Interrogation: You will be deceived (Nintendo Switch) – Le test

Les jeux narratifs ont toujours eu une certaine côte dans le marché vidéoludique. L’univers de Nintendo a déjà connu un très grand nombre d’œuvres emblématiques, dont la Nintendo DS, avec Hotel Dusk : Room 215 et Phoenix Wright, est la principale garante de ces productions. La Nintendo Switch a accueilli des productions tournées autour de l’interaction entre le joueur et le schéma narratif, à l’instar des jeux de Telltale Games, parmi lesquels The Walking Dead qui constitue le must-have pour s’imprégner d’un univers et un gameplay rafraîchissant en son temps. Les studios indépendants se sont appropriés les codes des jeux narratifs pour mettre en lumière des thématiques jusque-là guère évoquées. Interrogation : You will be deceived représente une entrée en matière atypique pour le studio roumain Critique Gaming, pour qui le terrorisme fait partie intégrante du schéma narratif.

Une enquête complète

Interrogation : You will be deceived propose une expérience vidéoludique atypique pour le public de Nintendo. Sur le plan graphique, le jeu peut éventuellement laisser songeur, mais l’esthétique et la patte artistique sont proprement mises en lumière. Le contenu du jeu est particulièrement inédit, traitant plus spécifiquement des problématiques liées au terrorisme. Toutefois, la production de Critique Gaming ne s’évertue pas à tomber dans des lieux communs, relevant davantage d’une réflexion fine sur le terrorisme et, accessoirement, sur les méthodes d’investigation.

Le scénario est simpliste, allant droit à l’essentiel. Un réseau terroriste agit dramatiquement dans le pays, et une enquête est menée pour mettre fin aux actions de ce groupuscule. Le joueur interprète, de facto, l’inspecteur de police destiné à enquêter sur le groupe. A contrario de L.A. Noire, où le personnage principal réalisait ses enquêtes de manière linéaire et limitée, Interrogation : You will be deceived permet au joueur de développer tout autrement ses compétences d’inspecteur en herbe. Ainsi, il peut gérer à la fois son équipe, composé de plusieurs enquêteurs et d’enquêtrices, et un budget adéquat pour réaliser les recherches et les investigations. Certes, le système reste très simple, mais cette possibilité apporte davantage de profondeur au jeu ; la gestion budgétaire et humaine permet d’apprécier la dimension humaine très souvent oubliée dans les jeux d’enquête.

Réflexion sur la morale

La construction du jeu est toutefois linéaire. Les interrogatoires se succèdent, jusqu’à la confession et à la découverte d’indices agrémentant la quête de l’inspecteur. Divers choix sont possibles pour solutionner l’affaire ; le joueur peut utiliser des méthodes d’intimidation, de persuasion, quitte à utiliser la torture. Bien que cette option soit disponible, elle ne suggère absolument pas l’existence d’une violence gratuite, puisqu’elle dénonce avant tout la pratique de la torture comme méthode spécifique à certains États occidentaux. En somme, l’histoire est riche et complexe, présentant une réflexion autrement plus poussée sur le rapport entre la violence et le suspect – dont le statut de présumé innocent ne devrait pas pousser les joueurs à bout. À une période où les violences policières deviennent un enjeu sociétal, le jeu répond finement à cette problématique. Par ailleurs, ce choix demeure intéressant pour voir jusqu’où le joueur pourrait interagir afin de résoudre l’enquête.

Avant tout construits à travers plusieurs tableaux, les interrogatoires sont subtilement mis en scène. Les choix de question demeurent subtiles, et la construction narrative du jeu est efficacement réalisée. La possibilité d’obtenir diverses fins demeure ambitieuse sur le papier, mais celles-ci sont quelque peu génériques et ne permettent pas de clore le jeu avec la qualité du schéma narratif de l’enquête. En deçà, les fins trouvent toutefois le temps de nuancer l’enquête et de problématiser tout autrement la question du terrorisme à l’ère contemporaine.

Une adaptation efficace ?

L’adaptation à l’architecture de la Nintendo Switch se fait non sans efficacité. À la fois en version portable, dont le tactile est parfaitement supporté, ou en version dockée, avec l’aide de la manette Controller Pro, le jeu fonctionne idéalement. Néanmoins, l’adaptation est relativement supportable pour le public francophone. À moins de maîtriser partiellement la langue anglaise, le jeu brillera vraisemblablement par sa confidentialité. L’absence de traduction française est dommageable pour une telle production – qu’elle demeure fauchée ou non, elle est ambitieuse et aurait mérité une traduction.

Conclusion
Interrogation : You will be deceived est une enquête totalement réussie, constituée par un studio dont l’ambition semble considérable. L’esthétique et le déroulement de l’enquête sont des points forts ; la possibilité de jouer en tactile assurera aux joueurs une portabilité appréciée pour mener l’enquête à tout moment. Seul hic, et pas des moindres, l’absence de traduction française peut être malheureusement préjudiciable pour un public avide d’enquête.
Points positifs
  • Une enquête atypique
  • Des renversements en pagaille
  • Un style graphique plaisant
  • La gestion de l’équipe
  • La complexité des situations
  • La multiplicité des choix
Points négatifs
  • Ne dépasse pas les sept heures
  • Des choix qui ne changent pas réellement le scénario
  • Des mécanismes de jeu vite répétitifs
  • Et la traduction française ?
6.5
Correct
Style graphique - 7
Enquête - 8
Ambiance sonore - 5
Durée de vie - 6

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire