BlazBlue: Cross Tag Battle (Nintendo Switch) – Le test

Très bien connu des férus de jeux de combat et plus largement du grand public depuis la sortie de Dragon Ball FighterZ, Arc System Works revient en force pour son 20ème anniversaire avec non pas une, mais 4 licences qui s’entrechoqueront sous la bannière de BlazBlue : Cross Tag Battle.

4 Univers pour 4 fois plus de fun

Les fans du développeur seront ravis d’apprendre que les personnages de la série BlazBlue vont rencontrer ceux de Persona 4 Arena (sorti en 2012), Under Night-In-Birth (sorti en 2015) et, en invités externes, les personnages de RWBY (prononcé “Ruby”) une web série animée de 66 épisodes visionnables sur Youtube. Pour les anglophobes, il n’y a malheureusement pas de traduction française proposée (à l’heure de ce test en tout cas), donc si ceci peut être un frein pour vous malgré le fait que ce soit un jeu de combat, vous risquez de passer à côté des dialogues du mode histoire baptisé “episodes” qui est proposé. En parlant du mode histoire donc, vous pourrez traverser 4 chapitres au cours desquels vous croiserez pléthore de personnages de ces différents univers ayant des interactions inédites à ce jeu,  comme tout bon crossover. Cependant l’histoire est très secondaire, elle vous servira plus d’entraînement hors ligne, à moins que vous ne soyez fan des 4 univers présents. Dans ce cas-là, vous pouvez cocher la case fan-service sur votre liste de souhaits. Les personnages n’ayant pas de réelles raisons de se battre autre que ce que leur ordonne le “modérateur”, une machine qui crée des failles spatiotemporelles grâce auxquelles les personnages arrivent à se croiser (on reste sur un scénario de crossover très basique).

Ce qui nous amène aux personnages, ils sont au nombre de 40 20, c’est un des points faibles de ce jeu, non pas que 20 personnages ne soient pas suffisants, mais que le roster complet compte bel et bien 40 personnages dont la moitié n’est disponible qu’en DLC payants (les deux personnages DLC de RWBY sont au moins “gracieusement” disponibles gratuitement). Le plus cruel dans tout cela est le fait qu’au cours du mode histoire, vous croiserez ces fameux personnages disponibles en DLC, via des cinématiques ou des combats. Ce qui passe un peu comme de la publicité extrêmement forcée à l’intérieur du jeu et n’est donc pas vraiment agréable…

Concernant les modes de jeu, nous restons sur des modes assez classiques, hormis l’histoire vous aurez donc accès aux modes :

  • Versus, que ce soit contre l’IA ou un joueur en local ;
  • Survie, dans lequel vous conservez votre vie entre chaque combat et dont le but est d’aller le plus loin possible (assez classique mais plutôt bon à souligner car ils se font rares dans le versus fighting de nos jours) ;
  • Entraînement classique, par lequel vous passerez pour vous exercer à vos combos ;
  • Un mode “tactics”, qui est un tuto extrêmement complet que ce soit pour apprendre les bases du jeu ou bien maîtriser les spécificités de chaque personnage au travers de leurs défis combos et, cerise sur le gâteau, des défis situationnels pour vous apprendre les techniques les plus avancées. Définitivement le mode entraînement le plus solide jamais vu qui, si vous prenez le temps de faire complètement, vous donnera les armes pour partir en mode Online ;
  • Une galerie, pour toujours plus de fan service ;
  • Un mode replay, pour visionner vos précédents combats et parfaire votre style de jeu.

Et enfin le classique mode en ligne dans lequel vous pourrez vous battre tranquillement ou alors en partie classée pour grimper dans les rangs et affronter des joueurs d’un niveau assez élevé (le netcode semble vraiment bon, il y a peu de lags en partie sauf défaut de connexion de votre part ou celle de votre adversaire).
A noter également qu’a l’instar de Dragon Ball FighterZ, vous vous déplacez avec un avatar dans les menus que vous pouvez modifier à votre guise au même titre que votre carte de joueur, à l’aide de cosmétiques achetables dans la boutique in-game.

Easy to pick. Hard to master.

Passée la présentation, rentrons dans le vif du sujet : le gameplay. Le jeu fonctionne en tag battle, comprenez donc que vous aurez deux personnages à utiliser en combat (impossible à modifier car les coups en tag font partie intégrante du système de combat).

Vous avez à votre disposition 3 touches d’attaque : coup léger, moyen et spécial ainsi que deux touches pour échanger de rôle avec votre coéquipier ou bien l’appeler pour qu’il mette un coup, vous permettant d’ajouter du liant dans vos combos.

Le système de combat est assez simple à appréhender pour les néophytes. On retrouve le système d’auto combo qui était introduit dans Dragon Ball FighterZ (sorti plus tôt cette année), comprenez que si vous martelez la même touche un combo entier s’effectuera sans efforts. Cela rend le jeu plus accessible certes, mais ne le rend pas si facile pour autant. Énormément de subtilités sont à prendre en compte, que ce soit les contres, les anti-air, les overhead,… Et chaque personnage disposant de sa propre palette de coups, à vous de travailler et trouver le duo avec lequel vous aurez la meilleure synergie. C’est d’ailleurs dans ce système d’assist et de permutation avec votre coéquipier que les spécialistes de jeux de combats trouveront la profondeur tant recherchée dans le gameplay afin de trouver les combos les plus longs voire LE perfect combo.

Pour les habitués de BlazBlue, les Astral finish sont toujours de la partie : si votre coéquipier tombe au combat et que vous vous retrouvez donc à un seul personnage, vous pouvez activer le mode “Resonance Blade” qui vous permettra de Jump Cancel plus souvent (annuler une animation de coup grâce à un saut pour pouvoir en déclencher une nouvelle et donc créer des combos impossibles à réaliser en dehors de cet état), faire plus de dégâts et régénérer votre vie. Ce mode activé, vous pourrez cumuler jusqu’à 9 barres de super et ainsi déclencher ces fameux Astral Finish, qui permettent d’achever votre adversaire en un seul coup ! De quoi retourner l’issue d’un combat dans lequel vous vous trouvez en difficulté.

L’animation en général est extrêmement bien réalisée, l’action est toujours très lisible à l’écran et vous prendrez un certain plaisir à découvrir toutes les animations des supers de chaque personnage et d’autant plus les Astral Finish. Le tout accompagné d’une très bonne OST qui sait rendre l’action diablement intense.

Conclusion
Arc System Works oblige, ils n’ont absolument rien à prouver en matière de versus fighting. Ce Blazblue : Cross Tag Battle réinvente même son système de combat pour le rendre plus efficace et attirer un public plus large, tout en gardant une grande profondeur que les plus acharnés creuseront durant des centaines d’heures. Le roster très complet de 40 personnages ne comprends aucun clone et vous permettra de trouver le duo parfait pour votre style de jeu. On regrettera juste que la moitié de ce roster nécessite de passer à la caisse pour être débloqué (ou bien on vous conseille de prendre l’édition deluxe d’entrée de jeu).
Points positifs
  • Un roster solide sans aucun clone...
  • Le mode Tactics, tutoriel le plus complet de l’histoire du versus fighting
  • Une excellente OST
  • Un gameplay très accessible et très profond à la fois
  • Le système de classement offrant du challenge en ligne
Points négatifs
  • ...dont la moitié est amputée sous forme de DLC (4,49€ fois 6 packs)
  • Un mode arcade classique aurait été appréciable
  • Le mode histoire sans grand intérêt si l’on n’est pas fan des univers présents avant d’y jouer
  • Pas de grand intérêt à y jouer hors-ligne
7.2
Bon
Gameplay - 10
Graphismes - 10
OST - 8
Online - 7
Offline - 5
DLC - 3
Ecrit par
Joueur Nintendo depuis la N64 et vénérateur d'Edmund McMillen. Happy Halloween !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.