Les Schtroumpfs – Mission Malfeuille (Nintendo Switch) – Le test

Viens au pays des Schtroumpfs, ce très grand nom de la BD depuis un bout de temps qui est aussi un grand nom du jeu vidéo. Depuis les débuts du media, c’est peut-être l’une de séries de BD les plus adaptées sur consoles, malgré un désamour depuis une dizaine d’années. Vous avez grandi avec un Gameboy ou une Super Nintendo ? Vous avez sûrement eu droit à un jeu des Schtroumpfs qui, comme le voulait la tradition Infogrames, était souvent très joli mais assez dur (voire injuste ?).

Les années passent, le plateformer 2D a quand même de plus en plus de mal à exister et les portages des Schtroumpfs ont connu quelques hics, passant du jeu de danse immonde à l’adaptation en film. Mais cette année, Microid reprend la main et nous propose Les Schtroumpfs – Mission Malfeuille qui n’est pas un simple plateformer 2D et tente des choses pour marquer le coup d’un retour finalement assez attendu de l’âme du regretté Pierre Culliford, dit Peyo.  Le jeu sort sur nos consoles le 5 novembre 2021, et c’est une collaboration avec OSome Studio, à qui nous devons aussi les jeux Astérix et Obélix XXL.

Gargamel a enfin trouvé une façon d’attraper les Schtroumpfs !

Dans ce jeu d’aventure, nous contrôlons un Schtroumpf parmi quatre qui sont jouables (Le Schtroumpf Costaud, le Schtroumpf à Lunettes, la Schtroumpfette ainsi que le Schtroumpf Cuisinier), et nous devons sauver nos amis ainsi que la forêt. En effet, le grand sorcier Gargamel a ENFIN trouvé une recette qui pourrait lui rapporter les Schtroumpfs et, qui sait, peut-être de trouver leur village.

Sa grande découverte ? La Malfeuille, une plante capable d’infester celles de la forêt mais aussi de lancer des graines qui, une fois qu’un Schtroumpf passera dessus, l’emprisonnera jusqu’à être collecté par le sorcier. Cette plante étant très toxique, le Grand Schtroumpf a demandé au Schtroumpf Bricoleur de fabriquer quelque chose qui pourrait soigner les parties contaminées, et nous voilà donc avec le Vaporisaschtroumpf.

Sous forme de plateformer en 3D, nous parcourons la forêt tout en recherchant des ressources qui nous permettrons d’améliorer notre appareil de soin (nous pourrons par exemple augmenter notre santé ou notre réservoir), nous soignons les différents adversaires [des plantes malades] qui vont nous attaquer (certains requerront, avant de les vaporiser, de les affaiblir). Il y a cinq zones à soigner, et nous pouvons nous y rendre à tout moment depuis le menu de pause. Les niveaux terminés offrent alors le choix du Schtroumpf incarné.

Une qualité proche de celle des Bédés…

L’univers coloré des Schtroumpfs est bien représenté, même si lors du premier lancement nous avons eu un peu les yeux qui piquaient. Les dessins sont jolis, même si nous rencontrons des clippings en jeu. Les scènes de dialogue avancent seules, dans une barre en bas de l’écran, et à la réflexion, il aurait été plus agréable, à l’image de la BD, de voir des bulles devant les personnages qui parlent.

L’intégralité du jeu est traduite, ce qui nous donne le droit à du doublage, et c’est fortement appréciable, que ce soit lors des phases de jeu ou  pendant les changements de chapitre. Lors de ces changements, nous voyons l’histoire se dessiner sur un livre, entendant en même temps la voix d’un conteur récitant tout en rimes un texte parsemé d’humour.

La prise en main se fait aisément, et nous apprenons à utiliser les fonctionnalités de notre Vaporisaschtroumpf à plusieurs moments, ce qui ne provoque pas un trop plein d’informations dès le début du jeu.

…Avec différents éléments de jeu vidéo

Avec trois modes de difficulté, modifiables à n’importe quel moment en jeu, vous pourrez adapter votre façon d’avancer. Cependant, nous n’avons pas remarqué grand-chose de différents dans ces modes, mis à part le nombre d’ennemis rencontrés par vague et la quantité de cœurs récupérés après en avoir perdu la totalité.

Le jeu propose une bonne durée de vie, surtout si nous voulons jouer les complétionnistes et ramasser chacune des ressources des différentes zones, car elles sont cachées et il faut trouver comment les ramasser. (Certaines sont en hauteur, il faudra faire un parcours spécial pour y aller, d’autres sont bloquées et il faudra guérir un certain nombre de champignons dans un temps donné pour les débloquer).

Le mode multijoueur fait un peu penser à celui de Super Mario Odyssey : le second joueur incarne un personnage secondaire et presque inutile. Ici, c’est un robot déployé par le Vaporisaschtroumpf qui peut soigner les herbes, c’est tout. Il servira principalement si vous avez un enfant très jeune qui veut « jouer aussi » : une manette et il verra son personnage bouger et guérir les plantes, il sera content.

Conclusion
Les Schtroumpfs Mission Malfeuille est un bon jeu qui saura plaire aux petits et aux grands fans des BD, il est joli et facile d’accès. L’humour présent en jeu est représentatif de ce que nous pouvons attendre, et les voix sont convaincantes. Le mode multijoueur n’est pas vraiment utile mais il a le mérite d’exister.
Points positifs
  • Techniquement beau
  • Les améliorations qui nous aident dans l’aventure…
  • Trois niveaux de difficulté (même si sans grande différence)
  • Histoire bien comptée, en vers, à l’oral
  • Bonne durée de vie
  • Facilité de prise en main
  • Adapté aux enfants
Points négatifs
  • Clipping bien présent
  • … mais qui ne sont pas si importantes
  • Les chargements sont longs
  • Le mode multijoueur inutile
7.2
Bon
Graphismes - 10
Ambiance sonore (musiques ; voix et bruitages) - 9
Plaisir de jeu - 8
Mode multijoueur - 2
Durée de vie - 7
Prise en main - 7

1 commentaire

  1. oui, un petit jeu bien sympa ……

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire