Eldrador Creatures (Nintendo Switch) – Le test

Eldrador Creatures qu’est-ce que c’est ? À la base, c’est un ensemble de figurines pour enfants créé par la société allemande Schleich. Avec cinq mondes distincts et vingt et une créatures, les enfants de plus de sept ans peuvent vivre des aventures remplies de combats entre différents monstres. Pour faire découvrir leur licence à un public plus vaste, Schleich a confié au studio allemand Independent Arts Software la tâche d’en faire un jeu vidéo accessible dès le plus jeune âge. Alors qu’ils auraient pu tomber dans la facilité en sortant un jeu de plateforme sans saveur, Independant Art Software tente un pari osé en essayant d’associer ces figurines à un jeu de stratégie. Si sur le papier l’idée semble intéressante, il faut maintenant voir comment les contraintes dues au public visé ont été digérées et si le résultat en vaut la statuette.

Les créatures fantastiques

Le monde d’Eldrador est composé de quatre zones dont les occupants ne cherchent qu’à contrôler les autres. Aucun n’y arrive, car aucun n’est en possession de la super arme (désolé c’est son vrai nom). Voilà le scénario au complet, ni plus ni moins ne vous sera nécessaire pour trouver votre place dans ce monde. C’est un peu cheap, mais disons que c’est cohérent avec l’esprit des jeux à figurines.  À vous, ou à votre enfant d’inventer l’histoire qui va avec.

Évoquons tout de suite ce qui sera un leitmotiv dans ce texte : le fameux cul entre deux chaises. Vous l’aurez compris, Eldrador Creatures est conçu pour les enfants. Mais qui dit jeu pour les enfants dits accessibilité. La langue, quelles soit parlée ou écrite, est le premier vecteur de cette accessibilité. Or si tous les textes sont en français, le narrateur, lui, nous raconte son histoire en anglais. Donc soit votre enfant lit correctement (félicitation) et aime lire des textes à l’humour très britannique (euhhhh) tout en comprenant les actions qu’il devra mener avec ses monstres, soit il vous faudra passer du temps en sa compagnie pour lui expliquer un peu ce qui se passe et ce qu’il doit faire. Passer du temps avec des enfants je suis pour, surtout pour leur apprendre à consommer convenablement du jeu vidéo (et ainsi éviter à l’humanité la surmultiplication des Jean-Kevin). Je considère donc, d’un commun accord avec moi-même et avec ma fille qui m’a aidé pour réaliser ce test, que mettre de l’humour anglais, c’est bien pour les parents et que devoir passer du temps pour expliquer, c’est bien pour les enfants. Aller hop, un bon point !

Le titre d’Independant Arts Software est un immense tutoriel. Après des bases très guidés, il continue à vous fournir des indications tout au long des 36 missions que vous devrez accomplir. Celles-ci se décomposent ainsi : les 5 premières pour apprendre les bases du déplacement, de l’attaque simple et de l’attaque spéciale de vos deux premières créatures sur votre zone de départ. Pendant les 10 suivantes,  vous affronterez, en étant un peu moins guidé, les montres d’une zone ennemie, le narrateur continuera de vous fournir son aide lors d’ajout de nouveauté au gameplay, comme une nouvelle créature, ou le déblocage d’une nouvelle compétence. Les 2 zones suivantes fonctionnent sur le même principe, mais avec toujours plus de liberté et moins de conseils pour réussir à conquérir toutes les zones du monde et débloquer le niveau ultime de la quête de la super arme. (arrêtez de vous moquer ce n’est pas moi qui ai trouvé le nom)

Les quatre zones que sont la forêt, la montagne, la lave et la glace offrent des graphismes différents et propres, mais qui manquent cruellement de détails. Il aurait été agréable de voir plus de vie dans ces plateaux certes assez colorés et reconnaissables facilement, mais qui se ressemble bien trop d’un level à l’autre. Le nombre d’éléments, qu’ils soient utiles au gameplay ou juste décoratifs, est bien trop limité : le sol, un obstacle destructible, une porte, un obstacle non destructible, un piège et un pont.

Si le monde aquatique (présent dans la boutique de vente des figurines) a disparu, le nombre de monstres des autres zones s’est égalisé. Chaque zone vous offrira la possibilité de mettre en jeu une équipe composée de 3 monstres parmi cinq disponibles. Maître Capello nous donne donc le compte suivant : 4 mondes fois 5 créatures : 20 créatures qui s’offrent à vous. Malheureusement elles ne sont pas complètement différentes, certaines se ressemblent furieusement et surtout le choix du monde de départ ne change strictement à leurs capacités. Comprenez que peu importe le monde départ, le péon de base aura droit à un skin différent, mais aura la même fiche signalétique que les péons de bases des autres zones. Et ainsi de suite pour chacune des quatre autres créatures, skin différent, mais même capacité. Ça enlève fortement à la rejouabilité. D’autant plus que Eldrador créatures est assez court, comptez 5 heures à un adulte pour en venir à bout sans souffrir et comptez 6 heures pour un enfant de neuf ans qui n’a jamais joué à un jeu de stratégie.

Kreatur assez de ton venin !

La partie stratégie est assez simple, sans être non plus simpliste. Il faudra gérer les déplacements, les attaques, spéciales ou non et petit ajout sympathique : des bonus qui se débloquent à la fin des niveaux sous la forme de paquets surprises et qui sont utilisables dans les niveaux suivants. C’est amusant et ça rajoute une couche au gameplay. Un joueur qui envoie sans réfléchir ses monstres et qui n’utilise pas à bon escient leur capacité spéciale ou les bonus va se faire démonter par son adversaire. C’est un vrai de jeu de stratégie adapté pour les enfants. Il va falloir qu’ils réfléchissent et anticipent un minimum pour s’en sortir. Là encore, la présence d’un parent est la bienvenue pour expliquer ce qui va et ce qui ne va pas, au moins dans les deux premiers mondes. De toute façon, après ça, le gamin il a bien compris que c’était un bon moyen de jouer sur vos genoux et de passer du temps avec vous et vous allez devoir finir le jeu avec lui…

Le choix des monstres de votre équipe est malgré tout assez simpliste, puisque la plupart du temps il faudra juste prendre les trois derniers (les plus forts) à moins que le niveau vous oblige à en prendre un pour débloquer un piège. Mais dans ce dernier cas, il sera mis d’office dans l’équipe. Il n’y a jamais de mauvaises surprises dans Eldrador Créatures. Le jeu est bienveillant avec les enfants. Un peu trop d’ailleurs. Certaines missions ont été conçues pour deux monstres et le troisième se retrouve alors sur une voie de garage. Il peut en sortir, mais le temps qu’il le fasse, les deux autres auront vidé le plateau. Ça donne, à un adulte, un peu trop l’impression de perdre son temps, mais l’enfant, obnubilé par son combat dantesque ne s’en rend pas compte, qu’il est crédule…..

Les animations de vos créatures sont plutôt sympathiques, que ce soit pendant leur déplacement, leur attaque ou leur mort, tout est très fluide et assez rigolo, entre le monstre qui jette son épée lorsqu’il a perdu ou le lion qui finit les quatre fers en l’air. Vos enfants s’amuseront devant leur écran. Les musiques ne sont pas en reste, et bien que très classiques, elles apportent un peu de grandiloquence à votre aventure.

Conclusion
N’attendez pas d’Eldrador Créatures qu’il soit un grand jeu de stratégie tel Wargroove, par contre pour faire découvrir ce genre à vos enfants et ainsi leur faire apprécier en votre présence le monde merveilleux du jeu vidéo (juste avant de les en dégoûter avec Into The Breach niark niark niark) il fait parfaitement le job. Toutefois, il aurait été agréable d’avoir des graphismes un peu plus détaillés, des zones qui offrent des monstres aux capacités différentes, et un prix (34€) moins élevé vu la faible durée de vie. Bref, en complément de l’achat d’une figurine, votre enfant sera ravi et vous pourrez passer un peu de temps avec lui pour partager votre loisir préféré (après le dépeçage d’ailes de mouches bien sûr).
Points positifs
  • Un vrai jeu de stratégie adapté pour les plus jeunes (8-12 ans)
  • Une bande son sympathique et dans le thème
  • Les animations des monstres sont rigolotes
  • Une durée de vie adaptée aux plus jeunes…
  • Pour les parents : l’humour de la voie off…
Points négatifs
  • Des graphismes avec trop peu de détails
  • Le prix est assez élevé (34€)
  • … mais assez courte pour tout autre type de joueurs
  • … mais qu’en anglais sous-titré en français
  • Pas de scénario
6.8
Correct
Graphismes - 5
Musiques - 7
Gameplay - 4
Fun - 5
Jeu adapté au combo enfant/parent - 10
Jeu de stratégie pour enfants !! - 10
Ecrit par
après 35 ans de jeux vidéos et un plaisir de jouer de plus en plus émoussé, l'arrivée de Zelda BOTW et l'émergence de la scène indé fut une révélation, le plaisir est encore plus fort qu'avant

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire