Next Up Hero (Nintendo Switch) – le test

Développé par Digital Continue et paru en ce début d’année sur PC avant de sortir d’early access 6 mois plus tard et débarquer sur Nintendo Switch, Next Up Hero est un twin stick shooter complètement basé sur un système communautaire en ligne.

Je vois des gens qui sont morts

Comme dit plus haut donc Next Up Hero est in twin stick shooter, comprenez donc que les commandes sont très simples, un joystick pour se déplacer, l’autre pour viser, vous disposez d’un tir principal et secondaire ainsi que d’une compétence spéciale à débloquer selon le personnage utilisé.

Vous serez aux commandes d’un personnage de votre choix parmi les 11 disponibles au total, chacun d’entre eux possède des caractéristiques uniques, ainsi certains sont plus orientés corps à corps et d’autres à distance avec diverses armes comme un personnage se battant avec des boomerangs ou encore un qui utilisera un lance-roquettes. La diversité est assez marquée pour que chaque personnage ait un gameplay ne ressemblant aucunement aux autres.

La partie communautaire du jeu viens du fait que tout ce qui se passe dans ce dernier est en ligne, les niveaux ne sont pas fixés ce sont des sessions créées par des joueurs dans lesquelles l’environnement et la taille sont paramétrables, le reste est généré procéduralement.

La structure d’une partie est donc de traverser un monde (appelé “venture”) composé de différents étages, chacun de ces étages propose un défi généré aléatoirement comme par exemple se battre contre l’ombre de soi-même, ramasser des pièces inflige des dégâts ou encore traverser l’étage contre la montre avec la possibilité de récupérer du temps sur les ennemis tués. L’objectif est d’arriver au dernier étage de la venture et battre le boss pour y récupérer du loot rare.

La particularité rendant le jeu hardcore vient du fait qu’il est impossible de se soigner, chaque venture doit être parcourue en allant le plus loin possible et selon le nombre de joueurs ayant essayé vous trouverez des fantômes de ces derniers (appelés “échos”) que vous pourrez appeler pour vous aider. En bref plus il y aura de morts sur un niveau, plus ce sera facile car vous pourrez appeler les joueurs tombés au combat, en toute logique donc plus vous irez loin et moins il y aura d’échos à invoquer pour vous assister.

Un point décevant à retenir sur ce système d’échos vient du fait qu’ils soient contrôlés par l’IA et non pas par des joueurs, de la coopération est possible mais à 2 maximum.

De ce système d’échos découle une autre mécanique du jeu, les anciens. Si vous le souhaitez, vous pouvez sacrifier des échos vous assistant pour déclencher des sorts passifs comme une invulnérabilité temporaire, un bombardement de zone ou augmenter la quantité de pièces récupérées.

Mais quel est donc l’objectif du jeu ? C’est très simple il n’y en a pas vraiment, une histoire est présente mais très oubliable et sans vrai rapport avec ce qui se passe en jeu. Vous devrez traverser un maximum de niveaux pour accumuler des “prestiges” qui sont la monnaie du jeu ainsi que l’expérience propre à chaque personnage, votre but sera donc de monter de niveau chaque personnage pour être plus fort et pouvoir progresser plus loin, au total 4 modes de difficulté différents seront à maîtriser, les niveaux les plus élevés ayant un prérequis de niveau global en jeu à atteindre.

Il y a tout de même un peu de personnalisation du personnage puisque selon les ennemis abattus vous pourrez récolter des médailles permettant d’acheter des pouvoirs passifs à équiper comme par exemple un pourcentage de chance de tirer plusieurs projectiles simultanément. Vous avez également des objets équipables que vous récupérerez sur les ennemis rares et les boss, améliorant donc les statistiques d’attaque, vie, etc…
En soit le jeu demande énormément de grind et le fait d’avoir peu de vie et ne pas pouvoir la régénérer en partie donne un mix de difficulté et répétitivité assez frustrant.

L’un des modes les plus intéressants du jeu se débloque au niveau 5, le mode créateur de donjon, ce dernier permet comme son nom l’indique de créer une venture qui sera un challenge lancé à la communauté, la monnaie récupérée en jeu permet de créer des défis encore plus difficiles, dans le créateur chaque étage est complètement personnalisable vous laissant le choix de chaque défi spécifiquement, du nombre d’étages et de la difficulté, le principe étant que si aucun joueur n’arrive à compléter votre donjon vous récupérerez du loot plus rare et de l’argent, par contre le premier joueur qui réussit à relever le challenge récupère le loot pour lui.

Hélas la version Switch n’est pas exempt de défauts, la traduction française est partielle voire mal faite par moments (du bon Google Traduction) et les caractères ne rentrent pas entièrement ce qui donne des phrases tronquées sur la plupart des menus. Ajoutez à cela une stabilité très bancale avec des freezes, des chargements infinis et crashs du jeu intervenant assez souvent pour le souligner dans ce test.

De plus, le jeu nécessite obligatoirement une connexion internet pour jouer, un mode hors-ligne est bien présent mais lancer une partie hors-ligne vous amène directement dans un chargement infini, considérez donc que cette option n’existe tout simplement pas.

Conclusion
Next Up Hero offre tout ce que l’on pourrait attendre d’un twin stick shooter en y apportant sa dose de progression et amélioration des personnages permettant d’aller de plus en plus loin avec aisance, le système de “résurrection” des anciens joueurs ayant essayé le même niveau via les échos est une plutôt bonne idée qui fonctionne bien en jeu et permettant d’équilibrer une difficulté extrême liée à l’impossibilité de récupérer de la vie. L’expérience de jeu est malheureusement entachée par une optimisation aux fraises rendant crashs et freezes assez fréquents annulant souvent votre progression dans le niveau en cours.
Points positifs
  • La diversité des personnages
  • Le système d’amélioration des personnages
  • Le mode créateur de donjon
  • Le système d’échos, une bonne idée
Points négatifs
  • La difficulté vraiment trop élevée surtout s’il n’y a pas d’échos d’autres joueurs
  • Des traductions bancales
  • Un mode hors-ligne non fonctionnel donc connexion internet obligatoire
  • Une optimisation en carton faisant souvent planter le jeu
  • Très répétitif
  • Beaucoup de grind nécessaire
  • Peu d’intérêt sur la durée, le jeu est plus à picorer par petites sessions (entre 2 freezes)
  • 19,99€, si intéressé attendez une promo
4.8
Décevant
Graphismes - 8
Maniabilité - 8
Intérêt - 5
Accessibilité - 2
Optimisation - 1
Fire Akuma
Ecrit par
Webmaster à votre service ! J'aime la Pizza, Jinx, Frozen et le LOSC. AFK je suis volleyeur et ADC/Jgl.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire