Nelly Cootalot: The Fowl Fleet (Nintendo Switch) – Le test

À l’heure où tout va toujours trop vite, où nous souhaitons souvent terminer les choses avant même de les avoir commencées, à l’heure où nous courons après la vie faute d’y déceler la fin de l’aventure au bout du chemin, nous vous proposons aujourd’hui de prendre votre temps et de vous poser tranquillement sur un confortable canapé afin de partir au bras d’une demoiselle pirate pleine de charme. Soyez doux et futé, cette fille là ne manque pas d’audace, et pour la séduire, il vous faudra faire preuve d’intelligence et… de bavardage ! Partons ensemble à la rencontre d’une certaine Nelly Cootalot !

Cette gente dame n’en est guère à son coup d’essai dans le domaine des jeux vidéo puisque nous l’avions déjà retrouvée dans l’aventure Nelly Cootalot : Spoonbeaks Ahoy ! sorti en 2007. Fort est de constater qu’elle est aujourd’hui fidèle au poste et prête à conquérir la Nintendo Switch, avec et toujours la vive envie d’être au cœur d’une aventure haute en couleurs.

Une aventure pleine de panache

Si le monde de la (gentille) piraterie est celui de Nelly Cootalot, il n’en demeure pas moins particulièrement soigné et coloré. La grande majorité des personnages y est dessiné avec soin et détails, jusqu’à leur conférer une véritable identité, nous y reviendrons. Le monde animal n’est pas en reste puisque nombreux volatiles viendront titiller votre parcours semé d’embûches et de rencontre loufoques. Chez Nintendo Town, nous avons trouvé terriblement poilante la barbe de ce baron improbable : « Le Baron Grandebarbe ». Le monsieur a une pilosité incroyable, comme vous vous en doutez… mais qui est t-il vraiment ?

Quand la piraterie se pirate

Rentrons justement dans le vif du sujet, et attardons nous sur votre rencontre avec la jolie Nelly. Votre aventure à ses côtés débute dans la cale d’un bateau, tandis qu’elle s’affaire à recouvrir de timbres maintes documents qui s’empilent sur une table. Souhaitant mettre un peu d’ordre dans ce bazar organisé, et sous la requête de son chef criard, elle décide de faire un brin de ménage et se dirige vers la serpillère qui ressemble, selon elle, « à un calamar » (Nelly ne manque pas d’humour…!). Quand tout à coup… l’esprit du capitaine Barbesang apparaît (un fantôme dans un seau et sa serpillère… ne cherchez plus, vous êtes bien dans un point and click où tout est désormais possible !) : Nelly, il va falloir se retrousser les manches et partir à la recherche de l’horrible Grandebarbe qui manigance de sales affaires… et qui n’hésitera pas à mettre en péril la vie de nombreux oiseaux innocents (ah non, pas touche aux animaux !). Ni une ni deux, vous vous glissez dans une grosse caisse en bois (un premier terrain de jeu qui fait office de tutoriel), et vous voilà bientôt à quai, sur les traces de ce baron poilu.

Les bases de votre aventure sont posées. Vous n’êtes guère au bout de vos surprises…

La recette d’un bon point and click

Suivant le chemin déjà bien connu (et au large sillage tellement il a été emprunté…) des points and click, Nelly et sa bande reprennent les mêmes recettes qui ont fait leurs preuves jadis : nombreuses scènes à découvrir, des centaines d’objets à observer et une bonne quantité à collecter puis à combiner avec tout et n’importe quoi, sans oublier les multiples personnages, tous plus singuliers les uns que les autres. Sans grande surprise, vous passerez donc la majorité de votre temps à observer méticuleusement de nombreux décors, à tenter d’actionner tout et son contraire, repassant encore et encore dans les mêmes passages. Néanmoins, difficile d’émettre une véritable critique négative ici : il s’agit d’un point and click et c’est finalement tout ce que nous recherchons dans ce type de jeu ! Les joueurs les plus impatients devront passer leur chemin.

Afin de vous faciliter la tâche, il vous est possible de visualiser l’ensemble des points cliquables de la scène en cours. Ne vous reste alors plus qu’à les observer et à tenter tout ce qui est testable dessus (oui, nous le faisons tous dans les points and click, conscients que certaines énigmes sont parfois totalement tordues !). Dans le cas de Nelly, les énigmes s’avèrent être globalement logiques, même si certaines demandent un peu plus de réflexion que d’autres. En outre, les développeurs ont eu la bonne idée d’inclure quelques puzzles un peu plus originaux, permettant aux joueurs de s’échapper quelques instants du point and click traditionnel. Et comble de joie, quelques indices vous permettront de vous sortir des situations les plus compliquées : il se pourrait bien qu’un drôle de volatile vous donne quelques tuyaux… mais chut, nous ne vous avons rien dit !

Au delà des objets par centaines, votre route sera aussi jonchée de personnages plus ou moins attachants. Ces derniers interagiront avec vous, et il est plaisant de les voir gesticuler pendant les dialogues. Ces dialogues, il vous faudra souvent les choisir avec soin, afin d’en extraire tous les indices et toutes les infos que vous recherchez (n’hésitez pas à activer la fonction audio de ces conversations afin de vous imprégner davantage de l’ambiance, les dialogues sont en effet muets par défaut). L’ensemble reste très bon enfant, avec toujours une touche d’humour. Bien entendu, le soft est traduit en français (mais non dans son intégralité, les commentaires des développeurs, notamment, sont toujours en anglais mais ils ne sont pas nécessaires à la bonne compréhension de l’histoire, véritables petites cerises sur le gâteau) via de généreux sous titres..

Un gameplay traditionnel avec quelques lacunes

Allons droit au but : privilégier le jeu nomade !  Qu’il est plus agréable de cliquer directement sur l’écran de la console pour interagir avec un objet plutôt que de le sectionner avec un curseur ! Certes, vous distinguerez tous les jolis détails graphiques de ce soft en jouant sur un grand écran de télévision… mais vous perdrez assurément en jouabilité. Une lacune fréquente et récurrente dans ce type de jeu. Aussi, vos déplacements seront lents… et certains passages pourraient soudainement vous sembler cruellement mous. Mis à part ces quelques points notables, le jeu reste globalement agréable à jouer, avec un inventaire accessible et des choix d’actions rapidement pris en main. Vous réaliserez bien quelques erreurs au début, notamment dans le maniement de vos objets, mais au bout d’une dizaine de minutes, tout devrait s’arranger.

Couleurs et musiques chez les pirates !

Vos premiers instants sur le jeu seront très probablement marqués par l’agréable surprise de trouver dans ce soft des graphismes soignés et plein de couleurs. Certains détails dans les décors ou sur les personnages devraient faire mouche auprès des joueurs, qui ne manqueront pas d’être enveloppés par le charme indéniable de cette aventure à l’ancienne (le dessin animé ne prend décidément aucune ride malgré les années !). Les émotions des divers protagonistes de l’aventure sont aisément perceptibles et devraient vous séduire (entre deux recherches d’objets à combiner !).

Musiques et bruitages ne sont guère en reste et vous plongeront sans mal dans l’ambiance.

Accessible et attachant, retrouvez la dernière aventure de Nelly Cootalot sur l’eShop de la Nintendo Switch au prix de 20 euros environ, un budget très correct pour une durée de vie d’environ 7h.

Le saviez-vous ?

Connaissez vous la différence entre un pirate et un corsaire ? À première vue, les deux sont similaires puisqu’ils ont pour objectif principal d’attaquer les navires pour les dépouiller au maximum. Pourtant, la différence est de taille puisque les pirates sont, avant tout, des hors la loi, des bandits de la mer qui s’attaquent à l’équipage en quête de leurs trésors. Les corsaires, quant à eux, agissent sous les ordres d’un pays ou d’un empire qui leur demandent d’attaquer. La vigilance est en revanche de rigueur, puisqu’ils pourraient bien retrouver les pirates en prison et sur la potence s’ils attaquent un navire allié pensant qu’il s’agit d’ennemis à abattre ! C’était le point culture de Nintendo Town les amis…

Conclusion
Nelly Cootalot dispose de tous les ingrédients d’un bon point and click traditionnel : multiples décors, nombreux objets à votre disposition, des personnages offrants des rencontres improbables... les adeptes de ce type de jeu ne pourront qu’être séduits par cette aventure. Si certaines lenteurs sont à signaler, elles n’entachent en rien le plaisir de jeu général : l’univers graphique et musical est suffisamment cohérent pour transporter le joueur dans le monde de Nelly. Et avec Nelly, on ne chôme pas !
Points positifs
  • Graphiquement réussi
  • Personnages et univers attachants
  • Nombreux décors et objets à découvrir, à collecter et à combiner
  • Traduction française disponible
Points négatifs
  • Jouabilité moyenne en mode dock
  • Des lenteurs...
7
Bon
Univers graphique et musical - 8
Jouabilité - 6.5
Fun - 6.5
Durée de vie / Tarif - 7
cooky
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

2 commentaires

  1. Man Uto

    je ne connaissait pas, il a l’air cool comme point and clic

    Répondre
  2. Juliuxx Potter

    La DA est originale ! Bravo !

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire