The Amazing American Circus (Nintendo Switch) – Le test

Venez découvrir nos clowns, acrobates et autres hommes forts, entrez et approchez dans l’univers du Cirque ! Développé par des studios qui n’ont pas sorti beaucoup de jeu, The Amazing American Circus nous propose un mélange de deckbuilding et de management financier et humain. Alors, enfilez votre plus beau manteau de Monsieur Loyal, préparez-vous à sillonnez les routes et les villes d’Amérique, c’est parti pour The Amazing American Circus !

Merci du cadeau

Tout commence quand vous rentrez dans votre famille, vous apprenez que votre père vient de mourir. Arthur Jones, propriétaire d’un cirque renommé et rempli d’artistes de talent. Avec l’aide de son frère Jack, ils ont géré et voyagé partout en Amérique avec le cirque « Jones Circus ».

Vous sentez le truc venir, et vous essayez de vous carapater le plus rapidement possible, mais bien sûr votre oncle Jack vous rattrape, sinon il n’y aurait pas de jeu. Et comme on s’en doute, il va vous demander de prendre la relève.

Votre mère et votre oncle vous conduisent vers un vieux cirque à l’abandon, mais c’est bien le « Jones Circus » qui autrefois, fut glorieux et célèbre. Puis votre mère insiste pour vous dire qu’ils sont ruinés et sans le sou, mais il y a un tournoi à 100.000$ qui récompensera le meilleur cirque ambulant. Vous n’aurez alors pas d’autre choix que de participer pour essayer de gagner contre le géant PT Barnum.

Se balader en Amérique

Vous allez vous déplacer de ville en ville au gré de vos choix. Plusieurs embranchements et choix de ville se feront au cours du voyage, à vous de décider où vous voulez aller. Certaines seront dans le brouillard, il faudra payer pour fouiller.

L’un des points importants du jeu est la gestion de notre cirque : gérer nos artistes embauchés et leurs decks de 5 cartes ; entraîner vos artistes quand ils gagnent un niveau ; recruter des artistes (de nouveaux artistes peuvent être embauchés quand on change de ville) ; gérer des bonus-malus au moyen de paiement (pour dupliquer ou supprimer) ; soigner des cartes envoûtées ; cuisiner, qui est très utile pour le voyage car à chaque déplacement, manger vous permettra de gérer 3 jauges qui auront un impact lors des combats ; voir les Misfits (nous reviendrons dessus plus tard) ; améliorer chacune des possibilités citées précédemment, représentées chacune par un wagon ; et finalement, voir les différentes quêtes en cours ainsi que tout ce que vous avez déjà rencontré/débloqué.

Savoir gérer un peu tout ça est important, mais tout requiert de l’argent, qui n’est pas facile à gagner. En tout cas, il ne se gagne pas en nombre conséquent, ça peut être très compliqué au départ.

Se mettre l’audience dans la poche

Les combats dans The Amazing American Circus représentent la partie jeu de cartes du titre. C’est assez ressemblant à tous les jeux du genre que nous connaissons, comme Slay The Spire par exemple. Vous avez deux types de coups : Impress et Ignore. Impress, ce sont les « dégâts » que vous infligez au public et Ignore est la « défense », qui permet de résister aux jets de tomates.

Car oui dans TAAC vous n’attaquez pas des monstres, mais vous essayez de plaire au public. Soulever un camion vous fera résister au prochain jet de tomates, mais au contraire jongler fera descendre la jauge de l’ennemi. Votre but sera de les impressionner, de les faire s’asseoir, car vous serez confronté à des petits malins qui se font bien entendre dans le public.

Différents archétypes de public sont présents, à vous de comprendre et d’apprendre à utiliser vos cartes au bon moment par rapport au public en face de vous. Votre groupe, composé de 3 artistes, aura donc 15 cartes en rotation, chacun possédant 5 cartes. Il faut donc avoir un bon équilibre entre les deux, vous pouvez bien sûr voir les intentions du public.

Pour vous aider dans votre tâche, vous aurez à disposition des Misfits qui vont vous procurer un bonus au début de chaque acte, car les représentations peuvent avoir 2 actes. Mais aussi et surtout un final ! Au début, vous aurez par exemple une équilibriste avec un monocycle sur une corde, ça impressionne beaucoup le public.

Visuellement spécial

Visuellement le titre est assez spécial, on a du mal à dire qu’il est beau, mais c’est encore plus difficile de dire qu’il est moche. Clairement, il a une patte graphique plutôt propre. On retrouve lors de la création de notre affiche de spectacle ce design d’antan quand on faisait encore des cirques avec des « monstres ». Tout est dessiné à la main. Alors certes, on ressent le côté indé du jeu, mais force est de constater qu’ils ont mis leur cœur à l’ouvrage, il y a près d’une quinzaine d’artistes et le public est assez varié aussi.

Le jeu est au départ assez riche visuellement pour nous perdre. Il y a bien évidemment un tutoriel, très bien fait. Mais vu qu’il n’y a aucune traduction, beaucoup de texte et de choses différentes à faire, c’est forcément un peu lourd au début. La bande-son n’est pas mauvaise, mais vite redondante, elle a elle aussi le mérite de nous mettre dans l’ambiance.

Attention, le jeu peut sembler être un rogue-like, mais ce n’en est pas un. Si vous échouez 3 représentations d’affilée, vous aurez un Game Over et à vous de recommencer à zéro. Et c’est d’ailleurs quelque chose qui peut arriver très rapidement au début, tomber sur un public difficile est vite arrivé. Ensuite des malus seront présents et les prochaines représentations seront rapidement fatales, c’est alors la dégringolade. Le jeu est franchement mal équilibré à ce niveau-là, les premières représentations sont étrangement trop simples et un public très difficile peut débarquer dès le troisième show … Dommage.

Tout comme la gestion d’argent, on gagne entre 300 et 500 par représentation au début. On peut s’amuser à jouer sur le prix de vente des billets (avoir une chance de se faire moins ou bien plus, ou encore payer pour de la pub sans être sûr d’avoir un retour sur investissement). Rapidement nous n’avons pas assez d’argent pour avancer car, soigner des cartes envoûtées coûte cher et retirer des malus aussi. Les ingrédients ne coûtent rien, mais il faut quand même les payer. Bref tout coûte de l’argent et vous n’en aurez pas beaucoup au départ.

Conclusion
The Amazing American Circus est un bon petit jeu indépendant, avec son aspect gestion et jeu de cartes. Il a un gameplay intéressant, cependant un manque d’équilibre se fait vite ressentir, les plus courageux arriveront cependant à passer outre. Mais si vous êtes adepte de jeux de cartes et de l’ambiance du cirque, il saura vous fournir un bon nombre d’heures de jeu en perspective. Attention, le jeu est totalement en anglais … Dommage.
Points positifs
  • L’ambiance du cirque
  • Une gestion plutôt poussée et intéressante
  • Faire des shows et convaincre le public plutôt que d’affronter des monstres
Points négatifs
  • Un équilibrage un peu compliqué
  • Un manque d’argent trop régulier
  • Absence de français
  • Une direction artistique qui peut déplaire
4.8
Décevant
Gameplay - 6
Bande-son - 4
Graphismes - 5
Equilibrage - 4
Ecrit par
Fan de comics et de jeux vidéos, j'aime partager mon avis et débattre autours de mes deux passions.

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire