Close to the Sun (Nintendo Switch) – Le test

L’éditeur Wired Productions et le studio italien Storm In a Teacup viennent de porter le jeu d’exploration horrifique Close to the Sun sur Nintendo Switch. Sorti en mai dernier sur PC, place aux versions consoles quelques mois plus tard. Une très belle édition physique collector limitée à 1000 exemplaires est même disponible sur le site de l’éditeur. Mais que vaut ce portage sur Nintendo Switch ?

Développé sous Unreal Engine 4, Close to the Sun vous propose d’incarner la journaliste Rose Archer qui, en 1897, pénètre à bord de l’Helios, un navire immense et mystérieux créé par Nikola Tesla dans lequel elle recherche sa sœur. Où peut bien être Ada et que se passe-t-il dans cet endroit ? Les grandes salles sont entièrement vides. La puanteur de la chair en putréfaction envahit l’atmosphère. Un silence de mort. Un unique mot inscrit sur la porte d’entrée… QUARANTAINE ! Où se trouve Ada, et que lui est-il arrivé ?

Tous les halls du navire sont vides. On comprend très vite que l’ambiance n’est pas à la fête mais l’exploration n’en est pas désagréable pour autant. En effet, le scénario reste assez classique dans son approche mais l’univers est très accrocheur. On découvre certaines des inventions de Tesla, sa rivalité avec Edison ,  le suspectant même d’espionnage, ou encore des thématiques liées au voyage dans le temps. Nous n’irons pas plus loin pour ne pas dévoiler le scénario, sachez juste que l’univers proposé ici fait beaucoup penser à Bioshock.

Close to the Sun est certes un jeu d’exploration horrifique, mais un de ceux où les interactions sont très limitées. Votre personnage peut marcher et courir. Rose peut également enjamber, grimper aux échelles, ramper mais l’exécution de tous ses mouvements est extrêmement lente… Il y a une grosse part de contemplation avec les différentes salles du navire très impressionnantes et réussies dans leur conception. On peut lire divers documents pour en apprendre plus sur l’équipage du bateau dont certains scientifiques présents.

Le titre propose également son lot d’énigmes mais elles sont très simples. Il s’agira principalement de trouver des codes secrets pour ouvrir des portes, désactiver/activer des générateurs ou mettre la main sur des clés et documents pour progresser. Il y a une troisième variante dans le gameplay dont on se serait bien passer, les séquences de courses poursuites. Il arrive que divers ennemis nous repèrent et nous n’avons pas d’autres choix que de courir tout en trouvant le bon chemin. A la moindre erreur, c’est la mort, car il existe un chemin bien précis. C’est finalement frustrant de devoir ainsi recommencer.

Le titre dispose de très bons doublages anglais et français permettant une immersion réussie tout comme sa bande-son au piano et son sound design très travaillé. Tout comme Firewatch, la sœur de Rose, ainsi qu’un homme coincé sur le bateau, nous parlent via une radio pour nous guider. Découpé en chapitre, l’aventure reste néanmoins très courte : 30€ pour 4 heures de durée de vie. Et si jusque-là l’ensemble paraissait correct et attirant, le portage Nintendo Switch est complètement raté.

On en vient à la partie technique du jeu, franchement honteuse. Pour appuyer nos propos, nous allons prendre le communiqué de presse concernant l’annonce du jeu sur Nintendo Switch dans lequel l’éditeur Wired Productions disait : « Close to the Sun fait partie des jeux de 2019 les plus impressionnants sur Switch »; « Ramener des jeux qui sont jolis sur Switch est un vrai challenge à relever, et les standards de qualité atteints par notre partenaire sur ce jeu est gage de qualité ». Et bien c’est tout le contraire avec cette version absolument immonde pour les yeux. Il suffit de regarder les screens illustrant ce test.

Close to the Sun n’est pas un mauvais jeu mais cette version Nintendo Switch est complètement détruite par son optimisation. Le rendu graphique n’est qu’une bouillie de pixel ne rendant absolument pas hommage au jeu d’origine, magnifique sur PC. C’est à peine mieux en portable, vu que le jeu est tellement moche qu’on a du mal à explorer les lieux et trouver des indices. On pense immédiatement à Rime ou Observer sur Switch, sortis tous les deux dans un état tout aussi déplorable. Cela scintille dans tous les sens et cerise sur le gâteau, il y a des chutes de frame-rate à vous faire tomber de votre chaise.

Conclusion
Close to the Sun dispose de nombreux atouts pour attirer les joueurs. Mais malgré une aventure narrative mystérieuse, horrifique et une direction artistique sublime le portage Nintendo Switch pique tellement les yeux que l’on ne peut même pas apprécier le jeu, d'autant que son gameplay n’est pas optimal avec une lourdeur de notre personnage, des séquences de courses trop scriptées ou encore des énigmes basiques. Sans une mise à jour améliorant les performances graphiques et techniques, il est impossible pour nous de recommander le jeu.
Points positifs
  • La direction artistique...
  • Bon doublage français et anglais
  • Ambiance réussie
  • Univers attirant
  • Nikola Tesla vs Edison
Points négatifs
  • ... flinguée par un rendu graphique horrible
  • Des chutes de frame-rate à gogo
  • La lenteur des mouvements du personnage
  • Les séquences de courses-poursuites
  • Des énigmes trop simples
  • Trop court pour son prix
5.5
Moyen
Scénario - 7
Direction artistique - 7
Gameplay - 6
Bande-son / Bruitage - 7
Durée de vie / Tarif - 4
Portage - 2
juju05 B
Ecrit par
Webmaster Adjoint

3 commentaires

  1. Manuto

    C’est pas folichon comme note

    Répondre
    • Orchidia01

      C’est surtout du au portage merdique comme sur beaucoup d’autres jeux qui ne sont pas prévu de base pour la switch 🙁

      Répondre
  2. JulieSailing

    Sur PC, il est quand même mieux réussi je trouve ‘-‘

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire