Thimbleweed Park (Nintendo Switch) – Le test

Hommage à l’âge d’or du point and click !

Ron GILBERT et Gary WINNICK sortent de leur tanière afin de nous livrer une grande aventure pleine de pixels et d’énigmes sur Nintendo Switch en 2017.

Dans la lignée du légendaire studio LucasArts dont ils ont été les artisans prolifiques (Maniac Mansion, Monkey Island, Day of the Tentacle…), ce jeu d’enquête « Point and Click » va vous catapulter dans une petite bourgade américaine du nom de Thimbleweed Park.

Un projet kickstarter

Ces deux vétérans de l’industrie ont choisi des plateformes de financement participatif pour concrétiser leur vision et ils ont reçu 626 250 $ de 15 623 contributeurs pour une demande initiale de 375 000 $.

Les doubleurs, backtesteurs et autres participants du projet ont d’ailleurs leurs noms présents dans l’annuaire téléphonique de Thimbleweed Park au sein même du jeu.

Ron GUILBERT et Gary WINNICK expliquent qu’ils ont voulu retrouver le charme des aventures 8 bits et ce à travers notre mémoire de joueur, par le sel de notre expérience passée, pleine d’émerveillement pour les jeux d’enquêtes à l’ancienne (graphismes, mécanismes de jeu et humour).

 

« Les signaux sont particulierement forts ce soir »

L’aventure se déroule en 1987 à Thimbleweed Park, une petite ville Américaine qui est le théâtre de sombres machinations… Vous commencez par incarner un inconnu qui semble de passage, et qui, après avoir été assommé, est retrouvé mort au bord d’une rive.

Deux agents qui ne se connaissent pas sont chargés d’élucider ce meurtre des plus étrange.

Il vous sera possible d’interpréter jusqu’à 5 personnages différents qui se succéderont. Le jeu parfois « chorale » se fera sur des courtes séquences en coopération afin de résoudre certains puzzles lors de flashbacks. Une mairie, le bureau du shérif, un hôtel hanté et un manoir bondé de livres constitueront, entre autres, les différents décors que vous allez explorer pour faire avancer votre enquête.

Clins d’œil en pagailles

Déclaration d’amour aux anciens jeux LucasArts pour les plus fidèles, mais aussi aux stars du petit écran : de X-Files en passant par la Quatrième Dimension ou Twin Peaks pour ne citer qu’eux… votre rétine sera très souvent sollicitée par de très nombreuses références qui parsèment l’aventure.

Vous avez dit drôle ?!

Les Frères Pigeons, le shérif et le maire, un oncle richissime, un clown maquillé 24h/24 dans un cirque à l’abandon, une jeune Geek aux talents Wozniakesque ou encore des agents du FBI égoïstes, voici quelques profils qui risquent de vous faire rire.

Car oui, vous allez souvent vous surprendre à rire et à esquisser un sourire tant certains personnages sont hilarants, voire politiquement incorrects ! (Je ne vous en dis pas plus).

Histoires à tiroirs, énigmes en pagailles vous aurez de quoi faire !

 

Du neuf avec du vieux

Le Pixel Art « rétro » que propose le studio Terrible Toybox est du plus bel effet, chose que les puristes apprécieront.

Coté gameplay, nous sommes dans la tradition des années 80. Les différentes actions : Pousser, Prendre, Parler etc.… permettront de fouiller chaque tableau et dialoguer avec tous les personnages croisés dans l’aventure.

Le mode tactile de la Nintendo Switch permettra un confort d’utilisation en portable très agréable et facilitera vos recherches.

Le jeu propose dès le début deux modes de difficulté (casual ou difficile).

Le mode casual/facile permettra d’avancer rapidement dans l’aventure sans devoir « crafter » des objets. Mais rassurez-vous, le jeu sait se montrer retors sans être obtus.

La poursuite des nombreux objectifs que vous allez rencontrer se matérialise par un carnet « To-Do-List », où vous pourrez suivre et valider vos tâches.

Et le grand sauveur, pour ne pas moisir dans une impasse, est l’Astuçotron 3000 (un serveur téléphonique que vous pourrez appeler) qui ne vous spoilera pas et pourra vous sortir de certains culs de sac grâce à ses précieux indices.

Malgré certains aller-retours qui peuvent parfois vous sembler longuets, l’aventure se terminera en une dizaine d’heures avec un challenge tout à fait surmontable, plein de rebondissements, d’envolées lyriques et un dénouement en entonnoir.

La deuxième ombre au tableau est la bande son, un poil en retrait avec des musiques souvent redondantes.

Les dialogues sont quant à eux hilarants et le bon choix d’avoir gardé la Vostfr laissera des répliques d’exception et une traduction fidèle !

Good
  • Fidèle à la lignée des Point and Click
  • Magnifique Pixel Art
  • Diversité des personnages
  • Dialogues piquants et drôles
  • Excellente traduction
  • Flashbacks
  • To-Do-List synthétique
  • Astuçotron 3000
  • Culture Nerd
  • C’est bon de rire !
Bad
  • Allers-retours parfois redondants
  • Bande son en retrait
9.1
Excellent
Scénario / Personnages - 9.5
Jouabilité - 9.5
Graphismes - 9.5
Durée de vie - 9
Bande-son - 8
Written by
Testeur dans la Team Nintendo Town, à la recherche de l'émerveillement....

1 Comment

  1. Un pur bijoux, content de voir que tu as le même avis que moi à l’époque ou j’avais fait le test 😉

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

Sign Up