The Jackbox Party Pack 3 (Nintendo Switch) – Le test

 Jackbox Games avait annoncé en février dernier le développement de The Jackbox Party Pack 3 sur Nintendo Switch. Sorti en octobre dernier sur PS4, Steam, FIRE TV et One, ce jeu de société comprend cinq mini-jeux jouables à plusieurs. Véritable phénomène sur Twitch et réputé pour son côté fun, nous nous sommes frottés à chacun des jeux de cette compilation, verdict.

Proposé à 23,99€, c’est un jeu assez spécial puisqu’il est uniquement en anglais, requiert une connexion internet et un téléphone, une tablette ou un ordinateur comme manette. Aujourd’hui tous vos amis possèdent ce qu’il faut mais c’est important de le préciser. Lorsque vous choisissez un jeu, votre console va créer un serveur et depuis votre téléphone, tablette ou ordinateur, on se connecte en entrant le code généré et son pseudo. Le premier joueur à rejoindre le serveur sera le VIP et pourra lancer le jeu quand tout le monde est prêt.

Le premier jeu est Quiplash 2 dans lequel on dit n’importe quoi (3 à 8 joueurs). Jouez avec les nouvelles questions ou faites vos propres questions ! Le but du jeu sera de compléter deux phrases de la façon la plus drôle, chacun vote ensuite pour la réponse qu’il préfère. Il faut donc maîtriser les bases de la langue pour prendre part au jeu. Une fois cette barrière franchie, il y a de quoi rire et il n’y a pas forcément besoin d’inviter des amis chez vous, le jeu en ligne est possible. Il faut donc être créatif tout comme son prédécesseur. A noter que tous les jeux de cette compilation permettent jusqu’à 10 000 membres du public de jouer avec vous si vous streamez sur Twitch par exemple en tant que spectateur.

Passons à présent au jeu Trivia Murder Party (1 à 8 joueurs). Ici, vous vous mesurez à un assassin obsédé par les devinettes. C’est un jeu de culture générale où vous êtes guidés par une voix de psychopathe, ce n’est clairement pas un jeu pour les enfants. Vous incarnez une poupée Voodoo qui doit s’échapper d’un manoir hanté, l’ambiance est malsaine dès le départ. La charmante voix qui nous dit « Wake up, wake up » est bien flippante. Tant que vos réponses sont justes, vous gagnez de l’argent mais il suffit d’une réponse fausse et c’est direction la salle de la mort pour être puni de diverses façons. Dans cette salle, notre ami nous soumet à d’autres épreuves que les traditionnelles questions comme écrire un mot de tant de lettres minimum, résoudre une série de calcul mental basique le plus rapidement possible, réaliser des exercices de mémoire et d’autres plus machiavéliques. Il y a la roue qui décide si vous vivez ou mourrez ou encore le choix du doigt de votre main à couper, ce qui vous enlèvera par la suite un choix de réponse. Si on échoue c’est la mort assurée, découpé en morceaux ou empalé par des clous, on dirait un jeu pour Halloween. Enfin presque, puisque à plusieurs vous vous réincarnez en fantôme et pouvez continuer à répondre aux questions. Le côté vicieux c’est qu’il sera possible lors du dernier tour pour un fantôme de s’emparer du corps d’un joueur pendant la séquence d’évasion. Certaines questions générales sont à la portées de tous mais d’autres sont vraiment spécifiques, portant sur la littérature, le sport, la science, la musique et donc assez ciblé par moment, ce qui peut s’avérer très dur. Sans un minimum de culture sur les Etats-Unis ou l’Europe, vous allez avoir du mal. Jouable aussi bien en solo qu’en multijoueur jusqu’à 8, le jeu se poursuit jusqu’à ce que les derniers joueurs encore vivants atteignent la sortie. C’est un jeu très réussi de par son ambiance sombre, son côté quiz déjanté dont la victoire n’est jamais acquise. Cela fonctionne à merveilles à plusieurs, un peu moins tout seul car on ne bénéficie pas de toutes les spécificités du jeu comme les fantômes. Seul petit bémol, par moment la voix de ce cher psychopathe est difficile à comprendre.

Passons ensuite au jeu d’enquêtes qui se nomme Guesspionage (2 à 8 joueurs). Il faut devinez les résultats de questions de sondages idiotes. C’est un jeu assez sympa à faire en famille. Le but est simple, il faut répondre à des questions réalisées par les développeurs auprès d’un panel. Elles commencent toutes par « Quel est le pourcentage de personnes… », le premier joueur donne un pourcentage et le second doit dire s’il pense que c’est plus ou moins. Lors du second round cela se corse un peu, pour gagner plus de points il faudra être plus précis dans les réponses. Chacun choisit un avatar et un pseudo puis accumule ou perd des points selon la précision des réponses. On a donc droit à tout type de question comme « Quel est le pourcentage de personnes pratiquant le shuffleboard ? » ou encore « Quel est le pourcentage de personnes buvant du lait tout en se regardant devant le miroir le matin ? ». Lors du dernier round, c’est une question à choix multiples (9 réponses possibles pour 3 choix) du genre « Quel fruit les gens trouvent-ils le plus savoureux ? », ce qui permet à chacun de gagner encore plus de points. Si vous avez une personne de votre entourage pour traduire les questions, tout le monde peut en profiter. Au final c’est un jeu assez classique mais qui fonctionne bien, il y a toujours une voix off qui rythme les parties, ce qui en fait un jeu de qualité même s’il est moins original que les autres.

Continuons avec le combat de t-shirts Tee K.O. (3 à 8 joueurs). Un combat de t-shirts personnalisés jusqu’à la mort ! Le concept est simple, vous être libres de faire 3 dessins chacun et de trouver 3 slogans puis les mixer ensemble. Les joueurs votent ensuite pour leur t-shirt préféré, ce qui donne des résultats parfois étonnants. L’objectif sera de faire gagner votre t-shirt, c’est un bon jeu à faire en famille mais c’est le moins intéressant. L’interface de dessin n’est pas évidente, c’est surtout pour des petits dessins amateurs. L’idée de faire des dessins et de trouver des slogans pour les soumettre au vote fonctionne bien mais on n’a pas forcément eu envie d’y retourner une seconde fois contrairement aux autres jeux. C’est assez long entre chaque dessin et ça manque de rythme mais il faut au moins reconnaître que l’accent anglais du doubleur et la direction artistique est réussie. Ça restera le jeu qui nous a le moins convaincu sans pour autant être mauvais à la base bien au contraire, il y a de quoi se marrer et c’est le principal.

Enfin, terminons par le jeu de tromperie Fakin’ It (3 à 6 joueurs). Dans celui-ci, un de vos amis a quelque chose à cacher. Le but est très simple, chaque joueur doit répondre à une question avec la gestuelle, c’est-à-dire les mains, une expression avec son visage, en pointant quelqu’un… Si parmi les réponses de vos amis, l’un d’entre eux parait suspect dans sa réponse, il faut le désigner comme Faker (Menteur) à travers un vote. Ce dernier doit faire croire aux autres qu’il a reçu la même question qu’eux, ce qui n’est vraiment pas évident. Tout vas très vite, un peu trop même mais c’est plutôt marrant à condition de connaître un minimum les gens qui vous entourent. Le dernier tour est différent, chacun répond à deux questions par écrit puis les réponses sont dévoilées peu après à l’écran. La question adressée au Faker a un sens un peu différent, ce qui permet de l’identifier. Ca peut-être « Quel est votre acteur préféré ? » puis le Faker aura plutôt « Quel est l’acteur que vous détestez le plus ? ». Le jeu préconise tout de même de choisir vos vrais prénoms pour mieux identifier vos amis. Fous rires garantis avec ce mini-jeu qui hormis dans son dernier tour, ne demande pas d’avoir les yeux rivés sur l’écran mais face à vos amis.

Laisser un commentaire