Hand of Fate 2 (Nintendo Switch) – Le test

Pensez-vous que votre destin est tout tracé ? Que votre avenir peut simplement être lu dans des cartes ? Eh bien, Hand of Fate 2 n’accorde aucune importance à votre avis et va se jouer de vous pour vous mettre face à votre destin ! L’aventure et la réflexion seront de la partie mais vous devrez compter sur une bonne dose de chance si vous souhaitez prolonger votre ligne de vie. Alors… Allez-vous piocher cette carte ?

Tout d’abord, parlons un peu historique. Hand of Fate 2 est la suite spirituelle de Hand of Fate. Les deux jeux sont développés par Defiant Development. Le premier opus sorti en 2015 ne s’est pas fait un très grand nom mais a su marquer la poignée de joueurs qui s’y sont attachés. C’est en fin 2017 que le studio sort alors Hand of Fate 2, apportant alors une bonne dose de nouveautés en développant le gameplay et la prise de décision vers un autre niveau. Avec un succès supérieur à sa première version, Hand of Fate 2 a su se frayer en quelques mois un petit chemin jusqu’à la Switch. Le côté portable en plus, nous voilà donc avec une petite pépite entre les mains.

Ce n’est clairement pas le Père Castor !

Dans une ambiance un peu sombre, probablement au fond d’une cabane, vous faites face à un homme étrange. De nombreuses blessures, cicatrices et autres plaies semblent parcourir son corps. Encapuchonné, cet homme vous invite à jouer à son jeu : un jeu de cartes qui semble anodin à première vue mais qui va vous pousser à la réflexion. Vous incarnez alors ce personnage qui va devoir interagir avec le jeu de cartes de cet homme étrange. L’introduction du jeu sert de tutoriel. Vous apprenez alors les bases de manière simple tout en prenant connaissance du scénario. Pour résumer, l’homme étrange (que nous allons appeler MJ) va disposer devant vous des cartes faces cachées. Vous aurez alors le contrôle d’un petit pion qui vous représente. A chaque fois que vous allez déplacer votre pion sur une carte, le MJ va la retourner et raconter son histoire. Chaque carte correspond alors à une péripétie sur votre route et vous devrez trouver parmi toutes les cartes placées devant vous laquelle permettra de progresser ou de finir l’histoire. Les péripéties peuvent vous confronter à différentes évènements. La plupart du temps, il s’agira de cartes à tirer. L’histoire vous expliquera une situation et vous aurez la possibilité de voir toutes les options possibles. Par exemple, vous devez sauver un enfant pris en otage. Vous aurez alors 4 cartes qui apparaîtront en vous dévoilant 3 cartes Réussite et 1 carte Echec. Puis, elles seront mélangées face cachée et vous devrez en tirer une. Vous aurez donc dans ce choix là 1 chance sur 4 de piocher la mauvaise carte. Tirer une bonne carte vous permet d’obtenir des bonus divers et variés. Tirer une mauvaise carte peut amener à tout type de situation…

Un jeu dans un jeu, dans un jeu ?

En terme de gameplay, vous avez énormément de possibilités que vous rencontrerez à chaque fois. La diversité est au rendez-vous et casse l’ennui et la répétition. Tout d’abord, vous avez votre personnage. Vous pouvez vous identifier à lui puisque vous incarnez chacune de ses actions. Ensuite, vous contrôlez votre pion de personnage. Ce dernier est représenté avec différentes cartes : une carte Santé sur 100, une carte Nourriture et une carte Or. Les valeurs trois cartes sont fréquemment modifiées en fonction de vos actions. La Nourriture est très importante, elle vous permettra de vous déplacer de cartes en cartes. A chaque déplacement vers une nouvelle carte, vous consommez 1 de Nourriture et récupérez en compensation 5 de Santé. Si vous Nourriture tombe à 0, vous ne pourrez plus vous déplacer et la partie sera terminée. Idem, si vous tombez à 0 de Santé, vous perdez la partie. L’Or quant à lui servira dans de nombreux cas. Ne pas en avoir n’est pas une fin en soi mais apportera néanmoins quelques handicaps dont on aimerait se passer. Lors de vos péripéties, vos choix vous mettront face à des bonnes et des mauvaises pioches. Généralement, une bonne pioche vous permettra de récupérer de la Santé, de la Nourriture, de l’Or ou encore de l’équipement. Une mauvaise pioche vous fera perdre de la Santé, de la Nourriture, de l’Or ou vous jettera directement dans un combat.

Les combats vous font entrer dans une nouvelle dimension où cette fois, vous incarnez votre pion et devez défaire les ennemis se présentant à vous. Dans un environnement en trois dimensions, vous pourrez vous déplacer librement dans une zone restreinte et attaquer vos ennemis ou vous défendre. L’équipement dont vous vous serez équipé aura son utilité ici. Vous pourrez alors attaquer, bloquer, briser la garde et esquiver. Chaque arme a un pouvoir que vous réussirez à canaliser en frappant sans vous faire toucher. Une fois le pouvoir prêt, vous pourrez l’activer pour profiter de bonus de dégâts. Et enfin, lorsqu’un ennemi se trouve bas en vie, vous pourrez simplement l’achever avec une action spéciale supplémentaire. Vous avez de quoi faire avec un large panel d’actions dans ces arènes de combat. Toutefois, si jamais vous venez à vous prendre des coups, vos points de vie ici sont directement reliés à vos points de Santé. En perdre trop peut donc radicalement changer la donne une fois de retour avec vos cartes. Pour finir, en progressant dans l’aventure, vous aurez l’occasion d’avoir un compagnon. Celui-ci aura un double intérêt. Le premier est de combattre à vos côtés dans le phases de combat. En fonction du personnage, il peut agir en tant que soutien ou en tant que force de frappe. Ces personnages peuvent également tomber sous les coups des ennemis mais cela n’a pas de grande importance puisqu’ils reviennent en forme le combat suivant. Le second intérêt est la possibilité d’influer sur les cartes du MJ. Si vous obtenez une mauvaise pioche, certains compagnons pourront intervenir et vous éviter les malus.

Après vous avoir parlé des possibilités des cartes, de leurs effets et des combats, il existe une dernière interaction qui a son charme : les lancers de dés. Plutôt que de tirer une carte parmi un choix redouté, ici vous devrez faire un score minimum avec un lancer de dés pour réussir l’épreuve. Vous avez droit à une relance et pouvez choisir quels dés relancer. De même que pour les cartes, certains compagnons peuvent influer sur les jets de dés pour votre grand plaisir. Cela dit, il faut faire attention avec ces actions de sauvetage car ceux-ci ne participeront plus à aucune autre action, y compris les combats, pendant 3 tours. Et 3 tours correspondent bien à 3 nouvelles cartes découvertes et non 3 déplacements “inoffensifs”.

Construisez votre histoire

En guise de menu, vous avez face à vous un grand plateau de jeu avec différentes zones. Sur ces zones se situent des points d’intérêts où vous pourrez vous déplacer. Chaque lieu correspond à une histoire que vous allez vivre et vous devrez y accomplir un ou plusieurs objectifs. Le jeu est assez vicieux puisque vous ne pourrez pas toujours réussir tous les objectifs du premier coup. Il vous manquera surement des objets ou des rencontres qui vous permettront de réussir haut à la main. Cependant, vous n’êtes pas non plus totalement désarmé. Cela veut simplement dire que devrez y retourner plus tard avec de meilleurs objets et éventuellement plus de chance pour être sûr d’accomplir la mission entièrement. Lorsque vous aurez sélectionné l’histoire que vous voulez suivre, vous devrez “vous équiper” de vos cartes. Tous vos objets, vos alliés et vos rencontres sont matérialisés sous forme de cartes. Vous devrez alors choisir une carte compagnon, des cartes rencontre, des cartes équipement et des cartes ration. Chaque histoire vous indique le nombre de cartes attendues pour chacun de ces paquets. Quand vous aurez terminé votre choix, toutes ces cartes seront mélangées avec celles du lieu où vous vous rendez pour créer le terrain de jeu. Les cartes ration et compagnon ne sont pas mélangées puisque vous démarrez directement l’histoire avec. Vous tomberez ainsi sur vos cartes pré-sélectionnées mais également sur celles imposées par le MJ. En général, vous ne rencontrerez jamais toutes les cartes en une seule fois, vous devrez donc jouer et rejouer pour toutes les voir et les débloquer. Certaines cartes possèdent un jeton. Il existe différentes couleurs de jeton allant de bronze, argent à or. Les cartes avec un jeton indiquent que vous devez réaliser une action particulière lors de cet évènement. Si vous parvenez à le trouver et à le réussir, vous remportez ce jeton dans la mise. A la fin de l’histoire, si vous n’êtes pas mort, tous les jetons ainsi misés vous reviennent. Ces jetons vous débloquent de nouvelles cartes que vous pourrez intégrer à vos prochains jeux. En terminant différentes histoires, vous étendrez la zone de jeu et pourrez accéder à de nouveaux points d’intérêts.

A force de jouer, vous comprendrez l’intérêt de certaines cartes par rapport à d’autres. De plus, lors de la sélection des cartes, vous pourrez directement voir sur les cartes déjà rencontrées quels bonus et malus vous recevrez grâce à la carte en question. L’objectif est donc de réussir un maximum d’évènements de cartes afin de les récupérer. En les ajoutant à votre jeu, elles pourront venir vous aider dans vos épopées. Il faudra choisir de bonnes cartes qui vous permettront de “contrer” les cartes imposées par le MJ. Chaque histoire vous met face à certains types d’ennemis prédéfinis, vous devrez donc adapter votre équipement pour les affronter avec un maximum de bonus et de défenses. Idem pour les objectifs. Si vous devez ramasser par exemple plus de 100 pièces d’or avant d’atteindre la dernière carte, vous devrez ajuster votre paquet de cartes rencontre en conséquence. Tout est question de réflexion et de stratégie mais il faudra néanmoins compter sur une bonne part de chance !

Vers l’infini et au-delà !

Pour finir avec notre présentation, un petit mode annexe dévoile tout le potentiel et tout l’intérêt de ce genre de jeu : le mode Infini. Ici, pas question d’optimiser pour une partie rapide ou pour coller à ce que va proposer l’histoire. Non ! Vous allez devoir vous battre et tenter votre chance jusqu’à la mort ! Ce mode se débloque une fois que vous aurez terminé au moins 5 défis dans le mode Campagne. Au lieu de choisir vos cartes comme le mode classique, ici vous ne choisissez que votre compagnon. Ensuite, de nouvelles cartes font leur apparition avec une sorte de monnaie bleue ayant pour symbole l’infini. Vous devrez sélectionner des cartes épreuve ainsi que des malédictions et bénédictions. Plus la valeur de points Infini est élevée, plus le risque sera grand. A vous de choisir la facilité en prenant des cartes à valeur faible ou de miser gros en acceptant de lourds malus. Ensuite, vous devrez faire avec ce que vous aurez sous la main. Parfois cruel, parfois généreux, vous devrez profiter de la moindre occasion qui se présente à vous pour emmagasiner des ressources et des armes car vous ne saurez jamais quand sera la prochaine fois où vous vous en tirerez bien. Assez sadique et complexe, le mode Infini est une porte pour ceux qui cherchent du challenge et de la difficulté, même si les plus chanceux risquent également de s’y plaire.

Quand vous terminez une épreuve, vous devez choisir la suivante selon le même principe de sélection de cartes. Cependant, vous continuez avec vos points de santé, équipements et points de nourriture actuels. Les points Infini s’accumulent jusqu’à la mort de votre personnage et vous donnent un score en fonction de votre progression et des risques encourus. Les points sont comptabilisés pour chaque compagnon. Vous avez alors un tableau qui classera vos différentes expéditions en fonction du compagnon choisi, ainsi que le nombre de fois que vous les avez choisi. Seuls votre meilleur score et votre dernier score seront affichés dans ce tableau.

Parlons maintenant des points qui fâchent. Graphiquement, le jeu est loin d’être moche. Il est bien optimisé, que ce soit en dock ou en portable, le jeu reste fluide et sans ralentissements. Le seul reproche que l’on pourrait réellement faire serait à propos du personnage principal. Les choix de visages, coiffures, couleurs de peau et de vêtements sont plus que limités. Peu importe ce qu’on finit par choisir, on croirait presque qu’on a volontairement créé une caricature d’un personnage de MMO. En plus, on ne peut même pas camoufler la tête du personnage avec une capuche ou autre ce qui complique un peu l’immersion dans l’identification du personnage. Le jeu reste agréable et immersif, mais on aurait aimé se passer des frères Zavata…

Un autre petit reproche pas bien méchant mais qui fait tache est à propos des fautes de traduction. On trouvera des fautes d’orthographe ou de français à quelques endroits mais le plus inquiétant est de voir carrément du texte non implémenté avec des bouts de code à la place des noms des objets, ennemis, personnages ou/et quêtes. Bien que ça ne soit pas omniprésent, difficile de passer à côté quand on le voit à l’écran… On notera aussi quelques temps de chargement un peu longs de manière aléatoire. Cela varie beaucoup d’une partie à l’autre donc il ne s’agit pas d’un cas généralisé, mais cela est quelque peu handicapant quand cela se produit avec des temps d’attente entre 10 et 15 secondes.

Au niveau des musiques, elles sont très discrètes et viennent apporter plus une ambiance et du meublage d’environnement. Elle n’est pas centrale et n’appuiera pas vos actions mais elle fait quand même son travail : il n’y a aucun son ou bruitage superflu. On profite calmement du jeu en toute sérénité mais rien d’épique ni de spectaculaire musicalement parlant.

Conclusion
Hand of Fate 2 est un très bon jeu qui mêle différentes façons de jouer et différents gameplay dans un univers complet et cohérent. Avec tous ces enchaînements, on obtient un jeu dynamique et rythmé, dont l’évolution et la progression varient selon votre chance ou votre sang froid. Ajoutez à ça le mode infini et il devient impossible de s’ennuyer ici. Dommage cependant qu’on ait du mal à s’attacher visuellement à notre personnage. Ajoutez une petite pincée de chargements quelquefois longs et des petits soucis de traduction qui viendront malheureusement éroder un peu la surface de ce petit joyau. Mais si vous parvenez à passer outre, vous aurez alors entre les mains de quoi vous tenir en haleine pendant de longues heures.
Points positifs
  • De nombreux gameplay qui façonnent le jeu
  • Un potentiel monstrueux de rejouabilité
  • Aucune partie ne se ressemble
  • Un mode infini pour tester votre chance
Points négatifs
  • Votre personnage est moche (qu’on le dise franchement)
  • Des bouts de code à la place des noms à afficher
  • Des temps de chargement aléatoirement longs
8.1
Génial
Scénario - 8
Gameplay - 10
Graphismes - 6.5
Audio - 6
Durée de vie - 10
xFlamx
Ecrit par
Grand fan de fantasy, de mangas, et d'animes, j'ai passé des années à lire de nombreux bouquins et corriger les fautes d'orthographe dans des équipes de fansub et scantrad. Joueur occasionnel de LoL, addict aux jeux de société, aux jeux de rythme et à Nintendo, je suis désormais rédacteur/testeur pour Nintendo-Town. Ma plus grande passion : Pokémon ! (surtout Lucario)

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire