Vampyr (Nintendo Switch) – Le test

Sorti en 2018 sur PC, PS4 et Xbox, Vampyr est un jeu d’action-RPG d’investigation, développé par le studio français Dontnod Entertainment (à qui l’on doit Life is Strange). Ce 29 octobre, il nous fera l’honneur de charmer le catalogue de la Switch pour mieux nous saigner ou nous sauver.

« Même si Vampyr est basé sur des connaissances médicales établies en 1918, le jeu prend quelques libertés en établissant de possibles liens entre certaines théories scientifiques et des créatures surnaturelles, pour les besoins du scénario. En d’autres termes, n’essayez pas de soigner une quelconque maladie avec des recettes figurant dans ce jeu. Aucun rat n’a été blessé lors de sa création. »

« Peut-être est-il venu le temps avant l’oubli pour la ville de Londres autrefois aguerrie. Il est temps pour ses habitants de danser seuls avant la mort. Face à l’inexplicable, les mortels apeurés réclamèrent des réponses. Une volée d’oiseaux devint augure, une étoile filante un mauvais présage. Ils se tournèrent vers les prêtres dès que le monde perdait son sens. Lorsque la religion les abandonna, les hommes se tournèrent vers la science. Je les vis construire des villes dérisoires, inventer des machines pour des guerres sans fin. De nouvelles questions fleurirent tandis que les anciennes flétrissaient. »

Londres, 1918, ville ravagée par la grippe espagnole, la misère, les rats, vous incarnez le séduisant Dr Jonathan E. Reid, un éminent chirurgien et chercheur hautement respecté par ses pairs. De retour de la Grande Guerre, engagé comme médecin militaire pour développer vos recherches sur la transfusion sanguine, vous rentrez chez vous auprès de votre famille lorsque vous êtes attaqué par un inconnu qui vous conduit à votre mort.

Depuis que la pomme fut cueillie sur l’arbre sacré, le trépas est considéré comme une punition divine… Une limite divine pour empêcher les hommes d’atteindre les étoiles. Comme ils se trompent… La mort n’est ni une malédiction, ni un châtiment. Mais le pire châtiment est de ne jamais connaître son doux baiser. Reviens du silence des morts, pour renaître en ce monde…

Vous vous réveillez, désorienté, au milieu d’ossements d’une fosse commune. Votre seule envie est de boire, vous avez tellement soif que votre vue est différente. Vous avancez avec difficulté, vous êtes attiré par une silhouette féminine, vous n’entendez rien, vous avez seulement soif. Vous vous approchez près de cette femme qui vous accueille les bras ouverts… Cette étreinte qui vous indiffère, happé par la soif, vous réagissez à votre nouvelle nature, celle d’un vampire ! Vous ôtez sans vergogne la vie de cette femme dont vous apprenez par stupeur dans son dernier souffle qu’il s’agit de votre sœur… Rongé de remords, à la recherche de réponses sur votre transformation, vous parcourez les rues de Londres pour mener l’enquête entre deux sustentations des plus méritées. Trouvant des aides inattendues, vous allez être conduit à continuer votre vocation de médecin au Pembroke Hospital où vous y chercherez un remède à l’épidémie qui décime la population ainsi qu’à votre nouvelle condition non souhaitée.

Dontnod Entertainment nous entraîne dans leur monde vampirique au travers d’un homme charismatique, respectable, brillant médecin au cœur d’un Londres en souffrance. L’histoire se déroulant à l’automne 1918, le côté gothique victorien des personnages apporte un charme dans ses rues obscures nappées par le brouillard. Décors enrichis, froideur ambiante, les enquêtes futures s’annoncent mouvementées. La zone d’orgies ensanglantées se divise en quatre grands quartiers : les docks, quartier pauvre avec son bar, la zone de Pembroke Hospital, là où se trouve le dernier centre hospitalier, Whitechapel, quartier le plus pauvre avec son église et West End, le quartier huppé.

Assumez la responsabilité de vos actes

Chaque quartier est jugé sur sa situation sanitaire, de sain à hostile, la pire condition qu’un quartier peut avoir. Cela se joue sur les événements majeurs de ces zones, vos choix nocturnes ont un impact direct, tuer ou ne pas tuer. Soigner ou non les maladies des habitants a aussi son importance, ce sera encore à vous d’en décider. Ces quartiers ont un recensement des citoyens habitant le secteur, avec en son centre un pilier, un citoyen qui aide à l’évolution ou au sauvetage de son quartier. Si vous perdez un pilier, le chaos frappera.

N’oubliez pas ! Vous êtes un médecin qui a fait le serment d’Hippocrate, mais aussi un vampire qui doit se nourrir du sang de ces citoyens innocents, ou presque. C’est là que le jeu pousse le vice. Vous délecter de leur hémoglobine vous apportera les XP nécessaires pour augmenter vos capacités de vampire, boire le sang des citoyens est donc le moyen le plus rapide d’évoluer. Le jeu d’enquêtes peut commencer, car plus vous en apprendrez sur eux, plus la qualité du sang sera meilleure et plus la quantité d’expérience reçue importante. Vous aurez de nombreux dialogues entre chaque personnage qui vous donneront aussi des renseignements sur d’autres habitants, et ainsi débloquer les indices importants pour maximiser la qualité des globules nourrissantes. Certains d’entre eux seront malades, influant sur la qualité, il vous faudra donc les soigner si vous souhaitez les grignoter. Mais pour boire leur sang, vérifiez d’abord vos qualités charmeuses, car comme tout bon vampire qui se respecte, le charme est la base pour un moment de douceur au creux d’un cou chaud et délicieux. Certains seront difficilement charmés et nécessiteront plusieurs pratiques de séduction. Non, ça ne sera pas une séance érotique qui vous attend, mais l’appel de la nature vous guidant avec un chemin de sang, accompagné de chœurs chantant sous une musique crescendo des plus stridentes. Suivez la piste rouge pour mener votre proie vers les ombres, le meilleur moment de votre état vampirique.

Une fois les XP avalés, vous pourrez rejoindre un des refuges de quartier que vous aurez débloqué. Vous y trouverez à l’intérieur un lit permettant de vous reposer et d’évoluer. Dépensez les points d’expérience pour monter en niveau et améliorer vos compétences vampiriques, au nombre de 19 dont 8 actives, 8 passives et 3 ultimes. Pour vos futurs combats, vous aurez à choisir entre 4 compétences actives et une ultime, ce qui peut se montrer assez jouissif, à condition de trouver le bon combo. Vos caractéristiques de base, l’endurance, la vie et le sang auront une part importante dans vos combats, les privilégier sera un plus pour survivre dans vos massacres. Votre niveau augmentera et vous aidera à affronter tout être vivant.

Ne pensez pas que vos ballades nocturnes vont être un parcours de santé, bien au contraire. Des obstacles vont surgir devant vous, des vampires sans once d’humanité, des créatures surnaturelles et des chasseurs de vampires extrêmement bien armés. La difficulté peut se jouer ici, car même si Londres a de nombreux chemins pour rejoindre un point de mission, les chasseurs seront aux aguets pouvant bloquer votre parcours car ils seront nombreux et auront des niveaux d’expérience assez élevés. Cela pourra être extrêmement frustrant. Mais heureusement, votre Sens naturel dévoilant la résistance et la faiblesse de chaque individu avec leur niveau permettra d’anticiper votre tactique pour lutter contre les chasseurs de vampires. D’ailleurs, ce sont vraiment eux qui seront les plus pénibles à combattre.

Faites un saut au refuge pour trouver des établis qui serviront à améliorer les armes que vous aurez trouvées dans des malles de la ville et qui permettront potentiellement de venir à bout de vos adversaires. L’établi permet aussi de créer des médicaments pour soigner les citoyens et quelques sérums qui vous aideront lors de vos combats. Pour améliorer et créer, vous aurez besoin de matériaux fournis par les poubelles, boîtes, cadavres que vous fouillerez, ainsi que par les quelques marchands de quartiers, dont les prix varient selon la qualité sanitaire du lieu. Malheureusement, nous gagnons peu d’argent et le loot sur les corps et les décors est assez dérisoire. Certaines armes peuvent ainsi devenir secondaires et vous aurez tendance à exploiter vos stats vampiriques et à améliorer une seule arme en exploitant ses propriétés. Certains objets ramassés pourront être recyclés afin d’obtenir les matériaux manquants.

« Vous découvrirez qu’il est très difficile de tuer un vampire, mon ami. On vous a offert une relative immortalité. »

Parlons des sujets qui fâchent pour le portage sur Switch, car hélas oui, il y en a. Outre l’aspect graphique évident du jeu porté à la va vite sur Switch, il y a de trop nombreuses saccades et la fluidité n’est pas constante : une marche rapide avec des latences, des chargements pendant les combats, lors des téléportations, juste en courant, et même pendant l’ouverture d’une simple porte ! La lecture ne suit pas tout le temps, devenant brouillonne lorsque nous combattons avec au minimum trois adversaires. Si ce n’est pas le graphisme qui ne suit pas, c’est la sélection des personnages qui devient rageante. La caméra se positionne mal et sélectionner un adversaire parmi trois autres devient laborieux, le corps à corps plus risqué, vu que la sélection vous évite de frapper dans le vide pour faire plus de dégâts. Même si vous avez une stratégie pour combattre ces menaces, vous pourriez être confronté à spammer la touche esquive afin de vous sortir de ce pétrin dans lequel vous vous êtes fourré. Grâce une nouvelle fois au Sens, permettant aussi de transformer votre vue pour mieux percevoir les traînées de sang, vous aurez un regard nouveau sur l’environnement devenant une photographie argentique, mettant bien en valeur le sang arpentant les rues lugubres de Londres. Cette perception sur la ville efface tous les défauts que peut rencontrer la Switch et devient avantageuse pour repérer vos proies, vos assaillants, la piste de sang d’un cadavre fraîchement sucé et des rats bien juteux.

Vampyr a une bonne narration, les dialogues entre chaque personnage sont intéressants, l’histoire sanglante et les intrigues de la ville sont bien menées. Le menu est très bien agencé, répertoriant correctement les quartiers, les citoyens avec leur propre carte sous forme d’arbre généalogique ensanglanté, les missions en cours, les objets collectés… Les combats peuvent entraîner une redondance car en dégradant les quartiers par votre soif, vous attirerez des créatures tels des vautours sentant la mort. Les mécaniques de combats sont assez simples : chaque capacité a sa touche et vous pourrez avoir 4 armes en même temps, même si une seule bien choisie fera très bien l’affaire en l’associant avec votre potentiel vampirique. La map a une taille raisonnable, selon vos objectifs vous pourrez vite avancer dans les cinq chapitres, mais comme vous êtes un sanguin, vous convoiterez avec envie l’expérience d’un bon sang chaud sur lequel vous aurez enquêté avec gourmandise. La population est faible, nous ne trouverons pas de passants lambda sans maladie prêts à se laisser sucer sans même faire connaissance pour gagner en expérience. Le jeu nous laisse seulement une dizaine de citoyens tous recensés par quartier, dont quelques-uns qui nous confieront des missions. On pourra regretter l’impossibilité d’exploiter les aptitudes de téléportation. Vous ne pourrez pas vous en servir pour vous balader de toits en toits en ciblant une zone mais seulement pour vous déplacer pendant les combats ou dans les rues, sur certains points implantés comme pour traverser un canal ou monter sur des rebords et quelques balcons de vos refuges. Seul le sang est très bien œuvré, sauf avec les rats qui sont là pour nos petites faims.

« Vous excellez à distiller à la fois le suc et l’acide, à lécher et à mordre en même temps… »
Henry De Montherlant

[amazon_link asins=’B07S7RXTQX’ template=’ProductCarousel’ store=’nintendotownf-21′ marketplace=’FR’ link_id=’533bb2c1-7ef0-4c53-834d-dcde42843279′]

Conclusion
Le portage de Vampyr est difficile pour la Switch. Même si l'effet de votre Sens arrivera à faire illusion par rapport au manque de qualité graphique, il ne pourra rien faire pour la fluidité. Vous aimerez cependant suivre l’histoire et trouver des réponses, vous adorerez étreindre vos victimes dans les coins obscurs, vous apprécierez la musique au violon qui vous accompagne dans ces nuits brumeuses. Ce jeu est vraiment fait pour ceux qui aiment enquêter, mais même les autres pourraient succomber à la tentation.
Points positifs
  • La narration
  • Le Sens
  • La musique qui sait très bien se placer
  • Les capacités vampiriques
  • Le Dr Jonathan E. Reid
  • La mise en scène pour étreindre nos proies
Points négatifs
  • Téléportation mal exploitée
  • Sélection des ennemis, problèmes de caméra
  • Pas assez de population
  • Trop de bugs
7.2
Bon
Scenario - 8
Gameplay - 7
Musique - 10
Portage - 4
Ambiance - 7
AkikoYunicia
Ecrit par
Gameuse, blogueuse accro à Nintendo, j’ai rejoint l’équipe de Nintendo Town en tant que testeuse. J’adore partager ma passion pour les JV, m’occuper de mes animaux et de mon blog.

8 commentaires

  1. Juliuxx Potter

    Merci pour ton test Orchi 😀
    Il me fait vraiment envie !

    Répondre
    • PikaKhan

      Il est en promo sur Amazon, serait dommage de se priver 🙂

      Répondre
      • Sur l’e-shop aussi , jusqu’au 31/10 ^^”

        Répondre
    • Coquine toi aussi tu aimes sucer … du sang :3 😛
      De rien 😉

      Répondre
  2. PikaKhan

    Cette petite citation en fin de test conclus bien cette aventure de succion x,3

    Répondre
    • 😀 oui ça rajoute aussi une vérité :3

      Répondre
  3. Man Uto

    Il me tente bcp par son ambiance
    Mais les soucis de fluidité me rebutent un peu.

    Répondre
    • Oui c’est vrai que du côté de la fluidité ce n’est pas top .. 🙁

      Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire