Neon Abyss (Nintendo Switch) – Le test

La Team 17 est connu pour ses licences de qualités notamment les célèbres Worms, mais aussi The Escapists ou encore le rageant Overcooked. S’ils sont pour la plupart du temps juste éditeur, il faut quand même leur créditer qu’ils ont du flair ! Alors préparez-vous à mourir ! Prenez votre meilleur pistolet, votre plus confortable couche culotte et allez en enfer !

Les nouveaux dieux ça craint

Si vous connaissez American Gods (le livre écrit par Neil Gaiman, la série TV diffusée sur Amazon Prime ou encore le comics disponible chez Urban Comics), vous serez un peu en terrain connu, vous rejoignez la « Grim Squad » d’Hadès pour débarrasser les Abysses des nouveaux dieux ! Le pitch tient sur un post-it mais franchement, dans un rogue lite, c’est pas un peu optionnel ? Nous allons donc progresser dans un univers facile à lire, tout plein de néons, généré aléatoirement avec plein de monstres qui veulent notre peau.

Une prise en mains rapide et efficace !

Quand on lance le jeu on commence direct par tomber dans l’Abysse, à vous de prendre le jeu en main, selon votre débrouillardise cette première run peut être plus ou moins longue. Le gameplay est plutôt rapide à prendre en compte, on vise et on tire avec le joystick droit. On saute en utilisant la gâchette gauche, on active des portes et on ouvre des coffres avec R et on utilise son pouvoir avec la gâchette droite.

On peut choisir dans les options que le joystick gauche de déplacement nous fasse aussi sauter lorsqu’il est mis vers le haut, qu’il y ait un principe d’aide à la visée (peu efficace et souvent gênant plus qu’autre chose).

Il y a trois niveaux de difficulté, vous commencerez en normal, mais vous pouvez basculer à souhait dans le hub, le mode facile vous permettra de mieux vous familiariser avec le système, plus vous augmenterez de niveau plus les ennemis seront puissants et auront de PV, en mode difficile il y a un vrai challenge. Dans ce hub vous pourrez aussi changer de personnage, chaque personnage va avoir ses aptitudes, par exemple de base vous avez un personnage masculin et un féminin, le masculin aura 3 cœurs mais 1 clé et 1 grenade pour commencer, le personnage féminin aura quant à elle 4 cœurs mais seulement 1 clé et pas de grenade.

Vous pourrez aussi dans ce hub dépenser les gemmes que vous gagnez à raison de 1 par boss tué lors de vos différentes runs. Vous pourrez ainsi débloquer de nouveaux objets ou encore des nouveaux personnages.

La mort est la seule issue

Dans Neon Abyss comme dans tout bon rogue like qui se respecte on va mourir, mais vu que l’on chope des gemmes ce n’est pas totalement inutile de mourir.

Le jeu consistera à battre au départ un boss après 5 niveaux, puis ce boss deviendra toujours le boss de 5ème niveau mais un autre boss objectif apparaîtra au 6ème niveau, et ainsi de suite. Vous aurez fait le tour globalement de tout ça en quelques heures (une quinzaine). Mais le jeu regorge de plusieurs centaines d’objets.

Tout comme un Binding of Isaac vous allez cumuler moult et moult objets, si certains seront cool visuellement ils seront moins utiles dans le jeu, cependant le cumul d’une tonne d’objets donnera souvent des combos plutôt cools, et si en plus vous avez la chance de tomber sur une bonne arme ce sera alors encore plus jouissif. Car c’est le côté cool et rageant de ce genre de jeu, vous pourrez tomber sur des super items et avoir la run de vos rêves ou alors tomber que sur des objets pourris et aucune arme … comme on dit « c’est l’jeu ma pov’ Lucette ».

Plusieurs choses sont à ajouter au gameplay et son propre à Neon Abyss, un système de Karma par exemple. Plusieurs fois vous trouverez des pierres flottantes violettes, ou des portes ou même des coffres violets. Tous ces objets violets pourront être apaisés à l’aide de gemmes (qui servent aussi à utiliser votre pouvoir unique). Si vous en apaisez suffisamment (à l’aide de gemmes ou en finissant une zone sans mourir) vous aurez alors accès à une pièce qui renferme un objet (souvent puissant !) à l’inverse si vous tapez ces objets violets, ils deviendront rouges et alors vous perdrez ½ cœurs pour les apaiser (et vous augmenterez votre jauge rouge), une fois remplie vous aurez accès à une pièce qui renferme souvent les meilleurs items du jeu mais qui vous coûtera un réceptacle de cœur !

Le second système est celui des œufs, vous trouverez au cours de vos voyages dans l’Abysse des œufs, ils écloront aléatoirement (parfois ils seront vides) en fin d’une zone. Ils pourront avoir des effets bénéfiques (par exemple un petit personnage qui va lancer des boules régulièrement), mais parfois embêtant (comme Donald Trump qui vole l’argent qui traîne par terre). Ils ont chacun leurs PV et peuvent augmenter de niveau et évoluer. Le fait que ce soit aléatoire rend ces bonus vraiment intéressants comme handicapants.
Une ambiance qui fonctionne

Visuellement le jeu est chatoyant, ce pixel art moderne (on n’est pas sur du gros pixel qui tâche non plus) avec toutes ces touches de néons est vraiment agréable à l’œil. Les zones (disposées aléatoirement mais pas aléatoires en elle-même) sont bien jouables et jamais trop rageantes. Cependant on fait vite le tour et une lassitude peu intervenir si on joue trop longtemps.

La direction artistique sur les boss est vraiment très sympa, on rigolera bien la première fois que l’on tombe sur le dieu de la malbouffe avec des têtes volantes représentant Ronald ou Wendy’s, ou bien encore l’idole de fan qui s’appellera Johnny parfois. Les boss sont en tout cas tous très travaillés avec un gameplay propre à chacun. On apprendra cependant rapidement les patterns des ennemis qui sont finalement très peu nombreux, c’est bien dommage.

La musique est du même ressort, elle est très agréable et fonctionne très bien, mais peut devenir un peu redondante, c’est un peu la malédiction des rogue lite, ça dure très longtemps mais la musique est souvent pas assez longue donc on boucle souvent sur les même musiques.

Côté technique, c’est peut-être là que le bât blesse, on a souvent des chutes de framerate assez importantes, et bizarrement pas forcement lorsqu’il y a beaucoup de bouboules ou d’ennemis mais par exemple sur certains boss (je pense à l’idole des fans) il y aura toujours du lag ! C’est dommage, mais rien qu’un patch ne saurait corriger.

Conclusion
Vous l’aurez sûrement deviné mais Neon Abyss est à réserver aux fans de Rogue Lite, pour peu que vous soyez friand des jeux à « boulettes » comme Enter The Gungeon, que le style 2D/pixel vous dérange pas, et que parcourir des niveaux générés aléatoirement pour avoir les bons objets comme dans un The Binding of Isaac ne vous rebute pas et finalement que mourir est une passion alors Neon Abyss est sûrement dans le haut du panier du genre. Il n’aura pas une histoire et un lore approfondis comme un Children of Morta mais saura vous combler des heures … le seul souci c’est qu’on a vraiment du mal à ne pas relancer une partie après être mort !
Points positifs
  • Un nombre d’objets dément
  • Le système de Karma
  • Le nombre de personnages
  • Le choix dans la difficulté
  • Une prise en main rapide et facile
  • Une DA agréable
  • Le système d’œufs
Points négatifs
  • Rageant comme un rogue lite
  • Beaucoup d’objets fortement similaires, histoire de gonfler le nombre artificiellement
  • C’est dur de lâcher l’affaire après une super run
  • Des personnages pas forcements tous intéressants
  • C’est très cher de débloquer les nouveaux objets/personnages
  • Des ennemis et des boss finalement peu nombreux
7.5
Bon
Gameplay - 8
Graphismes - 8
Rejouabilité - 7
Bande-son - 7
Lordo
Ecrit par
Fan de comics et de jeux vidéos, j'aime partager mon avis et débattre autours de mes deux passions.

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire