Slay the Spire (Nintendo Switch) – Le test (deuxième avis)

Dans le domaine du jeu de cartes physique, le “deck-building” est un style de jeu qui a déjà bien roulé sa bosse mais qui est étrangement peu présent chez son homologue virtuel. Qu’à cela tienne, les petit(e)s gars/filles de Mega Crit Games sont venus combler ce vide avec Slay The Spire, qui mûrira en accès anticipé sur Steam pendant deux ans avant d’atterrir dans sa version finale cette année sur PC, puis sur Switch en ce mois de juin afin de justifier vos longues heures passées dans vos toilettes.

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un “deck-building” ?

Slay The Spire est donc un jeu de construction de pioche où les cartes représentent l’équipement de combat de votre personnage : attaque, défense, buff ou débuff, que vous allez devoir étoffer au fil de votre aventure. Armé de seulement dix d’entre elles au début de votre partie et d’une relique (objet qui améliore vos conditions de combat), vous allez devoir choisir l’un des chemins qui mène aux boss des trois actes qui vous sont proposés. Mais rassurez-vous, vous n’avancez pas à l’aveugle. En vous engageant sur une branche du parcours que vous empruntez, vous savez par avance quel sera le fruit de votre prochaine rencontre. Si lors de vos premières parties, vous serez tenté d’enchaîner combat sur combat pour enrichir votre deck de nouvelles cartes ou encore de reliques plus ou moins rares, l’expérience de la défaite vous motivera à faire preuve de plus sagesse et à visiter un marchand même sans un sou afin d’éviter un nouvel affrontement qui aggraverait vos points de vie. Car hormis les potions éventuellement glanées lors d’un combat ou achetées chez le marchand, seuls les rares feux de camp peuvent restaurer votre santé et vous éviter le retour à la case départ.

Les cartes au cœur de choix stratégiques

La stratégie sera donc le maître mot pour vous orienter dans votre voyage mais aussi pendant vos face à face. En effet, à votre tour lors des combats, vous n’avez qu’un nombre limité d’énergie et de cartes en main. Les cartes consommant de l’énergie pour être jouées, il va falloir combiner au mieux vos cartes de manière à blesser le plus possible l’ennemi tout en vous protégeant de sa future attaque. Heureusement pour vous, les simples sbires comme les boss et les mini-boss vous indiquent leurs prochaines intentions pendant votre phase de jeu. Vous l’aurez compris, ce besoin de comboter vos cartes lors de vos duels vous incite à choisir de façon minutieuse les cartes que vous récupérez et que vous améliorez mais aussi celles à éliminer et qui ne rentrent pas en synergie avec le reste de votre deck. Pour les novices en jeu de cartes, rassurez-vous la progression dans cette tâche est facilitée par la description didactique et synthétique des effets des cartes que vous collectionnez.

Des traits de rogue-like

Avec seulement trois niveaux, la question de la durée de vie est justifiée. Mais il vous faudra plusieurs heures avant de déverrouiller l’ensemble des personnages, leurs decks complets ainsi que la totalité des reliques. Slay The Spire revendique par ce contenu déblocable conséquent un aspect rogue-like que l’on retrouvera avec la génération procédurale des parcours de chaque acte et les événements aléatoires dans lesquels vous pourrez vous risquer pour le meilleur comme pour le pire. La rejouabilité est donc intéressante notamment grâce à une difficulté croissante qui n’entache pas votre envie de retenter votre chance mais aussi via les modes ascension et défi quotidien qui renouvelleront votre expérience.

Quelques défauts qui ne gâchent rien de l’expérience

Malgré les nombreux lauriers lancés précédemment, Slay The Spire peut au premier coup d’œil en repousser plus d’un. On trouvera dommage que le principe original de ce jeu ne soit pas soutenu par des graphismes plus élaborés, que ce soit au niveau des cartes ou des personnages. Le bestiaire quant à lui reste restreint et il ne vous faudra que quelques parties pour que celui-ci ne vous surprenne plus et que vous anticipiez rapidement la meilleure combinaison de carte à déployer lors de vos rencontres hostiles.

Conclusion
Slay The Spire est donc un jeu de cartes singulier très sympathique qui lorgne sur le rogue-like et dont la prise en main est facilitée par l’intégration de la fonction tactile de la Switch. Il saura mettre à rude épreuve votre capacité d’adaptation et de gestion de votre deck sans abattre votre détermination à atteindre le dernier tableau du jeu et ce, pendant de nombreuses heures.
Points positifs
  • Le concept “deck-building” et “rogue-like”
  • Le mode tactile
  • Le prix
  • La pléthore de cartes et reliques à débloquer
Points négatifs
  • Le bestiaire limité
  • Les graphismes particuliers
8.4
Génial
Divertissement - 9
Gameplay - 10
Bande-son - 7
Graphismes - 7
Durée de vie - 9
Padrok
Ecrit par
Vieux voyageur, gamer et collectionneur de jeux de société à deux doigts de se faire bannir de LoL

6 commentaires

  1. Bon test ! J’attend la version boîte pour me le faire…
    Hâte !!!

    Répondre
  2. Bon test !! J’attend la version boîte et go …

    Répondre
  3. Manuto

    Un classique.
    On m’en a dit que du bien

    Répondre
  4. JulieSailing

    Ca donne envie d’ y jouer :p

    Répondre
  5. Orchidia01

    Il est sympa ce jeu de carte , il me tenterait bien … Je suis d’accord pour les graphismes , ils ne sont pas très accrocheurs pour moi …^^”

    Répondre
    • JulieSailing

      C’est un jeu de carte aussi, il ne faut pas en demander trop :/

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire