Real Heroes: Firefighter (Nintendo Switch) – Le test

Sorti pour la première fois sur la Nintendo Wii en 2009, Fire Fighter Heroes est un jeu d’action qui vous plonge dans la peau d’un pompier. Après avoir fait un petit tour sur la Nintendo 3DS et sur PC, ce petit jeu sympathique débarque sur notre Switch adorée avec un rafraîchissement graphique notable.

Il y a le feu, mais pas au lac
Dans Fire Figther Heroes vous incarnez une jeune recrue qui sera très vite confrontée aux dangers du métier. Vous commencerez cette aventure par un petit didacticiel vous permettant d’apprendre les bases pour éteindre un feu mais aussi pour secourir des personnes en danger. Pour accomplir chaque mission avec succès, il ne faudra pas se contenter d’ouvrir les vannes de votre lance et de sauter dans le feu, vous allez très souvent devoir chercher ce qui ne va pas ou protéger le site d’un danger éventuel : s’il y a une fuite de gaz par exemple, votre objectif sera de trouver la vanne pour couper le gaz avant tout. Lors de vos classes, vous apprendrez évidemment à vous servir de plusieurs outils différents pour pouvoir sauver vos victimes ou vous frayer un passage, tels que la hache, l’extincteur, l’écarteur hydraulique, le tuyau d’incendie de proximité, et bien d’autres encore. Il est très important de bien tout prendre en compte et d’étudier son environnement attentivement. Se jeter dans les flammes ne servira à rien, ce jeu demande tout de même un peu de réflexion.

La voie du pompier
Il vous faudra combattre mettre vos talents à profit au cours de 9 missions dans des lieux uniques avec des difficultés différentes mais aussi dans un mode solo qui vous plongera dans un peu plus de 7h d’action et de transpiration. Les flammes ne s’éteignent pas facilement et elles ont même tendance à repartir si vous ne procédez pas par étapes : “Un bon feu s’attaque à la base en remontant vers le haut”, c’est le chef qui le dit ! Tout au long de votre aventure, vous serez d’ailleurs guidé par la voix de vos collègues, dont une étrangement familière qui vous fera penser au doublage des méchants dans Nicky Larson, pas sûr que le résultat comique qui en ressort n’ait été voulu, d’autant qu’on a vraiment l’impression que ce sont des robots sans âme qui nous parlent, à la manière de logiciels de simulation de voix, et à la longue, le drôle laisse place à la peur…

Un habillage presque à jeter au feu
D’un point de vue technique, c’est vraiment une énorme amélioration quand on le compare à la version Wii (encore heureux). Il faut dire que le jeu avait déjà l’air d’être un jeu Playstation 1 de qualité très moyenne et très pixelisé. Il l’est toujours aujourd’hui mais cela ressemble plus à un dessin de bande dessinée qu’à un graphisme de PS1. Dans l’ensemble, c’est acceptable mais très grossier. Il aurait été préférable d’accorder une partie du budget supplémentaire à cet aspect plutôt que pour payer des voix d’acteurs, en particulier au vue du résultat. On pourra aussi regretter une fluidité peu constante ainsi que la présence de bugs bloquants.

Conclusion
Real Heroes: Firefighter est un jeu de pompier très vulgarisé et assez grossier qui se rapproche de l'arcade plus que de la simulation de combat du feu. Techniquement limité, le titre reste agréable à jouer dans l'ensemble. Il est vraiment dommage que l'aspect simulation n'ait pas été plus poussé, ce qui aurait ajouté une dimension éducative. Pour le portage de ce genre de jeu à petit budget, il était peut-être difficile de s'attendre à mieux.
Points positifs
  • Graphisme refait comparé à la Wii
  • IA des flammes assez réaliste
Points négatifs
  • Nombreux problèmes qui font bloquer le jeu
  • Voix des personnages sans âmes
  • Une fin surprenante qui enlève l’aspect simulation à 100%
4.5
Décevant
Graphismes - 5
Gameplay - 5
Ambiance - 4
Fun - 4
GrosGuignol
Ecrit par
Pourquoi GrosGuignol on me demande souvent? Parce que c'est souvent ce qu'on me disait quand je battais des joueurs en ligne. J'en ai fais mon pseudo de gamer à tout jamais!

2 commentaires

  1. Juliuxx Potter

    Ca ne m’étonne pas.

    Répondre
  2. martien martien

    ce genre de jeux de simulation me laisse toujours sans voix, mais c’est un petit plaisir coupable que je m’offre de temps en temps.
    J’adore cette phrase concernant les voix : ” le drôle laisse place à la peur”. C’est tellement souvent vrai !

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire