Synaptic Drive (Nintendo Switch) – Le test

Que ceux qui connaissent Kenji Kenjou lèvent la main. Personne, la série des Custom Robo peut-être ? Ah, je vois une main qui se lève au fond. Créée par Kenji Kenjou sur Nintendo 64 en 1999, la série des Custom Robo permettait à un joueur de prendre en main un combattant robotisé et de l’envoyer combattre dans des arènes en 3D. Pour ceux qui connaissent, le système de combat était semblable à Power Stone sur Dreamcast, mais en plus sérieux, plus tactique et moins bordélique. D’abord cantonné au Japon, le dernier épisode de la série, Custom Robo Arena, a fini par arriver en Europe en 2007 sur Nintendo DS. Reprenant du service après ce long intermède, Kenji Kenjou et son studio Yunuo Games tentent de raviver la flamme du jeu de combat en arène, voyons s’il n’a pas perdu la main.

En mode solo, tu te sens seul…

Comme annoncé, Synaptic Drive est un jeu de combat en arène. Oubliez les Street Fighter, ici pas de combat sur un plan, il faudra vous déplacer pour vous placer correctement en fonction de vos attaques ou pour vous planquer contre un mur pour éviter celles de vos ennemis. Bref, la dimension tactique est plus importante que dans la série des fans de Hadoken.

Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, il est purement anecdotique : c’est le futur, les guerriers peuvent s’améliorer, bon ben du coup, ils se mettent sur la tronche, okay, pourquoi pas.

Comme dans tout jeu de combat, vous aurez plusieurs techniques à votre disposition. Sauf qu’ici pas de quart de rond avant nécessaire, vos techniques sortiront simplement en fonction de la touche employée : le dash, le dash aérien, le saut, le saut avec rebond contre un mur, l’attaque longue, l’attaque chargée, l’attaque au corps à corps, le lancement de trackers et enfin le câble : un lancer de bombe en ligne dirigeable au stick droit.

Beaucoup de possibilités s’offrent à vous pour terrasser vos ennemis et leur tendre des pièges dans le but de les amener là où vous pourrez les mettre à terre plus facilement. Sur le papier, le principe semble très intéressant, d’autant plus qu’il a déjà fait ses preuves dans les jeux précédents de M. Kenjou. Toutefois, l’impression générale est assez décevante, les combats manquent de punch et surtout de fun. On ne rigole pas avec Synaptic Drive, c’est du sérieux les combats et c’est bien dommage.

Le mode solo se limite à une ribambelle de combats contre une IA peu inventive qui permet surtout d’apprendre à maîtriser le gameplay. C’est une grosse régression par rapport à la série des Custom Robo qui offrait un aspect RPG pour le déblocage des armes. Ici, juste un système de niveaux qui augmentent en fonction de nos réussites sur des parcours de plusieurs combats enchaînés.

Vos niveaux vous permettront de débloquer de nouveaux combattants ainsi que de nouvelles armes. Celles-ci sont très intéressantes et offrent une bonne variation de gameplay. On sent très vite la différence et vous passerez beaucoup de temps pour trouver la combinaison (combattant, arme, càc, tracker, câble) qui vous convient le mieux. C’est clairement la partie la plus réussie du titre de Yunuo Games : la customisation.

Le design général des combattants est très inégal allant du passable (koogen, Rex) au franchement insipide voir ridicule (Clown, sérieux…). De même pour celui des arènes, avec seulement trois styles graphiques différents, l’impression de redondance est très vite palpable. La plupart des arènes ne proposent que des différences au niveau du placement de murs. Si des pièges tels que des fissures ou des tapis roulants apparaissent, c’est bien trop limité.

… en multi online c’est pire

Concernant les différents modes disponibles : un jeu de combat se doit de disposer d’un minimum (syndical ou pas). Je me souviens encore des parties à 4 sur Power Stone qui tournaient rapidement au grand n’importe quoi, mais qui envoyaient une bonne dose de fun. C’est de ce mode dont je parle quand j’évoque le minimum. Malheureusement, pas de mode 4 joueurs ici. Les combats seront toujours en 1v1 ou en faux 1v1 avec des remplaçants (et baptisé 2v2 … mouais, ça sent la mauvaise foi je trouve). Alors oui, vous pourrez inviter un ami et vous mettre sur la tronche, mais les mêmes problèmes qu’en solo apparaîtront : à savoir peu d’amusement.

Vous pourrez aussi affronter d’autres combattants grâce à un mode online. Le site de Yunuo Games vante un crossplay avec les utilisateurs Steam. Malheureusement, malgré plusieurs tentatives de plusieurs minutes pour rechercher d’autres joueurs sur le serveur européen, je suis resté désespérément seul avec mon guerrier customisé. Les serveurs asiatiques ou américains n’ont pas répondu davantage à nos sollicitations. C’est d’autant plus frustrant que le jeu nécessite le Nintendo Switch Online. Cette attente a d’ailleurs mis à rude épreuve mes oreilles tant la bande-son, à base de musique techno, est vite répétitive : un thème de 5 secondes qui tourne en boucle. Si celle-ci est moins répétitive en combat, elle n’atteint pas non plus des sommets de lyrisme et s’oublie vite.

Conclusion
Alors que la place pour un jeu de combat en arène était grande ouverte sur Switch, Synaptic Drive ne tape pas vraiment là où il faut. Si la customisation des personnages est vraiment poussée et offre la possibilité de personnaliser son personnage selon ses souhaits, le reste du titre ne semble pas avoir eu droit au même traitement. Les arènes ne sont vraiment pas variées et les personnages ont des de-signs trop décevants. Peut-être qu’un patch apportera plus d’arènes et plus de modes de jeu (no-tamment 4 joueurs). Mais pour l’instant, Synaptic Drive a un arrière-gout d’inachevé trop prononcé pour être au niveau de ses glorieux ancêtres.
Points positifs
  • La customisation très poussée des combattants…
  • Des combats en arènes tactiques...
Points négatifs
  • ... mais pas très fun
  • Bande son trop moyenne
  • Design général peu inspiré
  • Pas de mode histoire
  • Le versus et la coop trop légère
  • Mode online désert
5.5
Moyen
Graphismes - 7
Musiques - 5
Gameplay - 6
Fun - 4
Contenu - 3
Customisation - 8
znicoboc
Ecrit par
après 35 ans de jeux vidéos et un plaisir de jouer de plus en plus émoussé, l'arrivée de Zelda BOTW fut une révélation , le plaisir est encore plus fort qu'avant

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire