Assassin’s Creed: The Rebel Collection (Nintendo Switch) – Le test

Bienvenue au sein de l’équipe

Félicitations ! Vous abordez les plus belles années de votre carrière !

Abstergo Entertainment offre une nouvelle vision du travail et des perspectives uniques.

De telles possibilités d’épanouissement pourront vous paraître difficiles à appréhender. Mais nous sommes là pour vous aider à prendre vos marques dans ce nouvel environnement de travail… Un travail qui consiste à atteindre vos rêves !

Un divertissement d’un genre nouveau

L’inspiration nous frappe dans les moments les plus inattendus et les endroits les plus improbables.

Nous avons débuté en tant que division Divertissement d’une grande société de haute technologie, Abestergo Industries, où les recherches sur les mémoires génétiques (plus de détails très bientôt !) ont généré des surprises captivantes.

Aujourd’hui, grâce à notre large éventail d’offres transmédias (livres, films et BD), nous sommes devenus bien plus qu’une simple société de divertissement. Nous aimons nous considérer comme une société centrée sur l’histoire, mais bâtie sur la science. D’excellents gènes !

Le présent et au-delà : VOUS rejoignez notre équipe. Une étoile est née. L’avenir est plus radieux que jamais.

Ubisoft, le studio qui a donné naissance à la célèbre saga Assassin’s Creed, nous apporte une version exclusive de la franchise pour Nintendo Switch, représentée par un duo d’assassins. Mettez le cap sur l’âge d’or de la piraterie avec Assassin’s Creed: Black Flag, déjà apparu sur la Wii U en novembre 2013. Puis transformez-vous en un impitoyable traqueur d’assassins dans Assassin’s Creed Rogue, première apparition chez Nintendo. Cette collection va t-elle nous faire voguer au large sous un soleil radieux illuminant nos quêtes ? Ou bien nous faire passer par-dessus bord par une tempête pour échouer sur le rocher de Sisyphe et regretter de s’être engagés dans ces aventures ?

Cap Bonavista 1715, nous sommes à bord d’un navire pirate menant une bataille contre une flotte britannique. Une tempête fait rage, faut prendre la barre et mener la bataille, des tirs de canons sifflent autour de nous, embrasant la coque. La riposte ne se fait pas attendre, nous luttons contre ces menaces royales et coulons leurs flottes non sans mal ; un bâtiment plus imposant continue de nous canonner, des ennemis abordent notre navire et assassinent des membres de notre équipage. Un homme menaçant nous défie, la coque s’embrase de plus belle, touchant les barils de poudre faisant ainsi exploser notre bateau en nous propulsant dans les eaux chaudes des Caraïbes…

La noyade nous guette, nous nous réveillons au fond de l’eau, entouré par les corps sans vie des différents membres d’équipages. L’eau est teintée d’un jaune flamboyant, les navires continuent de brûler, nous nous hâtons de rejoindre le rivage, heureux de nous en être sorti, le ciel s’embellit… Du moins un court instant, car un nuage gris s’échoue sur la plage : un adversaire a survécu. Blessé, il requiert notre aide pour rejoindre la Havane contre de l’agent. « L’or, ce n’est pas ce que veulent tous les pirates ? »  L’assassin qui est toujours en vie nous propose une somme intéressante, mais le pirate que nous sommes préfère s’en assurer.

L’assassin méfiant tente de nous tuer et s’enfuit au plus loin de la plage. « Je vais t’avoir, sale anguille ! » Une course poursuite démarre sur ces lieux non explorés, notre assaillant s’engouffre dans la jungle, nous arrivons à le rattraper et le combattons. L’issue de ce duel se termine par sa mort, nous fouillons la dépouille encore chaude et trouvons une lettre avec des instructions adressées à Duncan Walpole, l’homme qui a tenté de nous assassiner, pour lui remettre des cartes ainsi qu’un objet mystérieux qui va nous renflouer. Signé de la main du gouverneur de Cuba, Laureano de Torres, nous apprenons qu’il ignore notre identité. Pirate nous étions, Assassin nous sommes, du moins le temps de récupérer l’argent… ou plus ? Qui sait où cette usurpation d’identité va nous conduire ?

Assassin’s Creed: Black Flag raconte l’histoire du Capitaine Edward James Kenway, un corsaire qui cherchait à vivre décemment et à manger à sa faim pour offrir le meilleur à sa femme. En 1712, il monte à bord de l’Emperor, des évènements, dont un traité de paix entre les espagnols et les britanniques, l’ont contraint à devenir un pirate au près du célèbre Edward Thach, plus connu sous le nom de Barbe Noire. Kenway obtient son premier navire, écumant les eaux du Nouveau Monde. C’est 3 ans plus tard, en juin 1715, où il devient un assassin après un naufrage et différents concours de circonstances qui lui permettent d’intégrer la Confrérie et combattre les Templiers. C’est à bord du Jackdown que ses missions maritimes pour combattre l’Ordre vont être accomplies. De nombreuses rencontres vont l’aider à avancer, des amitiés se formeront, des abordages sans limite, une piraterie assassine.

Levez la grande voile abaissez les cacatois !

Si vous n’aimez pas les batailles navales, la piraterie, explorer les fonds marins, nourrir les requins à chaque abordage, ce chapitre d’Assassin’s Creed n’est pas fait pour vous. Car de nombreux objectifs et missions vous attendent sur ces mers emplies de danger !

Affrontez les navires espagnols, britanniques et les chasseurs de pirates ! Les eaux regorgent d’ennemis, devenant dangereuses à la moindre confrontation ! Malgré le traité d’Utrecht, le cessez-le-feu a du mal à se faire entendre entre les tirs de canons des deux nations, offrant un avantage stratégique pour récupérer des ressources utiles à l’amélioration de votre navire. Les chasseurs de pirates sillonnent les mers pour vous traquer car vous aurez trop coulé ou abordé de navires ! Vous pouvez naviguer librement sans causer de heurt au rythme des chants de votre équipage, mais attention : certaines zones sont sous surveillance, comme pour les zones interdites sur terre ! Vous pourrez voir que les navires postés en surveillance sont similaires aux détections d’ennemis, jaune ils aperçoivent quelque chose, rouge vous êtes grillés ! Fuyez ou combattez !

Si votre navire est bien équipé, rien ne pourra vous résister, envoyez tout ce que vous avez pour une vraie bataille navale ! Tir de mortier en vous aidant de la longue vue, boulets explosifs en visant des côtés tribord et bâbord, attention à consommer avec modération, stock limité. À l’inverse, des boulets classiques utilisés de la même façon mais illimités. Depuis la poupe, semez des barils explosifs sur votre sillage faites-les exploser au bon moment ! La proue aussi a ses armes : des boulets chaînés, ralentissant les ennemis à chaque impact sur leur coque ; petit bonus, le stock est illimité ! Des canons à pivots sont là pour compléter votre arsenal, servant à viser les points faibles des navires. Que serait une bataille navale sans navires brisés en deux ?! Équipez-vous de l’éperon et foncez sur les bateaux pour en faire deux moitiés ! Avec tout cet armement, vous avez un vrai bâtiment de guerre, prêt à pirater tout ce qui navigue. Si vous sentez que Le Jackdown est assez bien équipé pour tout couler, faites un repérage à la longue vue pour vous en assurer et voir les niveaux de chaque navire. Couleur verte, vous pouvez le couler ou l’aborder sans souci, en blanc vous êtes du même niveau et en rouge ça se gâte, il faudra revenir sauf si vous aimez vous voir mourir !

Dans certaines missions, il faut aborder et non couler, soyez attentif à la jauge de vie du bateau adverse et la vôtre ! De plus, ne pas les couler vous apporte plus de butin, aidant à la reconstruction du navire ou à son amélioration à la fin d’un abordage. Vous affronterez les marins encore en vie, approchez-vous de leur bateau, des objectifs apparaîtront, changeant en fonction des navires, comme si vous attaquiez un fort. Avant de grimper à bord, vous pouvez leur tirer dessus avec les canons à pivots, ou vos pistolets s’ils ont une bonne distance de tir, pas de quartier le navire est à vous !! Si vous en avez marre d’attaquer des navires, prenez d’assaut les forts maritimes ! Une armada de canons est là pour empêcher votre invasion, des tempêtes peuvent être de la partie, donnant ainsi une navigation tumultueuse… L’issue du combat réserve pleins de surprises !

Il n’y a pas que Le Jackdown qui est bien équipé, Edward Kenway peut être aussi bien armé. Au fur et à mesure de votre avancée, vous aurez des outils qui aideront à vous sortir de batailles mal engagées ou qui vous apporteront un avantage furtif. Comptez sur la sarbacane disposant de deux types de fléchettes, l’une pour endormir, l’autre pour rendre les soldats enragés, résistants aux attaques ; ils n’hésiteront pas à attaquer leurs frères d’armes ! La meilleure solution pour faire le ménage est de créer une diversion, car quand l’un d’entre eux est empoisonné, tous les soldats du secteur accourent pour tenter de le tuer, s’il n’est pas déjà mort à cause du poison… Pendant ce temps, faufilez-vous vers votre objectif. Si vous préférez une confrontation directe, prenez les doubles pistolets et vos doubles lames. Trop submergé par les ennemis ? Balancez vos bombes fumigènes pour trouver un abri ! Les assassinats aériens, furtifs sont un véritable atout pour tuer en un seul coup, n’hésitez pas à utiliser vos dagues à corde pour jouer au pendu !

Chaque équipement doit être amélioré, le farm intensif sur les navires de guerre, sur les animaux spécifiques est de mise surtout si vous n’êtes pas riche ! Car vous pouvez acheter certains ingrédients chez deux types de commerçants : pour votre bateau, allez voir le capitaine de port, comme son nom l’indique sa localisation sera toujours au port. Il permet d’améliorer la coque ainsi que l’armement avec les objets récupérés lors des abordages et des touché-coulé. L’autre catégorie de marchand se trouve dans les magasins généraux, bien plus nombreux dans les villes ; vous pouvez acheter des armes, des munitions, des objets et des vêtements.

Les améliorations vestimentaires apportent de la santé, des ports d’étuis d’armes supplémentaires, des bourses à munitions plus importantes. Pour les armes ce n’est pas pareil, vous achetez des pistolets et des lames qui ont des stats différentes de divers pays avec des apparences uniques. Pour les épées et dagues, la différence est sur la vitesse des coups, des combos sur l’enchaînement des frappes et les dégâts. L’ensemble des pistolets se distingue sur les dégâts, l’étourdissement et la portée. Vous pouvez obtenir divers équipements via Ubisoft Club.
Pour les plus réticents à tuer les animaux, vous aurez du mal à chasser la baleine et le grand requin blanc, mais tentez au moins une fois pour en apprécier le gameplay, sinon explorez les fonds marins à la recherche de trésors engloutis, mais gare aux requins !

C’est l’heure d’aller à la taverne

Bien entendu, l’histoire ne se déroule pas qu’en mer, vous avez de nombreux objectifs et missions sur les terres principales, les îles et les nombreux îlots ! Faisant partie des premiers assassins créés, de nombreux objets sont à collecter, répartis dans une dizaine de catégories, fragment d’Animus, coffres, musique pour pousser la chansonnette sur votre navire, manuscrits… Des objectifs tertiaires sont présents, comme des contrats assassins ou sauver des pirates… Des tavernes sont à débloquer, rien ne vous oblige à vous bourrer la gueule, vous pouvez faire quelques mini-jeux qui vous casseront la tête ! Les points d’observation sont la base de toute la saga Assassin’s Creed, permettant de vous révéler l’étendue des zones et des objectifs, ne soyez pas découragé par tout ce qu’il y a à collecter ! Pour vous motiver, tout ce que vous récoltez permet de remplir les défis Abstergo qui donnent 10 codes triches, 96 défis à remplir pour tout avoir, ils sont là juste pour le fun, désactivant la validation des défis Ubisoft et la sauvegarde auto, mais offrent de bons moments.

Une constellation de collaborations

Vous êtes une nouvelle recrue, vos horaires de travail débutent de 8h30 pour s’achever à 17h30, mais vous pouvez prolonger jusqu’à 22h00. Ne vous étonnez pas si l’histoire vous absorbe tellement que vous en oubliez parfois de rentrer chez vous ! Une fois dans votre station de travail Animus, vous devriez vous sentir parfaitement à l’aise pour explorer l’histoire avec la minutie qui vous caractérise… Et c’est ce que nous attendons de vous ! Qui sait, vous découvrirez peut-être une technologie ancienne qui servira aux générations à venir, à moins que vous ne mettiez à jour une société secrète, que vous ne craquiez quelques codes ou que vous n’établissiez un lien incroyable entre de mystérieux documents.

Ceci peut marquer le début de quelque chose de magnifique, ou de choquant, ou d’évocateur. L’histoire vous tend les bras, les mémoires génétiques que nous avons mises à votre disposition vous invitent à découvrir les secrets de l’humanité.

Le jeu est très complet, donnant de très longues heures de navigation et d’assassinats aériens. Un gameplay bien légendé aidant à tout moment si la mémoire flanche. Quelques manipulations pas évidentes, comme par exemple un placement précis pour ouvrir des coffres. Lors de la simulation nous jouons à la troisième personne, tandis qu’en quittant l’Animus c’est à la première personne. L’interface est au top, très complète, bien détaillée, rien n’a changé par rapport aux autres versions, dont la Wii U. Visuellement, le portage est une réussite, rien à redire, aucune critique négative. Les projections d’eau ou de sang sur l’écran font leur effet ! La navigation est très maniable en mode TV comme en mode portable. Des choses ont été apportées comme retirées. Le mode multijoueurs est absent, d’un côté ce n’est pas totalement une perte car il ne représente en rien le titre Black Flag. Les ajouts majeurs sont les deux DLC, Le Prix de la Liberté (Freedom Cry) et Aveline.

https://i0.wp.com/cdn03.nintendo-europe.com/media/images/06_screenshots/games_5/nintendo_switch_6/nswitch_assassinscreedthe_rebelcollection/NSwitch_AssassinsCreedThe_RebelCollection_04.jpg?resize=300%2C169&ssl=1Le Prix de la Liberté suit l’histoire d’Adewalé, un ancien esclave, devenu pirate cherchant à mettre fin à l’esclavage ainsi qu’aux agissements des Templiers. Cette histoire se déroule en 1735 près de Saint Domingue ; à bord d’un navire, le capitaine Adewalé envoie par le fond le bateau d’un Templier. Il part récupérer un paquet qui va le conduire à Port-au-Prince, où il établit de nouvelles alliances qui vont l’aider à libérer des esclaves et joindre la cause des Marrons.

Dans ce DLC, votre équipage sera composé d’esclaves que vous aurez libérés, dans des plantations, sur le marché des esclaves, faits prisonniers à bord de négriers où il faudra faire très attention qu’aucun ne meure. Les améliorations du navire et de l’équipement sont basés sur le même procédé que Black Flag, tout comme la navigation et les combats à coups de machette et de tromblons. Cette histoire est indépendante : à aucun moment nous avons affaire à Abstergo. Elle nous offre un passé engagé, tumultueux, historique accompagné de musiques symboliques pour plusieurs heures de jeu.

Le second DLC est avec Aveline de Grandpré qui est le premier personnage principal féminin de la licence Assassin’s Creed. Pour The Rebel Collection, elle y apparaît pour aider Connor Kenway, petit-fils d’Edward Kenway, à retrouver et recruter Patience Gibbs, une jeune esclave prisonnière des Templiers. Ce DLC est relativement court : en moins d’une heure, les trois séquences sont terminées, pour une parfaite synchronisation à 100 %.

En plus des DLC, 2 mangas complets en anglais, Assassin’s Creed Awakening ainsi que 25 pages du journal de Barbe Noire, là aussi en anglais, mais vous pouvez vous procurer sa version physique sur les sites comme Cultura, la Fnac ou Amazon pour une petite trentaine d’euros où vous découvrirez un magnifique livre richement illustré, très bien écrit et en français. De magnifiques artworks sont aussi disponibles dans le menu.

« La piste s’arrête ici, le temps se fige, je suis un prédateur. Ma traque m’a conduit à la lisière oubliée de ce monde. Les saisons défilent et m’entraînent plus avant dans les ténèbres, là où m’attend la vérité. Ma rédemption se tient dans les cendres et la flamme. Il me faut brûler le passé, m’en affranchir. Vaincre ces assassins que naguère encore dans la candeur de ma jeunesse enfuie j’appelais Frères. Le temps se fige, je suis un prédateur. »

Atlantique Nord, janvier 1752. Shay Cormack, jeune recrue de la Confrérie des Assassins, s’entraîne avec son ami Liam O’Brien sous les ordres d’Achilles Davenport. Sur la route nous rencontrons des bandits et des soldats que nous tuons sans poser de questions. Et nous en profitons pour récupérer notre navire et engageons le combat face à des bateaux ennemis. Soudain nous sommes éjecté de l’Animus, nous devons réparer le serveur en résolvant un casse-tête. Nous retournons à l’Animus et reprenons les séances d’entraînement avec différents assassins. Embuscade, assassinats aériens, discrets, rapides, tirs aux pistolets, tout ça dans un temps imparti sur des mannequins de paille. Pour finir, un cours de chasse nous est enseigné pour pouvoir fabriquer des étuis.

Un début pas très palpitant, mais par la suite les évènements vont se précipiter. Après un assassinat et une enquête en se faisant passer pour un Templier, nous sommes amené à aller à Lisbonne, au cœur d’une église pour rechercher un fragment d’Eden. L’objectif est scellé par un mécanisme facilement ouvrable. La cathédrale dévoile un sous-terrain, le fragment s’y trouve, nous le prenons, et là soudain la terre se met en trembler. La structure se brise, nous déguerpissons le plus rapidement possible, une course effrénée s’engage dans les rues étroites de Lisbonne. Nous courons à travers les cris et les larmes, la terre ne cesse de trembler, les quartiers tombent comme des ruines, se frayer un chemin devient de plus en plus difficile, nous franchissons un dernier bâtiment pour passer au travers d’une fenêtre qui nous plonge directement dans la mer. Nous regagnons notre navire, avec stupeur nous voyons Lisbonne totalement dévastée. Rejoignant notre confrérie, Achilles Davenport n’est pas stupéfait ni effrayé et n’a aucun remord quant au drame qui s’est passé par notre faute. Nous découvrons qu’il savait que cela pouvait se produire car ce n’est pas la première ville à s’effondrer. La confrontation tourne au vinaigre, nos frères tentent de nous assassiner, nous avons du mal à nous échapper, nous sautons du haut d’un précipice…

Développé par Ubisoft Sofia, Assassin’s Creed Rogue met pour la première fois en premier rôle un assassin devenu Templier, traquant tous ses anciens frères et tuant tous ceux qui se dressent contre lui. Passé presque inaperçu, limite étouffé par Unity, Shay Cormack offre pourtant un bon titre. Voir la confrérie se fourvoyer, détruire des villes en tuant des milliers d’innocents pour un artefact, agissant à leur propre compte sans se soucier des conséquences, l’a fait choisir de devenir leur ennemi. Vous passerez lentement du statut d’assassin à celui de chasseur d’assassin. Suivez vos principes et partez pour un extraordinaire voyage qui vous fera traverser New York, la vallée de la rivière sauvage et les eaux glaciales de l’Atlantique nord à la poursuite de votre objectif ultime : éliminer les assassins.

Beaucoup de similitudes avec Black Flag sur l’aspect maritime où l’on peut avoir sa propre flotte pour engager des combats d’une demi-heure voire une journée, en achetant des quais et en abordant des navires, choisissez bien ! Le système de navigation, d’attaques navales, d’améliorations du navire et d’équipement physique… Lorsque vous aurez avancé un peu dans l’histoire, vous pourrez commencer à constituer votre flotte ! Pour ensuite accomplir des missions ayant des durées différentes. La carabine à air remplace avec aisance le pistolet à silex et la sarbacane. Des objets à collecter, même si certains ont disparu, ils ont été remplacés par d’autres objectifs. Abstergo qui ne change pas de cap, toujours bien présent dans la simulation avec ses défis pour les codes de triche un peu similaires à ceux de Kenway. Un gameplay maniable et agréable, un portage bien réussi, malgré l’apparition d’une ligne blanche au-dessus de l’image en mode TV sur certaines séquences, disparaissant en mode portable. Quelques bugs de sons sur les voix ou n’apportant pas un bon son spatial. Malgré tout cela, l’histoire reste intéressante, la navigation bien glaçante pour les ennemis tout en restant très mouvementée.

Assassin’s Creed: The Rebel Collection apporte un très bon souffle de réussite sur les portages pour la Switch. Même si ces deux jeux datent, ils ont été totalement adaptés pour notre console, donnant l’espoir que d’autres jeux de même qualité suivront. Et pourquoi pas encourager Ubisoft à faire un remastered du premier du nom ! La collection est à la hauteur, il ne faut par avoir le mal de mer car ce sont 3 histoires iodées. Si nous n’avons pas rempli un objectif, nous pouvons rejouer la séquence et compléter celui qui nous manque ; si nous avons déjà rempli deux objectifs sur trois, ils resteront sauvegardés, nous permettant ainsi de rester concentrés sur celui qui nous manque. Vendu 49,99 euros sur l’eShop, le temps d’heures passées dessus rentabilise l’achat.

[amazon_link asins=’B07XHLLYQ6,B07XZB4S11′ template=’ProductCarousel’ store=’nintendotownf-21′ marketplace=’FR’ link_id=’94a708eb-1b1a-4723-96c6-25b56fc51d7d’]

Conclusion
Une réussite ! Des batailles navales intenses, des histoires poignantes, des musiques intéressantes, des chants de marins entêtants, une faune et flore très agréables, oui même les requins sont sympas quand ils nous ne voient pas ! Vous avez le pied marin ? Cette collection est faite pour vous ! Le mal de mer ? Pas de soucis, prenez du gingembre et venez naviguer ! N’oubliez pas de télécharger le pack de traduction ainsi que de créer un compte Ubisoft pour récupérer 200 points Ubi et ainsi avoir 2 bons de réduction de 20 % à dépenser dans leur boutique ou bien acheter de l’équipement directement sur le site accessible depuis le jeu !
Points positifs
  • Chargements rapides
  • Interfaces complètes et claires
  • Les vêtements d’assassins connus
  • Les batailles navales
  • Pas de latences
  • Sauvegarde automatique et régulière
  • Différentes armes sur chaque personnage
  • Les points Ubi
Points négatifs
  • Petits bugs de son sur Rogue
  • Trop d’objets à collecter
8.2
Génial
Portage - 8
Rejouabilité - 10
Gameplay - 7.5
Histoires - 8
Musique - 7.5
Orchidia01
Ecrit par
Sorcière sur Switch, Play 4, irl & Discord, j'aime martyriser mes adversaires, et partager de bons moments avec mes amis gamers! ^^ Twitter: Orchidia_one

8 commentaires

  1. Man Uto

    un bon test pour un bon jeu

    Répondre
  2. Juliuxx Potter

    Très bien sur PC 😛

    Répondre
    • Orchidia01

      Il très bien aussi sur switch , cherche pas les problèmes ! XDDDD

      Répondre
      • Man Uto

        en plus, on peut faire du bateau 🙂

        Répondre
      • Juliuxx Potter

        Le problème, en vrai, c’est que je les ai déjà sur PC donc aucun intérêt de les racheter sur Switch pour une qualité moindre ‘-‘ Après, c’est juste mon point de vue 🙂

        Répondre
      • Rabkitu

        Cool je me le prendrai sûrement pour Rogue et les dlc non faits 😉

        Répondre
        • Man Uto

          oui, je n’ai pas fait rogue non plus, le DLC de Black flag c’est idem.
          Je me les programme dans l’année. J’ai envie de tous me les refaire d’ici decembre

          Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire