Immortal Realms: Vampire Wars (Nintendo Switch) – Le test

Développé par Palindrome Interactive et édité par Kalypso Media Studio, Immortal Realms : Vampire Wars est un tactical RPG / 4X associant un élément de jeu de cartes à son système de combat au tour par tour.

De la stratégie vampirique !

Immortal Realms : Vampire Wars appartient à ces jeux qui s’appuient sur un univers si dense et envoûtant qu’à lui seul, il réussit à vendre le jeu. En effet le monde sombre et gothique des vampires n’aura de cesse d’en fasciner et captiver plus d’un ! Que ce soit en passant par la saga des Legacy of Kain apparue en 1996, puis par le remarquable Vampire the Masquerade Bloodline sorti en 2004 (dont on attend avec grande impatience la suite en 2021), et enfin par Vampyr de chez Dontnod en 2018, les amateurs d’hémoglobine auront toujours la cote.

De quoi traite Immortal Realms : Vampire Wars ? De trois clans de vampires différents, régnant et se partageant les terres du monde de Nemire. La lignée des Dracul gouvernée par Vlad Dracul lui-même et sa compagne Cecilia qui dirigent les terres du Warmont et qui constituent d’ailleurs la seule lignée vampirique pure. La lignée déchue et corrompue des Nosfernus qui essaye de survivre tant bien que mal sur les plaines désolées de Mouterra à l’est de Warmont. La lignée de sangs neufs des Moroia, férues de mysticisme et de magie, fondée par Elizabeth Bathory après avoir scellé le tombeau de son ex-époux, l’ancien roi des Nosfernus. Bien évidemment, entre haine, trahison et vengeance une guerre des clans éclatera, vous proposant des campagnes scénaristiques composées de 4 missions pour chacune des lignées, soit 12 missions au total. Chacune des missions nécessitera néanmoins de se faire en respectant l’ordre scénaristique imposé et vous prendra une trentaine d’heures de jeu pour le terminer complètement. De plus, le côté tactique et les modes de jeux escarmouche et bac à sable fourniront une certaine rejouabilité au soft, pour tous ceux qui auront accroché à l’univers vampirique.

Si l’histoire semble être assez simple dans l’idée : guerre de clans et vengeance, les personnages quant à eux, se veulent charismatiques et c’est tant mieux ! En effet, cela vous laissera le temps de vous familiariser avec le gameplay.

« Un univers sombre et gothique très séduisant qui comblera les fans de tactical strategies et de 4X. »

Patience est mère de toutes les vertus

Le gameplay, parlons bien, parlons-en ! Ne soyez pas rebutés par les premiers instants difficiles de prise en main, un tutoriel soigné est au rendez-vous et vous permettra d’apprendre les fondamentaux même si quelques subtilités seront découvertes plus tardivement lors des campagnes. Il vous faudra alors vous organiser entre expansion du royaume, batailles à mener et gestion des cartes du deck. En effet le game-design et le gameplay nécessitent tous deux de la patience, puisqu’une fois les grandes lignes comprises, le jeu devient plus simple qu’il n’y paraît au premier contact. Les novices et débutants en matière de jeux de stratégie seront donc les bienvenus !

Le jeu s’articulera en deux grandes phases :

La première consistera en la revendication de territoire, production et recrutement d’unité et, bien sûr, récolte du sang qui est l’unique ressource du jeu. Elle se fera sur la carte de Nemire, découpée en plusieurs zones de territoires neutres ou contrôlés par les clans. Le tout à la manière d’un Heroes Might and Magic pour les connaisseurs, dans lequel vous vous déplacerez vos troupes au gré des points d’action.  Les villages vous permettront de soigner vos unités, d’échanger vos cartes de deck au marché noir et bien évidement de transformer la population en bétail, vous procurant des ressources de sang à chaque tour selon le nombre de villageois asservis. Le sang est en effet la ressource au centre du jeu et vous permettra de réaliser chacune de vos actions, de maintenir vos armées mais aussi de pouvoir jouer vos cartes.

Précisons d’ailleurs le rôle des cartes. Tout d’abord, tous les 4 tours (soit une année dans le jeu), vous en recevrez de nouvelles mais vous pourrez aussi en obtenir via des bâtiments d’archives ou bien par échange au marché noir dans les villages. Elles vous permettront de recruter des unités et de prendre le contrôle des villes et villages pour les changer en restaurants Steakhouse. Il faut préciser que les cartes dédiées au recrutement vont pouvoir apporter un plus à vos unités comme les booster, leur redonner de la vie, les faire évoluer etc… Certaines pourront même vous dévoiler la carte dissimulée par un brouillard de guerre alors qu’elle n’est pas explorée. Toutefois il vous faudra améliorer la structure de vos bâtiments pour produire plus de sang et avoir accès également aux troupes supérieures. Parmi les bâtiments que vous rencontrerez vous aurez donc des villages, sources de sang, des donjons dans lesquels vous ressusciterez si vous mourrez, des bâtiments d’archive qui vous donneront de nouvelles cartes, des pierres de vœu et des sanctuaires qui boosteront et bufferont vos unités.

Vos points d’action seront limités dans cette phase, à vous de bien réfléchir à vos actions entre déplacement, soin (en vous nourrissant de sang), recrutement, marché noir, deck de carte, expansion de territoire et exploration de zone. Tout à un coût ! Chaque fin de tour viendra néanmoins recharger vos points d’action.

En ce sens, Immortal Realms : Vampire Wars a tout d’un 4X, et comblera les fervents fans de ce genre jeu, même si l’un des quatre ingrédients est aux abonnés absents : l’extermination.

Des similitudes avec Fire Emblem

La seconde phase sera celle du combat au tour par tour, représentant l’autre pilier du jeu. Lorsque vous rencontrerez des unités adverses sur la carte, un combat à grande échelle s’engagera, vous propulsant sur le champ de bataille. Encombrés et vastes, ils vous permettront de mettre en place différentes tactiques et de placer vos unités comme il se doit afin de venir à bout de vos ennemis. Le placement est crucial ; les archers et mages auront tout intérêt à être placés à l’arrière ; les chevaliers en avant et les assassins sur les côtés pour encercler et contourner les lignes adverses.

Pour chaque unité vous disposerez de ses statistiques détaillées et de son score, marquant son tour de jeu dans la file d’attente des combats mais aussi d’une aptitude supplémentaire nécessitant un temps de recharge plus long. Il faudra alors gérer et jouer avec les compétences de chaque unité pour vous garantir une certaine aisance lors des batailles. Par exemple, les unités à distance doivent effectuer un déplacement avant d’attaquer et les tanks doivent gérer les ripostes lors des attaques au corps à corps.

Un autre élément à prendre en compte est la topographie des lieux : certains lieux (comme les sanctuaires) vous donneront des buffs lors des combats et les décors vous permettront de vous faufiler et d’encercler vos ennemis vous donnant un avantage indéniable.

Les combats sont très plaisants à jouer mais nécessitent toutefois de la réflexion pour éviter les erreurs de placement des troupes et anticiper la dépense de vos points d’action.

Pour chaque clan vous aurez un set de cartes et un bestiaire d’armée différents qui lui est propre.

Immortal Realms : Vampire Wars propose également deux autres modes de jeu supplémentaires en plus de la campagne, l’escarmouche qui se consacre uniquement aux combats, où juste les paramètres de son deck et de son armée sont demandés et le bac à sable plus complet qui propose toutes les phases du 4X contre les autres clans.

Pour ce qui est des graphismes, la réalisation est plaisante mais les animations sont simplistes et les textures basiques, donnant l’impression d’un souci d’optimisation.  La bande son quant à elle n’est pas mauvaise mais ne cassera pas trois canines à un vampire. De qualité moyenne, celle-ci ne va pas de pair avec les éléments épiques des batailles. Toutefois l’ambiance gothique et sombre du jeu nous fait oublier ces détails. Il est cependant à noter que les textes d’écriture sont trop petits, pas illisibles mais fatigants pour les yeux à la longue en mode portable.

En plus des légers soucis graphiques, les temps de chargement à chaque changement de phases freinent le rythme du jeu et quelques niveaux de zoom plus importants pour se rapprocher de ses troupes auraient été appréciables.

Conclusion
Palindrome Interactive et Kalypso Media Studio nous dévoilent un jeu qui se veut agréablement surprenant et captivant de par son ambiance et son univers. Le gameplay est riche et complet et comblera avec autant de plaisir les fans de tactical strategies 4X et les joueurs les plus novices. Mais les néophytes devront quand même faire preuve d’un peu de patience pour prendre le jeu en main. Pour ma part, moi qui suis une férue de l’univers de Vampire la Mascarade et des jeux de stratégie, j’y ai clairement eu mon compte et ne peux que le recommander chaudement.
Points positifs
  • Un gameplay complet
  • Un univers captivant
  • Une ambiance immersive
  • Les campagnes « bac à sable » offrant une rejouabilité infinie
Points négatifs
  • Options de zoom et de caméra limitées
  • Graphisme très moyen et pas à la hauteur du jeu
  • Pas de mode multijoueur en ligne ou en local avec les campagnes bac à sable et escarmouche
  • Interfaces pas toujours ergonomiques
7.6
Bon
Gameplay - 8
Graphismes - 6
Durée de vie - 7
Réalisation - 8
Bande-son - 5
Intérêt - 10
Addictivité - 9
Ivy
Ecrit par
Passionnée de jeux vidéo depuis l'enfance, ils m'aident à surmonter les épreuves de la vie. Ils me permettent de m'évader et ils m'aident à respirer.

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire