L’atelier du jeu vidéo (Nintendo Switch) – Le test

Quelques soient les mauvaises langues survenant à tout va aux multiples annonces de Nintendo, il y a une critique qu’il est absolument impossible de leur faire. Nintendo, au fil des années, des générations et des évolutions diverses, ne cesse de nous surprendre. Tandis que d’autres machines s’évertuent à courir après des technologies toujours plus performantes, avec des résolutions graphiques à nous déchirer la rétine avec bonheur (tout de même), la grande maison mère des champignons et autres joyeux petits plombiers, tente une autre approche auprès de ses fidèles acolytes… et parvient irrémédiablement à nous surprendre, proposant à ses joueurs des concepts totalement novateurs et d’une accessibilité sans précédent. C’est avec une forte impatience, une légère excitation, et beaucoup de tendresse pour la firme, que nous nous sommes plongés avec enthousiasme dans le vaste garage de Nintendo, un atelier riche en énergumènes insolites, prêts à nous épauler dans notre quête incroyable du moment : la conception d’un jeu vidéo. Rien que cela…

S’il y a bien un domaine qui ne plaît pas à tout le monde, c’est clairement celui de la programmation. Souvent rébarbatif au possible, avec des lignes de code et des sigles parfois totalement insolites, nous sommes nombreux à nous être butés à des logiciels aussi ennuyeux que C++ pour parvenir à faire un simple tableau ridicule. Nintendo devait donc sortir l’artillerie lourde pour parvenir à rendre cet univers à la fois ludique, agréable et accessible… malgré les difficultés, nous avions bon espoir. N’est pas Nintendo qui veut…

À l’ouverture du soft, le joueur est invité à découvrir illico une première leçon de programmation, simple rassurez-vous. Le menu dédié à la création libre est en effet pour le moment grisé, obligeant ainsi les gamers à retrousser leurs manches afin de comprendre un minium le fonctionnement du « jeu ». Nintendo fait dès lors le choix d’axer ses leçons sur le jeu et sur les bonnes interrogations à se poser pour faire de la programmation… ainsi, le joueur va en premier lieu tenter de prendre le contrôle d’un petit bonhomme afin de le faire sauter. Cela ne fonctionne pas. Bien entendu. Pour y parvenir, il est nécessaire de rentrer dans le cœur du logiciel afin de programmer le saut du petit personnage. La leçon commence…

Ambiance fun et studieuse

Le soft est divisé en sept leçons. Chacune permet de comprendre la conception d’un jeu type : le jeu de plateforme très basique, reprenant les règles du chat et de la souris, la bille qui se perd dans son labyrinthe en usant de déplacements subtils grâce aux gyroscopes des Joy-Con, le jeu de voiture, et bien d’autres. Grâce à ces leçons d’une réalisation exemplaire, chaque joueur parviendra à concevoir un jeu type sans la moindre difficulté. Oui oui, vous allez faire un jeu de plateforme, un jeu de voiture et bien d’autres. Totalement tenus par la main. Quel bonheur !

Une fois la leçon terminée, il va falloir prouver que vous avez été bien attentif pendant les cours… de petites énigmes sont disponibles (et obligatoires !) afin de vous creuser les méninges et afin de réfléchir au bon codage de tel ou tel concept. Ces exercices sont parfois un peu trop faciles, à tel point qu’il nous est arrivé de les résoudre un peu par hasard… pourtant le hasard n’est guère une valeur sûre en programmation !

Les leçons peuvent quelque fois s’apparenter à un léger bourrage de crâne tout de même. Épaulé par un petit spot lumineux, répondant au nom de Bob, et totalement hyperactif, le joueur switche régulièrement entre l’écran de programmation et l’écran de jeu afin de visualiser rapidement le résultat de chacune de ses manipulations. Si la lenteur des leçons peut un peu lasser au cours des premiers jeux, elle est fort appréciable par la suite, une fois que les complications arrivent… par ailleurs, un guide est disponible au sein du soft afin de retrouver toutes les instructions nécessaires à la conception d’un jeu. Un guide copieux, vous l’imaginez bien !

Chaque leçon interactive est divisée en plusieurs petits cours qui s’attardent plus particulièrement sur un concept spécifique. Le temps nécessaire à chacune des leçons est annoté afin d’aiguiller au mieux le joueur dans son travail. Comptez une petite heure en moyenne par cours, un peu moins au début, un peu plus pour les jeux complexes.

Toi tu fais ça, toi tu fais ça…

La grande prouesse de Nintendo est d’avoir réussi à rendre la programmation accessible, ludique, voire un peu fun. Programmation… fun… deux termes que nous avons bien du mal à imaginer accolés ! Et pourtant !

L’écran de programmation dispose de quatre onglets : Entrée, Milieu, Sortie et Objet. Ces onglets regroupent un nombre impressionnant de petites capsules capables de bien des prouesses pour mettre au point un jeu avec aisance.

Chaque capsule, portant le nom de Nodon, dispose de sa propre tâche. À chaque tâche son Nodon. À chaque Nodon sa tâche ! Ainsi, si nous reprenons notre exemple de l’entrée en matière dans le jeu, le Nodon bonhomme permet d’afficher un petit personnage à l’écran de jeu (un personnage bien entendu personnalisable à souhait). Nous cherchions à faire sauter le bonhomme. Le Nodon mouvement associé au saut est la clef de l’énigme… grâce à lui, vous allez pouvoir associer le bouton B au saut… puis le relier au petit bonhomme. La programmation du bouton B au mouvement de saut associé au petit bonhomme, le cheminement parfait pour faire sauter le petit personnage ! Plutôt efficace n’est-ce pas ?

Bien entendu, plus la tâche se complexifie, plus la programmation sera délicate… toutes sortes de concepts sont disponibles, les Nodons se comptent par centaines, et permettent d’imaginer des jeux aussi variés que totalement originaux. La patience et l’extrême rigueur resteront néanmoins indispensables pour la conception du moindre petit jeu… mais quel plaisir, quelle joie non dissimulée de parvenir à concevoir SON jeu…

À vos Switch !

Après avoir englouti l’ensemble des leçons (ou pas pour les plus téméraires !), le temps sera venu de vous régaler à voler de vos propres ailes. La page blanche (ou plutôt jaune !) est à vous et libre à vous d’imaginer toutes sortes de jeux. Quiconque d’un peu passionné (et de fort persévérant !) peut concevoir tel ou tel jeu…

Une fois ce dernier sorti de votre imagination, il vous est bien entendu possible de le partager avec le monde entier. Néanmoins, au stade de l’écriture de ce test, les jeux ne sont pas clairement visibles par la communauté et il est nécessaire d’avoir le code du concepteur pour parvenir à le télécharger. Un bémol indéniable pour la mise en lumière du travail de la communauté des créateurs en herbe.

Certains petits génies sont tout de même d’ores et déjà sortis de l’ombre et nous offrent par exemple un circuit lourdement inspiré de Mario Kart ! La prouesse est réelle… tout autant que ce jeu Zelda Like, jusqu’à sa musique, qui nous a totalement bluffés ! Quel talent.

Au-delà d’épater la galerie, ce partage de jeux permet aussi de mettre en lumière les techniques de programmation des uns et des autres. En effet, après avoir téléchargé le jeu d’un ami, il vous est possible d’atteindre son écran de programmation. Un visuel assurément fouillis de prime abord, mais qui devient très vite une petite mine de conseils judicieux pour parvenir à avancer sur sa propre conception.

Un atelier où il fait bon travailler

Comme nous l’énoncions au prélude de ce test, Nintendo parvient sans cesse à nous surprendre grâce à des concepts novateurs accessibles à tous. L’atelier ne déroge aucunement à la règle et son univers très ludique, coloré et rigolo, permet de passer plusieurs heures à programmer des petits bonhommes qui sautillent par ci par là.

Doté d’une jouabilité excellente, le soft est particulièrement agréable aussi bien en mode docké qu’en portable où le tactile est fort appréciable.

Les Nodons disposent d’une petite personnification qui permet de conférer une certaine douceur au titre, de se détacher de l’aspect très sobre et scolaire de la programmation. Du grand Nintendo…

L’atelier de Nintendo est disponible sur l’Eshop de la Nintendo Switch au prix de trente euros environ.

Le saviez-vous ?

Nous parlions d’un petit bonhomme qui saute au cours de notre test. Mais saviez-vous que Donkey Kong est le premier jeu dans lequel un personnage peut sauter ? Avec un nom pareil, Jumpman, le petit ancêtre de Mario, sa capacité à sauter était clairement mise en avance… et aujourd’hui, ce sont nous, les joueurs, qui avons ce pouvoir ! Incroyable, non ?!

Conclusion
Nintendo ne manque ni de courage ni d’audace : proposer aux joueurs un soft afin de leur permettre de concevoir leurs propres jeux, tout en leur assurant une parfaite accessibilité dans un univers ludique et mignon, il fallait oser ! Un énorme défi réussi avec beaucoup de crédibilité. Avec un peu de ténacité et de patience (tout de même !), tout le monde peut parvenir à concevoir ses propres petits jeux, dans un univers agréable et coloré. Les multiples leçons incluses dans l’atelier permettent d’apprendre pas à pas chacune des multiples techniques disponibles, tandis que les quelques énigmes soulignent les principaux concepts nouveaux à retenir. Tous les joueurs n’auront assurément pas la patience de se lancer dans la création d’un jeu, mais cette ébauche dans le domaine de programmation n’en reste pas moins particulièrement remarquable et efficace. À vous de jouer maintenant !
Points positifs
  • La programmation accessible à tous.
  • Un univers ludique, agréable et fun !
  • Une excellente jouabilité permettant de programmer avec aisance aussi bien en mode docké qu’en mode portable.
  • Des leçons interactives, qui mettent le joueur au cœur de la programmation de plusieurs types de jeux, afin de lui montrer les nombreuses ficelles de la programmation dans l’atelier.
  • Des énigmes à la fin de chacune des leçons afin de bien assimiler chaque nouveau concept.
  • Tant de possibilités…
  • Petit prix !
Points négatifs
  • Les niveaux conçus par les joueurs ne sont pas accessibles simplement en ligne, le code du concepteur est nécessaire. Une barrière difficilement compréhensible…
  • Une lisibilité de l’écran de programmation de plus en plus ardue au fil de la complexification du jeu.
9.1
Excellent
Univers général - 8
Jouabilité - 9
Concept - 9
Accessibilité - 9
Richesse du contenu - 9.5
Tarif - 10
Ecrit par
Deux passions dans la vie : le monde animal et le monde du gaming ! Adepte des belles plumes, je "switch" entre les poils et les manettes =) .

1 commentaire

  1. je suis un peu plus pessimiste , si l idee est geniale…..le chemin est long pour arriver a une creation…..et pas forcement aussi fun a jouer ..

    Répondre

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

S'inscrire