Heart Chain Kitty (Nintendo Switch) – Le test

Les rêves peuvent apporter de grandes choses. Ils peuvent changer notre quotidien et nous faire partir à la découverte de mondes insoupçonnés. Ils peuvent aussi et surtout nous faire prendre part à une aventure fantastique et fabuleuse pour sauver le monde.

Et bien voilà, nous vous avons fait en quelques mots l’histoire de Heart Chain Kitty.  L’histoire d’un chat, Kitty, facétieux et gourmand qui lors d’un rêve, aperçoit brièvement sa mère et décide de la retrouver. Il va s’en suivre toute une série de péripéties dignes d’un dessin animé pour les jeunes enfants. Mais que vaut réellement ce rêve vidéo-ludique ?

Aventure au soleil couchant

Notre périple débute sur l’île des chats. Comme dit précédemment notre jeune héros va se réveiller après un rêve qui nous aura servi de tutoriel. Les bases ont été posées. Kitty, notre personnage court, saute et nage. Exactement comme dans tout autre jeu de plateforme. À la suite de son réveil, Kitty décide de rechercher sa mère. Il va donc sortir vite fait bien fait de son village et s’aventurer sur des terres sauvages. Il va rapidement être perdu dans ce vaste paysage. En effet, celui-ci semble sans fin. Si c’est vrai pour notre personnage, cela l’est tout autant pour nous. Le monde proposé est immense, ou plutôt les mondes. Car en appuyant sur le bouton – une carte du monde va s’afficher. Celle-ci va nous dévoiler des petits cercles représentant chacun un monde. Il va en falloir du temps pour les visiter, car il y en a tout de même une bonne cinquantaine. Bien sûr ils seront tous de taille variable. Mais surtout ils seront tous interconnectés entre eux par des portails faisant un peu penser à la porte des étoiles de Stargate. Ces derniers vont permettre à Kitty de parcourir les niveaux et découvrir les secrets qui les habitent. Chaque monde sera une sorte de grand hub où il sera possible d’y trouver parfois un ou plusieurs portails nous téléportant dans un niveau. On va devoir y combattre des ennemis, sauter sur des plateformes et collecter des pièces d’or ainsi que des cœurs.

La puissance du gant

Mais attendez, cela veut dire que l’on va devoir crapahuter partout pour trouver ces superbes artefacts ??? Et bien, la réponse est bien évidement oui. Heureusement dans cette tâche ardue nous aurons accès à divers outils venant diversifier le gameplay et simplifier notre aventure. Pour faire court, Kitty connaît un très bon ami ingénieur qui va rapidement lui confier une de ses créations, un gant. Mais attention ce ne sera pas n’importe quel gant, bah oui sacrebleu. Il nous a quand même été confié par un ingénieur alors vous vous doutez bien que l’on va être capable de faire des choses sensationnelles avec.  Oui, on peut dire que cet outil est vraiment multifonctionnel, il va être capable d’envoyer des ondes de chocs, des rayons énergétiques et même plus tard permettre de voler tel Spider – Man. Surtout n’allez pas croire en lisant cela que l’on va avoir ces améliorations directement. Que nenni, il va falloir batailler dur pour avoir tout cela. Et quoi de mieux que de rechercher à travers les niveaux des collectibles. C’est donc maintenant que l’on va devoir partir à la recherche des cœurs qui nous serviront au départ à améliorer notre fameux gant et obtenir ses fabuleux pouvoirs. Pour cela rien de plus simple, il suffit d’utiliser tous les éléments de gameplay au bon moment pour les trouver.

C’est la carte !!

 Les mondes et niveaux sont grands et il arrive très souvent que l’on s’y perde. Fort heureusement on aura en notre possession une superbe carte sur le coin de notre écran. Sans grande surprise nous y retrouvons notre personnage et… ben rien de plus. Ben oui il va falloir là encore mériter une carte ultra détaillée et pour cela quoi de mieux que d’aller marchander auprès d’un PNJ afin d’échanger nos précieuses pièces d’or contre des informations très utiles qui se retrouveront affichées sur notre belle carte. Ainsi, moyennant finance, il nous sera possible de voir sur la carte les emplacements des cœurs, pièces d’or, zones d’intérêts et télé-porteurs. Au final, c’est exactement le même procédé que dans les jeux Zelda et au même titre que celui-ci nous aurons des sortes de donjons. Ces derniers seront accessibles via les portails, certains seront optionnels et d’autres nécessaires pour la bonne continuation de l’aventure. Quoi qu’il en soit il sera possible d’acquérir ces fameuses aides sur notre carte pour chaque niveaux et mondes visités à quelques exceptions près.

Les joies du combat

Bien sûr, qui dit donjon, dit boss, et ceux-là ne sont pas en reste. Alors bien sûr ne vous attendez pas à voir des ennemis gigantesques se faire pourfendre par notre avatar dans une exquise gerbe de sang. Il n’en est point question ici, nous sommes tout de même dans un jeu destiné à un jeune public. Mais nous aurons tout de même le droit à des boss assez grands et parfois même assez spectaculaires ou bizarres pour être un poil effrayant. Pour les combattre, rien de bien compliqué, il suffira de trouver leurs points faibles et d’utiliser notre onde de choc pour les frapper ou bien renvoyer à l’envoyeur les projectiles lancés. Ici point de choses compliquées, les combats sont simples et pourtant, il nous arrivera maintes fois de perdre nos cœurs face au plus grand de nos ennemis : la caméra. Dans certains combats, elle peut se montrer vraiment très redoutable. Bien sûr, nous avons un système de lock. Mais ce dernier est réellement capricieux, nous allons locker l’ennemi et la caméra ne cessera pas de tourner autour de lui. Ce souci n’est pas le seul à venir quelque peu entacher notre plaisir de jeu.

Tout d’abord les graphismes, lorsque nous voyons le jeu tourner pour la première fois nous aurons l’impression qu’un saut de peinture a été lancé sur une foule de pixels. Cela donne donc des reflets sur les décors faisant croire que l’on a affaire à du gros papier aluminium sur lequel on aurait mis de la couleur. Notre personnage n’est pas en reste, nous devons tout de même à l’origine diriger un chat anthropomorphe. Au lieu de ça nous avons le sentiment de déplacer une sorte de gros cochon d’Inde. Il est cependant à noter que le niveau graphique peut être plus digeste en jouant en mode docké. Le tout étant bien moins pixélisé sur un grand écran et donne même un aspect très joli. Donnant parfois l’impression de parcourir des mondes de peinture. Par contre n’espérez pas échapper au contrôle de la caméra plutôt capricieuse, celle – ci pourra vous faire vivre un véritable enfer dans les phases de plateformes. Enfin la musique sera assez conventionnelle pour ce type de jeu. Plutôt enfantin avec pourtant des notes qui semblent parfois très mélancoliques.

Le pouvoir des cœurs

Car oui, il ne faut pas oublier le fait que nous sommes dans un jeu avec un aspect enfantin. La recherche des cœurs étant tout de même le but principal du jeu avec comme leitmotiv le pouvoir de l’amour. L’histoire du jeu se renouvelle au bout d’un moment jusqu’à aller au sauvetage du monde. Et oui rien que ça !!! Le jeu propose tout de même deux fins, mais pour cela il va falloir trimer et récupérer l’intégralité des 174 cœurs et des 458 pièces d’or. Autant dire que cela va vous prendre du temps. Si vous rushez bien alors il sera possible de voir la fin au bout d’une dizaine d’heures. Par contre si vous voulez vraiment voir la deuxième fin alors il vous faudra le double afin de tout collecter et de remplir toutes les quêtes que proposent les PNJ. Il est à noter aussi que le jeu propose quelques niveaux en 2,5D mais il va falloir les chercher pour pouvoir s’y téléporter. Enfin pour conclure, le jeu est relativement facile hormis quelques niveaux jouant sur nos nerfs et la caméra. Il n’y a aucun game over, à la manière d’un Zelda on augmente notre santé en troquant des cœurs pour un maximum de 6. Une fois tous nos cœurs tombés on recommence au précédent checkpoint.

Conclusion
Heart chain Kitty est une agréable surprise. Pour une somme modique de 8€90 nous avons le droit à un plateformer 3D tout à fait rafraîchissant. Bien sûr le titre n'échappe pas aux éternels soucis de caméra quasiment indissociables de ce genre de jeu. Malgré la caméra et un aspect enfantin qui transpire la joie de vivre, le jeu offre un univers cohérent où il est bon de vadrouiller à la recherche de collectibles pour une durée de vie de 10 h et cela jusqu'au double si vous voulez tout avoir. Notamment toutes les fins qui sont au nombre de deux. Enfin pour tous les réfractaires à la langue de Shakespeare sachez que le jeu est intégralement traduit en français.
Points positifs
  • Excellente durée de vie
  • Des collectibles
  • Un système de vie à la zelda
  • Pas de game over
  • Traduction française
  • Les capacités du gant
  • Niveau en 2.5D
  • Intégralement en français
  • Bande sonore charmante…
  • Graphismes lisses en docké…
Points négatifs
  • Bien que parfois un peu trop mélancolique
  • Mais flous et pixelisés en mode portable
  • La caméra parfois ingérable
6.8
Correct
Graphismes - 6
Gameplay - 7
Jouabilité - 6
Durée de vie - 8
Bande-son - 7
Ecrit par
Joueur depuis 30 ans, passionné de comics et autres joyeusetés de la sphère geek. C'est avec plaisir que je partage cette passion dévorante qui aura commencer avec un simple plombier moustachu tout fait de pixels.

Laisser un commentaire

Mot de passe perdu

Veuillez entrer votre nom d’utilisateur ou votre adresse e-mail. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe par e-mail.

S'inscrire