John Wick Hex (Nintendo Switch) – Le test

Développé par Bithell Games et inspiré de la licence de films d’action éponyme, John Wick : Hex est un jeu de stratégie/action vous mettant dans la peau du fameux tueur à gages incarné par Keanu REEVES. Curieux choix que de s’investir dans un genre aussi spécial quand un shooter aurait très bien pu faire l’affaire, mais étonnamment ce choix osé a beaucoup de logique et tombe très bien pour incarner un assassin aussi méticuleux et précis dans ses exécutions. Mieux que John Wick, vous serez ainsi le chorégraphe de John Wick.

Devenir le Baba Yaga

John Wick : Hex se place dans l’univers étendu des films mettant en scène l’agence d’assassins Continental, le scénario du jeu se situe ainsi en préquel au tout premier film avec un John Wick au sommet de son art en pleine activité, on regrettera cependant l’absence de Keanu REEVES au casting dont on se doute que le planning fût chargé entre un certain jeu futuriste de CD Projekt et un 4ème opus de John Wick en préparation. Nous aurons tout de même Ian MCSHANE et Lance REDDICK qui prêteront leurs voix à leurs personnages habituels des films, à savoir Winston et Charon. Troy BAKER, excellent acteur spécialisé dans les jeux vidéo, sera quant à lui Hex, le grand ennemi du jeu.
Tout aussi simpliste que dans les films, le scénario vous demandera de sauver Winston et Charon, les gérants de l’hôtel Continental, qui se font enlever par Hex, un assassin en soif de pouvoir qui souhaite avoir plus d’influence dans la hiérarchie criminelle bien ficelée de l’univers John Wick.

Concernant le gameplay, nous sommes donc dans un jeu de stratégie, la structure se trouve assez intéressante, car vous serez envoyé dans des niveaux dans lesquels les actions sont basées sur le temps. C’est-à-dire que le temps de la réflexion tout ce qui se passe à l’écran restera figé, une frise temporelle présente en haut de l’écran vous indique le temps que va prendre votre prochaine action et surtout celles des ennemis.
Vous devrez donc mener à bien chaque mission comme un puzzle, par exemple si vous déplacez d’un point A à un point B vous prends en tout 0,6 secondes et que dans une seconde un ennemi est censé tirer, vous devrez donc faire en sorte de bien réagir en conséquence, par exemple en vous mettant vite à couvert ou en tentant une roulade pour esquiver le tir imminent. Vous vous retrouverez donc en tant que chorégraphe d’un petit film d’action à devoir méticuleusement choisir vos prochaines actions en conséquence de ce que l’IA va faire pour venir à bout de chaque niveau.

Bien entendu le panel d’actions reste assez diversifié et des contraintes spécifiques sont à prendre en compte, pour commencer vos munitions, qui sont limitées, vous demandant ainsi de recharger (ce qui prend du temps) ou encore de ramasser l’arme d’un ennemi tout juste abattu. Vous devrez également faire attention aux probabilités de réussite pour vos tirs (les fameux tirs à 90% de réussite que vous louperez comme sur XCom), les différentes armes disposent chacune de leur propre taille de chargeur, de temps de rechargement ou encore de temps de tir, qui vont varier, le tout vous poussant à devoir pas mal échanger avec vos ennemis abattus pour ne pas vous retrouver dans une situation embarrassante.

Vous aurez également à réagir en fonction de votre proximité avec les ennemis, que ce soit pour les assommer à mains nues, jeter une arme sur eux, les pousser pour bloquer la ligne de mire d’un autre ennemi ou encore contre-attaquer un assaillant au corps-à-corps. Ses actions spéciales comme les attaques au corps-à-corps, les roulades ou encore les contre-attaques vous demanderont de gérer une jauge de concentration, celle-ci commençant au maximum à chaque début de mission ne se re remplit que si vous décidez de vous concentrer, le tout bien entendu en échange de précieuses secondes qui pourraient vous mettre dans une position vulnérable.
En somme, le gameplay est très simple à assimiler et l’exécution vous demandera un minimum de finesse pour ne pas vous faire éliminer, la difficulté évoluant assez rapidement, il vous faudra vite vous adapter aux systèmes proposés ici. Chaque erreur peut être fatale et difficilement rattrapable, c’est ce qui fait le sel du jeu et vous impose ainsi de peser les conséquences de chacun de vos mouvements sur la frise chronologique ainsi que votre position dans l’espace.
De plus, chaque fin de niveau vous propose une fonctionnalité assez sympathique de replay qui vous permet de voir l’ensemble de vos actions en temps réel, faisant ainsi du jeu un petit générateur de scènes d’action fort sympathique, on regrettera tout de même un certain manque de fluidité dans les animations de ses replays et des angles de caméra parfois mal calibrés, donnant l’impression de regarder un John Wick robotique se mouvoir.

Comptez au total entre 6 à 8 heures pour compléter l’histoire de 6 chapitres, découpés chacun en une demi-douzaine de niveaux, pour ce qui est de la rejouabilité, il est possible ensuite de sélectionner le niveau de votre choix, si vous souhaitez améliorer votre performance dessus, ou alors tenter le mode rapide, un mode dans lequel vous ne disposerez que de 6 secondes pour planifier chaque mouvement, poussant ainsi à faire du quasi-temps réel et réfléchir très vite.

Le style graphique du jeu en cel-shading est assez réussi et une esthétique néon accompagne le tout, donnant ce thème assez “boîte de nuit” que l’on peut retrouver dans plusieurs scènes des films, les différents chapitres vous emmèneront dans 6 lieux différents en passant de la rue à Chinatown ou encore des quais. Les quelques cinématiques sont présentées sous forme de comics, rentrant bien en cohérence avec tout cet univers construit. On en regretterait presque que les animations soient trop robotiques, gâchant un certain potentiel esthétique lors des replays de fin de mission.

Conclusion
John Wick Hex, par son genre a pris un risque mesuré, mais s’en sort avec brio, si l’on aurait pu préférer un shooter dynamique comme représentant de la licence, ce jeu de stratégie reste extrêmement cohérent avec la logique de tueur à gages aux mouvements perfectionnés et a la capacité de réflexion instantanée très poussée. La difficulté fortement croissante du titre risquera de rebuter les plus néophytes non habitués à des tacticals comme Xcom ou This is the Police, mais contentera très bien les amateurs de challenge. De plus, le titre dispose d’une certaine rejouabilité grâce à un mode rapide vous forçant à prendre des décisions en moins de 6 secondes à la fois. On pointera tout de même du doigt des animations assez grossières qui limitent un peu la récompense de fin de niveau qu’est le replay en temps réel de toutes vos actions, le fun reste tout de même assez présent et compense ces quelques bévues.
Points positifs
  • Le style graphique cel-shading/néon
  • Le système de temps assez original
  • Un côté risque/réussite très récompensant
  • L’ambiance John Wick parfaitement retranscrite
  • Le mode rapide, une bonne raison de refaire le jeu en plus difficile
  • Bonne prise en mains à la manette
Points négatifs
  • Une difficulté qui monte plutôt rapidement
  • Des animations trop robotiques sur les replays
  • On aurait bien aimé la voix de Keanu Reeves (You’re breathtaking !)
7.4
Bon
Graphismes - 8
Gameplay - 9
Durée de vie - 7
Accessibilité - 6
Intérêt - 7
Ecrit par
Rédacteur et testeur en manque de sommeil. Streameur a mes heures perdues Twitter/Twitch @AntwnSan

2 commentaires

  1. Oh punaise ! Il a l’air bien !

    Répondre
  2. Du coup, on peut y jouer sans avoir vu les films vu que c’est un préquel ?

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire