Void Bastards (Nintendo Switch) – Le test

Dans l’espace personne ne vous entendra crier, vous connaissez sûrement cette réplique, dans Void Bastard, crier, vous allez le faire souvent et comme vous êtes dans l’espace … bah vous mourrez seul dans votre coin !

Allez prisonnier va bosser !

Dans Void Bastards vous ne dirigez pas réellement un personnage, nous sommes dans un Roguelite qui nous fera passer d’un prisonnier à l’autre en permanence.

L’histoire est simple, l’ordinateur de bord d’une prison volante interstellaire prend confiance et se met à nous donner des ordres. L’idée générale assez simple : va me chercher de quoi réparer mon vaisseau. L’ordinateur contrôlant une prison, c’est assez simple pour lui d’avoir de la main d’œuvre pas chère et jetable !

Nous allons donc devoir suivre ses ordres et avancer de vaisseau en vaisseau pour les piller et construire ce que l’ordinateur veut. L’histoire est donc assez simple, si vous vous en contentez il faudra une dizaine d’heures pour en venir à bout, mais comme tout Roguelite qui se respecte, le but c’est de devenir un gros bill qui roule sur tout et donc peut importe le nombre de morts que l’on subira nous y arriverons ! De plus le jeu nous propose moult défis et des modes de difficulté qui rendent le jeu encore plus difficile.

Visuellement magnifique

Nous sommes obligés de nous arrêter sur l’aspect visuel et sonore du jeu, c’est juste une régalade. Le jeu nous plonge dans un comics, dès le menu principal nous avons l’impression d’ouvrir une page de BD américaine. Les cinématiques reprennent le principe de Turbo Media avec des cases qui vont s’animer les unes après les autres, comme si nous avions un mélange de BD et de vidéo, c’est vraiment agréable et sympa !

Visuellement il n’a rien à envier à Borderlands par exemple. Des effets de fumée, de lumière rendront l’immersion encore meilleure. La musique et les bruitages sont hyper efficaces et collent totalement à l’ambiance un peu flippante d’être sur un vaisseau vide rempli de citoyens un peu louches qui vous jetteront des boules d’Energie au visage dès que l’occasion se présentera.

Les ennemis sont aussi magnifiques et collent à l’ambiance, chaque vaisseau est généré procéduralement, mais à chaque fois il aura un thème, du dépotoir au vaisseau de luxe, en passant par le vaisseau tout simple, alors inlassablement vous retomberez sur des vaisseaux qui se ressemblent, c’est toujours le souci avec les Roguelite procéduraux, mais franchement ici ce n’est pas grave car à chaque fois ce sera un plaisir pour l’œil.

Mi-FPS, Mi-Infiltration, Mi-molette

Outre ce jeu de mots un peu facile, Void Bastards est intéressant dans son concept. Notre but comme dit plus haut est de piller un vaisseau, puis de passer au suivant, pour piller ces vaisseaux vous allez devoir récupérer du carburant, de la nourriture, des ressources pour crafter et des munitions. Oui des munitions car nous sommes ici dans un FPS ! 

Si la sensation de tir n’est pas superbe, le jeu ne se veut pas être un Doom. Ici pas de frénésie de tir, on ne fonce pas dans le tas, finalement on ne tire que si l’on y est obligé. Les balles se faisant rares, notre vie baissant très rapidement et les ennemis rapidement très nombreux il vaut mieux se la jouer Solid Snake.

Mais ce n’est pas aussi simple, même si vous pensiez avoir tué tout le monde sur un vaisseau il y a des portails qui vont faire apparaitre de nouveaux ennemis, il ne faut donc pas traîner sur un vaisseau pour s’amuser à tout fouiller, de toute façon vous avez une jauge de temps qui correspond à votre oxygène restant, vous n’aurez pas l’occasion de flâner.

Sur les vaisseaux vous trouverez plusieurs salles communes à chaque vaisseau et d’autres différentes, mais sachez une chose, elles vous seront toutes utiles ! De la salle de commande qui vous permettra d’afficher sur votre carte les emplacements des trésors, de la salle de soin pour regagner de la vie, la salle qui vous permet de recycler votre trop plein, celle qui vous fait regagner de l’oxygène, ou encore celle qui active l’électricité du vaisseau, bref, vous aurez pas mal de salles différentes et aléatoires, enfin pas tant que ça.

Il faut faire un choix 

Comme souvent dans ce genre de Roguelite, à l’instar d’un Slay The Spire, vous devrez choisir la prochaine destination parmi 2 ou 3 choix possibles. Vous vous baserez bien sûr sur le trésor qu’il contient (en avez-vous besoin pour crafter une nouvelle arme ?), ou bien les ennemis présents (il y a des matons, ils sont presque increvables, autant essayer de pas aller sur un vaisseau où ils sont présents pour le moment …), mais aussi et rapidement surtout quelle salle spéciale et quelle ressource contient ce vaisseau (ai-je besoin d’une salle de soin tout de suite ? De munitions pour mon pistolet ?).

Pour faire ce choix vous aurez besoin de deux choses, de nourriture et de carburant, si un voyage coûte toujours 1 de chaque, ne pas en avoir vous coutera énormément de vie … et franchement ça craint grave ! Car la vie c’est précieux, nous n’en avons qu’une !

La vie ne tient qu’à un fil, et ce fil, finalement on s’en fiche un peu, c’est peut-être là ou Void Bastards commence à être décevant, il est trop peu punitif sur nos morts, en dehors de revenir aux derniers points de passages (qui consistent en des entrées de nouveaux espaces qui vont contenir des ennemis plus puissants qu’auparavant), il y a très peu de pertes. On garde toutes nos armes, améliorations, objets et ressources, on ne perd finalement que ce que l’on a en cours de mission quand nous mourons. 

Mourir signifie passer d’un prisonnier à l’autre, chaque prisonnier est unique et va avoir des bonus et malus, un gros fumeur toussera de temps en temps et attirera les ennemis (tant pis pour la discrétion), un ancien voleur quant à lui pourra courir sans faire de bruit (tant mieux pour nous). Ces traits pourront être modifiés en cours de voyage si l’on tombe sur des vaisseaux permettant ces modifications (ils sont assez rares).

On tourne malheureusement vite en rond

Si Void Bastards propose un jeu solide, efficace et fun, la lassitude va s’installer assez rapidement, faire une grosse session de plusieurs heures deviendra vite barbant.

Entrer dans un vaisseau consiste seulement à le piller, à l’intérieur il y aura souvent 1 gros objet rare, et plein de petits (des ressources ou des munitions), nous allons donc très souvent ne pas chercher à vider le vaisseau, mais simplement foncer à la barre pour détecter les trésors, foncer ensuite chercher l’objet rare ainsi que les bidons de carburant et vite repartir.

Le manque d’activités et de missions finalement fait qu’on répète inlassablement le même schéma, un peu de nouveauté se fait quand on tombe sur des vaisseaux spéciaux (tout dans le noir, pas d’électricité, beaucoup de fumée), mais au final notre but sera toujours le même, récupérer un trésor et du carburant, s’enfuir et partir vers un autre vaisseau.

C’est un peu le défaut des Roguelite, mais le temps de tout upgrade, tout crafter, finir le mode histoire, recommencer en plus difficile on a quand même pas mal d’heures devant nous. Même si parfois on aura tendance à vouloir foncer en ligne droite vers l’objectif, car rien ne nous oblige à descendre dans le vaisseau, nous pouvons simplement l’utiliser comme un point de passage vers le suivant.

Côté technique la Switch s’en sort plutôt bien visuellement, le jeu est cependant très peu jouable en portable, les dialogues lors des cinématiques sont flous, minuscules et illisibles, globalement les textes sont très peu lisibles en mode portable, en dehors de cette lisibilité le titre fonctionne bien en portable. Sur TV cependant aucun problème, on peut rencontrer d‘énormes baisses de framerate lorsque trop d’ennemis déboulent au même endroit au même moment, de même des micro-freeze sont réguliers quand on tire sur un ennemi, rien d’handicapant ou qui rende le jeu injouable, mais assez agaçant quand même.

Conclusion
Void Bastards est un FPS-Roguelite très intéressant et agréable, si l’aspect redondant du Roguelite ne vous dérange pas il saura vous occuper plusieurs dizaines d’heures. Le jeu est magnifique et rien que pour son aspect visuel il mérite d’y faire un tour. Cependant si vous jouez seulement en mode portable, passez votre chemin le jeu n’est pas fait pour ça.
Points positifs
  • La patte graphique très comics
  • L’ambiance sonore
  • Le mélange FPS et Roguelite
  • Les armes bien différentes les unes des autres
Points négatifs
  • Rapidement répétitif
  • Sensation de tir molle
  • Redondant dans l’exploration
7.8
Bon
Gameplay - 6
Graphismes - 10
Durée de vie - 7
Bande-son - 8
Lordo
Ecrit par
Fan de comics et de jeux vidéos, j'aime partager mon avis et débattre autours de mes deux passions.

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire