Sakuna of Rice and Ruin (Nintendo Switch) – La preview

Annoncé l’année dernière, Sakuna: Of Rice and Ruin est certainement le premier projet majeur de la petite équipe d’Edelweiss représentée cette fois-ci par l’éditeur Marvelous, un éditeur majeur de notre industrie du Jeu Vidéo. Un titre qui ne cesse d’intriguer depuis son annonce par son ambiance, son gameplay et son originalité. Prévu pour le 20 Novembre, nous avons eu la chance de cultiver quelques rizières de cet Action-RPG à venir sur Switch. C’est après une dure journée de labeur que l’on lève la tête un moment afin de vous donner un premier avis sur cette aventure !

L’histoire d’une Déesse gâtée cultivant du riz

L’atmosphère est sombre. On distingue, sous fond embrumé, un pont sur lequel avancent cinq personnes d’un pas lourd rappelant une démarche de zombie. Une mystérieuse voix défend ces individus de poursuivre leur route sur ce chemin qui semble lié à une sorte de Royaume Divin interdit aux mortels. Une route, poursuit la voix, qui ne laisse aucune possibilité de retour en arrière une fois parcourue en entier. Les individus continuent d’avancer comme si ces mots ne leur étaient jamais parvenus aux oreilles. Le timbre de la voix montre une certaine nervosité face à cet entêtement des cinq personnages et continue sa mise en garde d’une voix de plus en plus colérique.

Apparaît alors un individu de grande taille, en armure, muni d’un sabre. Il dégaine, résolu à en découdre avec le groupe. Venant de l’autre côté du pont, une figure noble de femme fait son apparition. On devine rapidement au timbre de sa voix que cette dernière est sous l’emprise de l’alcool (de riz). Pourtant, la mystérieuse voix du début semble qualifier cette dernière de “Princesse”. Une petite embrouille oppose le soldat et la mystérieuse princesse.

Brusquement, celle-ci expulse l’individu par-dessus le pont d’un simple coup de pied. Elle se tourne alors vers les cinq autres afin de leur dire de simplement faire demi-tour vers chez eux et ne pas poursuivre leur route. Elle revient alors sur ses pas aussi mystérieusement qu’elle est apparue en marmonnant qu’elle part poursuivre son banquet. Les cinq la suivent, avec l’idée vraisemblable de jouer les pique-assiettes.

De son nom Sakuna, notre princesse retourne au banquet de la capitale Mihashira aux côtés de son gardien Tama et de son amie Kokorowa. On reconnaît alors la mystérieuse voix du pont comme étant celle de Tama et l’on constate le caractère trempé voire énervant de Sakuna. Une princesse dont on devine rapidement la vie opulente sans aucun tracas apparent. Du moins jusqu’à ce qu’elle constate que les mortels ont finalement débarqué dans la capitale divine. Craignant les éventuelles sanctions de Dame Kamutsuki, celle qui semble être la plus grande autorité des dieux de ce royaume, elle se lance à leur poursuite à travers la capitale.

Sakuna retrouvera les cinq individus dans un entrepôt de la Capitale Mihashira. Ceux-ci s’enfuiront en la voyant arriver, renversant une lampe qui par enchaînement des choses démarrera un incendie dans cet entrepôt d’offrandes de toute sorte, incluant du sake. Une explosion s’ensuit et l’on retrouve les cinq personnages ainsi que Sakuna face à la gigantesque Déesse Kamutsuki. Le pont reliant le Monde des Dieux et celui des Mortels semble impraticable pour une période indéterminée. La Déesse Kamutsuki sanctionne ainsi tout ce petit monde ainsi que Sakuna et les exile sur l’île des Démons, l’île Hinoe.

Cette île a été débarrassée des démons par les parents de Sakuna par le passé. Les monstres semblent revenir de plus en plus nombreux et notre petit groupe a pour mission de purger l’île de nouveau. Nos compères vont retrouver le foyer abandonné de la famille de Sakuna. Celle-ci est une déesse des récoltes. Tama est son gardien et nous explique très vite que la puissance de notre princesse gâtée est soumise à la qualité du riz récolté.

Parmi nos cinq contrevenants mortels, l’un est du genre qui a tout raté tandis que l’autre est une évangéliste venue au royaume de Yanato afin d’y prêcher sa foi pour finir comme esclave. Malgré ses échecs dans la vie, le grand individu connaît toute la théorie sur la culture du riz. C’est en suivant ses conseils que Sakuna cultivera du riz afin de gagner en puissance et explorer toujours plus en profondeur l’île Hinoe. Une histoire dont on n’a ni la longueur ni la conclusion à ce jour mais dont on sent une écriture de qualité et l’on a hâte d’replonger afin d’en voir le bout. Dommage cependant que le tout soit uniquement traduit en anglais chez nous. Le doublage en revanche est en anglais ou japonais au choix.

Une aventure entre purge de démon et riziculture

La progression de Sakuna est rythmée par un cycle jour/nuit ainsi qu’un système de saisons divisées en trois jours chacune. Une année se termine une fois que défile chacune des saisons : Printemps, Été, Automne et Hiver. Dans ce cycle de progression, l’aventure connaît deux phases : une de culture de riz en 3D chez Sakuna et une autre d’exploration hack and slash en 2,5D. Une progression véritablement unique dans le genre et l’on salue la Team Edelweiss pour cette prise de risque donnant une certaine fraîcheur à la formule du jeu d’action 2,5D.

Commençons par détailler la phase de culture 3D du jeu. Une prise de risque peut toujours être saluée mais elle peut se révéler être infructueuse et faire office de simple expérience brouillon malgré une volonté de variation d’expérience. Ce n’est apparemment pas le cas pour Sakuna où cette interaction 3D semble riche et fortement liée à l’exploration 2,5D. Sakuna possède une parcelle de terre cultivable face à son domicile et il vous appartient de labourer celle-ci, y planter le riz, veiller à l’hydratation de vos cultures, fabriquer de l’engrais parmi bien d’autres possibilités.

A l’approche des saisons froides, on récolte les plants de riz, on les fait sécher, on stocke tout ça dans un entrepôt pour les battre puis les décortiquer au marteau pilon. A la fin, la qualité de votre riz est évaluée. Plus la qualité est au rendez-vous plus votre héroïne Sakuna progresse en gagnant des niveaux avec montée de statistiques. C’est votre unique moyen d’améliorer votre héroïne et la riziculture devient ainsi un élément indispensable à la progression au sein de l’île de Hinoe où vous attendent des démons toujours plus puissants.

Chaque opération de riziculture est interactive avec des semblants de mini-jeux assez laborieux et répétitifs, mais sans doute en est-il ainsi de la (véritable) culture du riz. Il est toujours possible de nous concentrer sur la partie Action 2,5D en laissant un de nos alliés humains travailler à notre place mais nous prenons ainsi le risque de perdre en qualité de travail. Après tout, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. D’ailleurs en veillant nous-même à la culture du riz, des subtilités semblent se débloquer et nous sommes encore loin d’avoir accès à toute la panoplie d’actions afin de donner un verdict final sur la partie riziculture du jeu.

Ce HUB en 3D est aussi explorable et visiter la maison de Sakuna est également l’occasion de renforcer nos liens avec les humains exilés avec nous ainsi que de débloquer de nouveaux utilitaires comme la forge d’armes. On peut également en fin de journée demander à la femme étrangère de nous faire un bon repas avec ce que nous avez pu ramener de votre exploration de l’île. Ce repas nous confère différents bonus de statistiques temporaires selon le menu choisi par nos soins ou automatiquement.

Une fois le repas pris, nous pouvons faire défiler le temps jusqu’au matin, faire quelques tâches matinales puis quitter notre foyer pour une exploration de l’île. Nous sommes alors sur une grande carte avec différents lieux explorables selon notre progression dans le jeu et son histoire. On bascule alors dans un Hack and Slash rappelant un peu Oboro Muramasa pour les joueurs ayant pu tâter à ce chef d’oeuvre de la Wii. Le gameplay alterne alors entre phases de plate-forme et batailles à coup d’outils de riziculture contre des hordes d’ennemis démoniaques. La subtilité vient des différentes techniques de Sakuna consommant des MP à l’utilisation.

Elle vient également d’une sorte de grappin que l’on peut utiliser en pressant R afin de se déplacer rapidement d’un bout à l’autre de la zone de combat. On peut également l’utiliser sur les ennemis afin de les contourner rapidement et de les lacérer par derrière. Les contrôles sont simples et expliqués dès le début dans la capitale de Mihashira lorsque Sakuna poursuit les mortels dans la capitale divine. On appuie sur Y pour un enchaînement d’attaques rapides d’une arme et X pour une puissante attaque de l’autre arme. Le bouton A sert à employer des techniques spéciales paramétrables sur différentes directions associées. Parfois, les affrontements deviennent brouillons mais seule la pratique à long terme du jeu pourra confirmer ou infirmer cet aspect.

Edelweiss montre la maîtrise technique de ce gameplay dynamique puisque la Switch arrive à faire tourner tout cela de manière fluide en TV comme en portable. On a eu de rares drops sur le HUB en 3D sans que cela soit vraiment inconfortable. Le studio séduit également par la patte graphique très colorée, inspirée et chatoyante du jeu. Les décors sont détaillés durant les phases d’exploration 2,5D comme dans le HUB en 3D. Le rendu des personnages est également très réussi sans oublier une bande sonore en adéquation avec le Japon médiévale folklorique. D’ailleurs, en Japonais, le dialecte se veut également de cette ancienne époque du Japon donnant une certaine crédibilité alors même que le Royaume de Yanato n’est qu’une fiction inspirée du légendaire Royaume Japonais Ancestral de Yamato. A voir en termes de diversité visuelle ou même simplement si techniquement et musicalement le jeu tient sur toute sa longueur.

Impression

Malgré son mauvais caractère, la princesse Sakuna semble respecter les promesses qu’elle tient du studio Edelweiss depuis l’annonce du jeu. Nous faire vivre une aventure directement inspirée du folklore japonais tout en nous délivrant une expérience de jeu unique, liée à la culture du riz et ses subtilités. D’ailleurs, le titre nous réserve certainement encore quelques surprises qu’on a hâte de pouvoir découvrir avant de vous donner un avis définitif sur cette expérience qui paraît déjà de grande qualité. On retourne ainsi s’occuper de nos rizières en espérant venir à bout rapidement des démons de Hinoe.

Ecrit par
Rédacteur sympathique fans de JRPG et de jeu très japonais. Par ailleurs, possède de bonne notion de la langue japonaise. Twitter: 00memory

4 commentaires

  1. Merci pour cette preview.

    Un patch pour des sous titres français est il prévu l’avenir?

    Répondre
  2. Super preview, merci.
    Petit rappel: vous gérez !

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire