-corps et donc au plus près du danger. Autre point qui pourrait déplaire à certains, ici, il n’est point question de potions ou autres sortilèges nous rendant de la vie ou invulnérable. Nous trouvons des graines, les plantons, et récoltons la vie jusqu’à la mort de cette plante. Nous obligeant alors à être vigilants à tous les combats que nous entamerons sous peine d’être sévèrement punies. Cependant, si les combats sont bien ajustés, les armes proposées ne sortent pas vraiment du lot et proposent les mêmes animations, enfin tout cela n’est qu’un détail et ne vient en rien gâcher notre plaisir.

Un titre magique

Si le gameplay et le level design sont très bien représentés, les graphismes ne seront pas en reste. Nous présentant déjà un environnement en noir et blanc, la suite se fera en couleurs. Le jeu se présente en vue isométrique facilitant alors le repérage et permettant de profiter au mieux des environnements traversés et de leurs graphismes avec un léger effet pastel de toute splendeur. Voir cet univers prendre vie sous nos yeux est un régal et si les graphismes nous aident à nous projeter dans ces lieux, la bande-son sera alors le maître des lieux. Magnifiques, sublimes, les mots ne sont pas assez évocateurs pour vous démontrer toute la beauté de ces musiques qui nous accompagneront tout au long de notre voyage. Piano et guitare viendront sublimer notre épopée avec des thèmes tantôt nerveux et d’autres calmes et apaisants, nous faisant ressentir une vague mélancolie retranscrivant alors tout le thème du jeu. Ce voyage au-delà des portes de la mort nous propose une épopée qui durera une bonne dizaine d’heures, pour un titre proposé à 19€99 cela reste convenable même si on aurait aimé un peu plus de contenus.

Conclusion
Death’s door est un très bon jeu à côté duquel il serait dommage de passer. Mêlant habilement exploration et combats exigeant au sein d’une histoire se dévoilant au gré de nos rencontres et des quelques objets trouvés. L’univers de ce jeu est enchanteur grâce à ses environnements traversés proposant divers chemins et bonus à trouver. Les ennemis et boss se révèlent coriaces, mais que ce soit au cours de ses combats ou lors de notre exploration, aucune frustration ne viendra gâcher le plaisir. Si l’on perd la vie, ce sera de notre faute et la mort dans ce jeu ne sera jamais un obstacle. Cette aventure est de plus magnifiée par un level design ingénieux et servi par des graphismes magnifiques et une bande-son sublime. Nous conseillons d’ailleurs de jouer à ce titre avec un bon casque afin de profiter au mieux de son OST magiques nous accompagnant durant la dizaine d’heures que nous demandera ce voyage aux confins des portes de la mort.
Points positifs
  • Une direction artistique de toute beauté
  • Des combats nerveux et exigeant
  • Une bande-son sublime
  • L’histoire intéressante et très agréable à suivre
  • Un level design très bien penser
  • Un côté Zelda mélanger à du Dark Souls parfait
  • Le système de vie bien penser
  • Le lore qui se dévoile au fil des objets et discussions
Points négatifs
  • Les armes proposées manquent un peu de différence
  • La durée de vie qui manque un poil de contenu
8.3
Génial
Graphismes - 9
Gameplay - 8
Jouabilité - 8
Bande-son - 10
Histoire - 9
Durée de vie - 7
Difficulté - 7
Ecrit par
Joueur depuis 30 ans, passionné de comics et autres joyeusetés de la sphère geek. C'est avec plaisir que je partage cette passion dévorante qui aura commencer avec un simple plombier moustachu tout fait de pixels.

3 commentaires

  1. Il a l’air vraiment super !

    Répondre
  2. Bon test qui informe bien.

    Répondre
  3. Ajouté dans ma liste de souhaits !

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire