Legendary Eleven (Nintendo Switch) – Le test

Legendary Eleven est sorti le 08 Juin 2018 sur Nintendo Switch, une petite semaine avant la Coupe du Monde. Edité par Eclipse Games, l’éditeur annonce un jeu de football épique au style arcade, inspiré de l’âge d’or des années 70 et 90. Avec une présentation sur l’eShop façon album Panini et un bon vieux ballon qui ressemble à un Tango d’Adidas dans son logo, Legendary Eleven s’annonce comme un bon moment de nostalgie pour les vieux fans de Platini, Giresse, Tigana, Bossis ou encore Völler, Jordaö, Arnesen … Allez on ressort le vieux short tricolore pour aller tâter du ballon sur Nintendo Switch.

Au démarrage, plusieurs choix s’offrent à nous. Tout d’abord, le mode championnat, qui propose de jouer les coupes d’Afrique, d’Asie, d’Amérique, d’Europe et enfin, bien sûr la Coupe du Monde. Nous avons également le choix entre faire un match amical seul ou contre le player 2, visualiser les crédits et pour finir les options avec les réglages de niveaux sonores, caméra, langue (français compris). Comme dans tous les jeux Eclipse Games, c’est également dans les options que se trouvent les commandes de jeu déjà préréglées. La charte graphique du jeu est remplie de clins d’œil à l’époque à laquelle il veut rendre hommage. Dans les menus, nous remarquons un filtre pointillé sur les images de fond, qui donne un effet tube cathodique. Les menus ou tout ce qui est affiché à l’écran pendant les matchs est emprunté aux albums de stickers Panini de l’époque. Côté musiques, même topo : longues mélodies au synthé avec des airs bien arcade sur des rythmes entraînants. Notre équipe est sélectionnée, la formation est choisie, le match va commencer. Nous sommes chauds comme la braise et c’est parti !!

Douche froide. Si nous étions hyper emballés par l’idée de faire de bonnes parties façon arcade avec les joueurs qui ont fait le bonheur des quadras d’aujourd’hui, la déception fut immense dès les premiers matchs.

Une fois sur le terrain, le jeu ne casse pas des briques. Le plus frappant est le manque de rythme, c’est mou à souhait. Nous avons vraiment l’impression de jouer avec nos idoles de l’époque mais qui n’auraient jamais décroché pour continuer leurs matchs en maison de retraite ! Sans parler du fait qu’ils se seraient mis à se faire pousser les cheveux à la mode funky ! Techniquement c’est assez pauvre, vous pouvez faire une passe à un coéquipier ou bien… tirer au loin, ce n’est pas vraiment clair. Il est possible de dribbler le ballon ou bien faire un tacle. Mais attention à l’arbitre qui sera sans pitié. Un point positif quand même, il est possible de tacler proprement pour reprendre le ballon. Enfin, il y a aussi un bouton pour « courir » et la fatigue de vos joueurs est prise en compte. Et puis… il y a le super coup ; lorsque vous êtes dans la surface de réparation, si vous appuyez longtemps, sans relâcher tout de suite le bouton de tir, alors votre personnage se mettra à jongler sur place pour se faire une passe à lui-même et enchaînera sur un retourné acrobatique pour un but assuré à 100%. Bien souvent, le temps de charger votre tir, votre adversaire vous volera la balle.

Côté ambiance dans le stade c’est très pauvre également. Pas de commentateur, mais quand même une voix qui sort de nulle part pour crier « Gooaaaal ! » quand un but est marqué. Un système d’autocollant permet d’améliorer certaines capacités dans le jeu. Cela concerne la défense, les milieux de terrain et l’attaque. Il y a même des autocollants spéciaux qui pourront vous donner plus que les autres. Pour gagner certains autocollants, il faudra remporter les coupes avec des équipes bien particulières, comme pour nous encourager à tenter de finir toutes les coupes avec toutes les équipes. Côté difficulté c’est assez mal dosé mais on reste dans une logique arcade. Les grosses équipes sont plus forte que les moins célèbres et il n’est pas toujours évident de remporter les coupes avec certaines sélections. Mis à part ce petit détail, une fois la logique du jeu bien assimilée et étant armé d’une patience à toute épreuve, il est largement aisé de finir des matchs avec 9 ou 10 buts au compteur.

Conclusion
Que ce soit contre l’IA ou un ami, le Legendary Eleven est ennuyeux à mourir. Comme d’habitude, Eclipse Games est capable du moyen (Tachyon Project) comme du pire (Super Toys Car). L’idée de base était vraiment excellente mais c’est à se demander si tout cela n’était pas que pur marketing pour vendre un jeu de foot durant la Coupe du Monde. L’emballage est très beau mais le contenu trop faible. Seul point positif, les stickers à collectionner pour améliorer ses équipes, encore faut-il avoir la foi de jouer autant de matchs pour que ça en vaille la peine. Si vous avez 9.99€ à économiser, c’est le bon jeu pour ne pas craquer.
Points positifs
  • Un emballage qui donne envie
  • Pourvoir tacler intelligemment
  • Le concept des stickers
Points négatifs
  • Techniquement pauvre à tous les niveaux
  • On s’ennuie
  • L’écart entre les équipes
  • Il manque un tuto pour vraiment comprendre ce qu’on peut faire
  • Pas d’ambiance
4.7
Décevant
Graphismes - 6
Bande-son - 5
Difficulté - 4
Gameplay - 4
Durée de vie - 4
Maniabilité - 5
kabuki76
Ecrit par
Joueur depuis la Nintendo Entertainement System, je n'ai jamais laché les manettes de la Firme Japonaise.

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire