no

Pillars of Eternity: Édition Complète (Nintendo Switch) – Le test

Pillars of Eternity est un jeu sorti sur Windows, Mac et Linux en 2015. Il a été développé par Obsidian Entertainment grâce, en partie, à un financement des joueurs via Kickstarter. Le jeu est un RPG fantasy façon old school qui possède un immense contenu. Il a été adapté sur Switch récemment, le 11 août 2019 pour être plus exact, permettant ainsi aux fans du jeu de jouer partout. Il faut noter que le titre est plutôt destiné à public adulte au vu de la thématique assez sombre et complexe qui court tout au long de l’histoire.

Une histoire bien sombre

L’intrigue se déroule dans le monde d’Eora dans une ambiance assez lourde : la plupart des gens vivent dans la misère en tant que paysans et un système de noblesse est en place. L’atmosphère du jeu se rapproche historiquement parlant de notre période Renaissance à la différence prêt que la magie est présente en Eora. La magie transparaît également au travers des peuples qui y vivent : on trouve aussi bien des humains que des divins en passant par des elfes, des nains…

Votre personnage débarque donc dans cet univers sombre, avec pour lueur d’espoir de s’établir dans la petite ville de Val Dorée. Comme vous vous en doutez, tout ne va pas se passer comme prévu ! Vous allez découvrir que vous êtes un Gardien, ce qui vous permet de voir et de parler avec l’âme des gens qui sont morts. Fun n’est-ce pas ? Le problème, c’est que ce don, aussi intéressant soit-il, risque également de vous tuer en vous faisant sombrer dans la folie. Voilà le contexte est posé. Vous allez donc devoir partir à la recherche d’une solution pour vous sauver.

Les décisions au cœur du jeu

Comme nous vous l’indiquions précédemment, Pillars of Eternity est un RPG à l’ancienne qui reprend les codes utilisés par les livres de RPG traditionnel. Vous savez, ceux qui permettent de jouer entre amis comme un jeu de société. Mais qu’est-ce que cela implique sur le jeu ? Tout simplement, beaucoup de réflexion de la part du joueur, donc de votre part ! Chacun des choix que vous ferez influencera votre périple aussi bien lors des combats que lors de vos échanges avec les NPCs.

Et des choix, vous allez devoir en faire dès le début ! Rien que pour concevoir votre personnage, le jeu est très complet. Vous devrez choisir entre 6 races, 11 classes, 7 cultures… Chacune des races, classes, cultures sont détaillées avec soin : descriptif, attribut en plus ou en moins, apparences… Un peu de lecture dès le début pour vous mettre dans l’ambiance. Une fois votre personnage créé, vous arrivez au cœur du jeu. Dès lors, vous serez amené à prendre des décisions au cours de dialogues pour la plupart d’entre elles. Vos choix influenceront votre aventure débloquant ou non des passages secrets, créant ou apaisant des altercations avec d’autres personnages… Votre aventure se composera de beaucoup, vraiment beaucoup de dialogues, mais aussi de combats. Triompher de vos combats vous fera gagner de l’expérience et échouer vous renverra à votre dernière sauvegarde ou au début du jeu si vous jouez en mode difficile. Pour vous aider, vous devrez recruter d’autres personnages afin de former une équipe. Vous les rencontrerez sur votre route et selon votre façon d’interagir avec eux, ils vous rejoindront, ou non. À vous donc de choisir ceux qui vous accompagneront.

Une fois votre équipe constituée n’oubliez pas d’améliorer l’équipement et d’attribuer des points de capacité à chaque membre. En effet, l’équipement et les capacités des personnages auront une grande importance quant à l’issue de vos combats. Les capacités de chaque personnage seront un élément décisif également lors de vos discussions. En effet, les capacités vous permettent de mieux vous battre, mais débloquent aussi certaines réponses lors de vos entrevues avec les divers NPCs et des capacités telles que le crochetage ou encore l’espionnage. Autant bien calculer pour avoir une équipe capable de surmonter n’importe quelle épreuve.

Votre chemin sera semé d’embûches !

Outre les dialogues qui donnent un côté narratif à Pillars of Eternity, les combats sont également assez nombreux, en particulier en dehors des villes. À chaque fois qu’un ennemi sera proche de vous, le jeu se mettra en pause pour que vous puissiez donner des ordres à chaque membre de votre équipe. Vous choisirez quel personnage ira au corps à corps, quels sorts lanceront les mages et où placer vos archers. Cette phase de préparation au combat n’est pas à prendre à la légère et sera souvent déterminante. En sélectionnant un personnage puis en maintenant la gâchette ZR appuyée, vous ferez apparaître le menu de combat. Celui-ci vous permettra de choisir parmi les capacités de chaque personnage celle à utiliser puis de définir la cible de celle-ci. Ce menu est assez complexe et la pause en début de combat est quasiment obligatoire pour vous laisser le temps de définir votre stratégie.

Réfléchissez bien à attribuer le bon rôle à chaque personnage, sans quoi les morts seront nombreuses… En mode facile, les personnages reviendront à la vie à la fin du combat, mais pas pour les autres modes. Nous vous conseillons donc de sauvegarder souvent pour ne pas perdre un membre de votre équipe définitivement. La prise en main de ce menu n’est pas forcément évidente, mais chaque personnage dispose de tellement de capacités qu’il n’est pas possible de faire autrement. Ce système de combat est assez mou, à cause de la mise en pause, et met en avant votre sens tactique plutôt que vos réflexes. Là encore, vos décisions sont au centre du jeu.

Le gameplay et son adaptation à la Switch

Initialement conçu pour PC, il aura fallu pas mal de travail à l’équipe de développeurs pour adapter Pillars of Eternity à la Switch. De nombreux bugs ont été constatés par les joueurs et rapportés à l’équipe chargée du portage afin de pouvoir les corriger. À l’heure où nous testons ce jeu, un patch correctif corrigeant tous les bugs sauf un a été publié. Le dernier bug a lui été identifié et sera prochainement corrigé. Cette parenthèse étant refermée, revenons-en à l’adaptation PC vers Switch. Pillars of Eternity est un jeu ultra complet qui compte de nombreux menus et qui nécessite donc beaucoup de touches sur PC. Hors sur Switch, nous n’avons qu’une manette ! Qu’à cela ne tienne, chaque touche a donc été optimisée pour permettre au joueur de lancer une action ou d’ouvrir un menu. Autant vous dire que la prise en main nécessite un peu de patience pour assimiler le tout ! Une fois assimilé, le gameplay est efficace, mais c’est loin d’être aussi fluide que sur un ordinateur… Mais comment faire autrement ?

Outre la prise en main assez difficile, nous avons noté quelques petits soucis durant nos phases d’exploration et notamment pour déclencher des actions : lorsque le personnage passe à proximité d’objet à inspecter ou à ramasser sur la carte, il est un peu difficile de « cliquer » en appuyant sur le bouton A pour déclencher l’action. Nous avons également rencontré quelques soucis de caméra qui ne suit pas le groupe, mais part loin dans le décor. Ce ne sont pas des problèmes vraiment gênants, mais ils restent frustrants quand nous sommes en pleine partie.

Les décors et l’ambiance sonore

Pillars of Eternity vous embarque sur un vaste territoire très détaillé et vraiment très bien travaillé. Tuiles et briques pour les maisons, feuilles dans les arbres, petits papillons… Même les encadrés d’aide et les divers menus sont richement décorés. C’est vraiment très joli, mais peut être un peu trop détaillé pour un jeu Switch, surtout en mode portable. La lisibilité sur un écran de télé n’est pas aussi agréable que sur un écran de PC et cela peut être gênant pour certaines personnes, ce qui fut le cas pour ce test.

Autre point lié aux détails des graphismes, le temps de chargement des textures sont assez longs et présents à chaque changement de zone et chaque entrée dans une maison. Ils cassent le rythme du jeu, et c’est vraiment dommage, car les détails de chaque lieu sont vraiment agréables. Il aurait fallu trouver un compromis entre le nombre de détails et la longueur des temps de chargement.

Concernant la musique et les bruitages, aucun souci. Ils contribuent parfaitement à l’ambiance du jeu permettant au joueur de s’immerger en Eora. Certains dialogues sont même entièrement doublés en anglais. C’est un plus qui contribue à donner plus de poids à l’intrigue du jeu.

Conclusion
Pillars of Eternity est un jeu d’une grande qualité avec un vaste contenu qui ravira les fans de RPG old school. L’histoire est prenante, le jeu est beau et le fait de mettre les décisions du joueur au cœur de l’intrigue est vraiment une très bonne idée. Cependant, le jeu comporte énormément de contenu à lire et un écran de TV n’est pas le meilleur support pour la lecture. La lecture en mode portable est presque plus adaptée et agréable. Le portage depuis la version PC est bien pensé, mais reste compliqué à prendre en main à cause du grand nombre d’informations à afficher ou de la multitude de choix auxquels nous avons accès. Pillars of Eternity doit offrir une expérience de jeu bien plus confortable et agréable sur PC que sur Switch malheureusement.
Points positifs
  • Le contenu du jeu qui est vraiment hallucinant
  • La traduction complète et excellente du jeu
  • Le style du jeu : RPG old school
  • Le détail des décors
  • La personnalisation du personnage
Points négatifs
  • La taille du jeu 16,4Go et pas de version boite
  • Les temps de chargement entre chaque lieu
  • Le style de combat un peu mou
  • L’adaptation du jeu sur Switch. Beaucoup de choses et pas assez de touches sur la manette !
7.6
Bon
Contenu - 9
Durée de vie - 10
Système de combat - 6
Portage sur Switch - 7
Gameplay - 6
AkikoYunicia
Ecrit par
Gameuse, blogueuse accro à Nintendo, j’ai rejoint l’équipe de Nintendo Town en tant que testeuse. J’adore partager ma passion pour les JV, m’occuper de mes animaux et de mon blog.

3 commentaires

  1. Manuto

    on est gaté en RPG ces derniers temps, pour notre plus grand plaisir.
    Et des titres de qualité

    Répondre
  2. JulieSailing

    Il a l’air pas mal du tout en plus 🙂

    Répondre
    • AkikoYunicia

      Il est pas mal en effet. Très très très dense niveau contenu si on veut vraiment tout faire.
      J’espère que la mise a jour du bug des écrans gris arrivera bientôt.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire